Point 3(a): Youth(communication écrite)

Suivi du Sommet mondial pour le développement social et de la vingt-quatrième session extraordinaire de l’Assemblée générale : thème prioritaire : examen de la poursuite de l’application des texts issus du Sommet mondial pour le développement social et de la vingt-quatrième session extraordinaire de l’Assemblée générale

Exposé présenté par Franciscans International,organisation non gouvernementale dotée du statut consultatif général auprès du Conseil économique et social, la Dominican Leadership Conference, l’Association internationale des écoles de service social, International Presentation Association of the Sisters of the Presentation la Fédération luthérienne mondiale et VIVAT International, organisations non gouvernementales dotées du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social

Le Secrétaire général a reçu l’exposé ci-après, qui est distribué en application des paragraphes 36 et 37 de la résolution 1996/31 du Conseil économique et social, en date du 25 juillet 1996.

***

Renforcement de la participation des jeunes à la mise en œuvre de la Déclaration de Copenhague adoptée lors du Sommet mondial pour le développement social

La Déclaration de Copenhague sur le développement social (1995) contenait de nombreuses recommandations visant à associer les acteurs locaux à « la formulation des objectifs ainsi qu’à la conception, à l’application, au suivi et à l’évaluation des stratégies et programmes nationaux […] et faire en sorte que ces programmes reflètent leurs priorités ». Néanmoins, les jeunes en tant qu’acteurs locaux ou mondiaux ont été insuffisamment pris en compte dans les projets d’avenir. Nous avons conscience de la présence et du rôle moteur des jeunes et estimons qu’ils doivent être intégrés aux politiques de développement afin qu’elles puissant porter pleinement leurs fruits.

La planète compte 1,2 milliard de jeunes (15-24 ans), qui ont tous besoin de ressources et d’un environnement propice aux changements personnels et de société. La participation des jeunes à la conception, à l’application, au suivi et à l’évaluation des stratégies et programmes nationaux non seulement en fait des acteurs responsables au niveau individuel mais aussi renforce leur cohésion en tant que groupe dont les membres préparent de concert un avenir meilleur pour tous. En outre, la participation des jeunes à la prise des décisions vient confirmer l’attachement de l’État aux droits de l’homme et à la démocratie.

La participation des jeunes revêt des formes multiples et est tantôt effective, tantôt symbolique, et bien souvent inexistante. Il faut reproduire les modèles de participation efficaces ou les adapter aux différentes réalités politiques et socioéconomiques en tenant compte des problèmes particuliers auxquels sont confrontés les mouvements de jeunesse et les autres acteurs du développement. Toutefois, les mécanismes existants d’engagement et de participation active des jeunes constituent des filières que l’État et les institutions peuvent exploiter pour mobiliser les jeunes en tant que partenaires dans le cadre de la réalisation des objectifs de développement social et des objectifs du Millénaire pour le développement.

Conscients par ailleurs des liens existant entre l’examen décennal de la Déclaration de Copenhague et ces objectifs du Millénaire, nous insistons sur le fait que les jeunes doivent être impliqués au maximum dans la réalisation de ces objectifs pour qu’ils soient atteints à l’horizon 2015.

Nous fondant sur la déclaration faite par les jeunes présents au Sommet mondial pour le développement social de 1995, nous mettons l’accent sur les recommandations suivantes:

Éducation

  • Reconnaître que la jeunesse est touchée par la pauvreté et considérer les jeunes comme une cible des stratégies de lutte contre la pauvreté. L’éducation des jeunes est un élément important d’une stratégie à long terme de réduction des effets de la pauvreté et de la faim;
  • Rehausser la qualité de l’instruction élémentaire. Celle-ci ne doit pas se limiter aux aspects intellectuels mais doit aussi permettre d’acquérir des competences pratiques et sociales nécessaires au développement. L’enseignement aux jeunes des objectifs que vous avez fixés en matière de développement dynamisera davantage les efforts de développement;
  • Dispenser un enseignement qui encourage chaque individu à prendre conscience de ses capacités tout en le rendant responsable de sa vie et de l’avenir de l’humanité;
  • Sensibiliser les jeunes à la nutrition, à la santé, à l’hygiène, à la contraception, à la protection contre le VIH, etc.;

Égalité des sexes

  • Offrir aux femmes et aux filles le même accès aux enseignements secondaire et supérieur de façon à les autonomiser et à corriger les déséquilibres sociaux dominants;
  • Reconnaître l’égalité des sexes. Il apparaît essentiel de faire participer équitablement les jeunes femmes et les filles au développement et à la responsabilisation de la jeunesse pour corriger les déséquilibres sociaux;
  • Prêter une attention particulière à la vulnérabilité des filles dans le monde entier et œuvrer à la resocialisation des garçons afin qu’ils respectent les filles en tant qu’égales;
  • Proposer des programmes sociaux aux jeunes femmes et aux filles les mettant en contact avec des services et sources d’information, surtout en périodes de conflit, pendant lesquelles elles sont particulièrement vulnérables et touches par les problèmes sociaux et économiques.

Respect de l’environnement

  • Encourager la durabilité, la préservation et la protection de l’environnement pour le bien des générations à venir;
  • Inciter les médias à jouer un rôle plus actif dans la diffusion de connaissances sur l’environnement au sein de la société. Les jeunes peuvent développer de nouvelles formes de mobilisation et apporter des perspectives et un dynamisme nouveaux dans le domaine de l’environnement;

Emploi des jeunes

  • Améliorer les programmes de prévention du chômage chez les jeunes, notamment par un meilleur niveau d’encadrement et de formation permettant aux jeunes d’accéder aux informations sur les débouchés et sur leurs droits en tant que salariés;
  • Démarginaliser les jeunes des zones rurales en leur donnant les moyens d’acquérir des compétences de même que les ressources nécessaires à la création d’emplois et de revenus. Il convient avant tout que les programmes et financements destinés à ces jeunes soient administrés par eux et conçus pour eux;
  • Au niveau national, les programmes et politiques devraient :

    • Encourager le bénévolat des jeunes à l’échelle nationale et internationale et s’attacher à aider les jeunes marginalisés et vulnérables à s’organiser et à se prendre en main;
    • Permettre aux jeunes de prendre part à la planification et à la mise en œuvre d’un réseau pour l’emploi des jeunes afin d’éviter leur marginalisation et leur paupérisation;
    • Développer les partenariats entre les pouvoirs publics et les jeunes, notamment par leur participation en tant que délégués ou de représentants à des conférences et forums internationaux réunissant PMA, pays en développement et pays développés;
    • Prendre en compte l’importance pour les pays de renforcer les moyens locaux, régionaux, nationaux et mondiaux de faire face aux grands problèmes d’environnement;
    • Prendre les mesures qui s’imposent pour lutter contre les infanticides, le traffic d’enfants et la pédopornographie;
    • Aider les jeunes à éliminer le racisme et la xénophobie;
    • Voir dans le capital humain le véritable potentiel du pays et investir suffisamment, surtout dans la jeunesse, pour faire de ce capital le fondement même du développement, en particulier pour ce qui est de la santé, de la nutrition, de l’éducation et de la formation professionnelle.

Dès lors que l’État considère que les jeunes sont indissociables de l’avenir du développement et de l’avènement d’une société mondiale pacifique et équitable, il les valorise et reconnaît leur responsabilité, leur potentiel et leur rôle futur de dirigeants.

Oral, Written or Summary: 
Meeting Year: 
2005
Meeting: 

csocdev05

Commission for Social Development (43rd Session) 2005
Meeting Name: 
Commission for Social Development (43rd Session) 2005