Intervention orale à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples

9 - 23 Mai 2006
Banjul, Gambie. Franciscans International félicite le Commissaire Bahame Tom Mukirya Nyanduga, Rapporteur Spécial sur les réfugiés et les personnes déplacées en Afrique, pour son excellent rapport. Nous nous réjouissons que son rapport tient comme de la dimension migration intégrée dans le rapport et voulons faire deux observations sur la forme et une sur le fond.

Sur la forme, il urge que la Commission institue l’élaboration écrite des rapports des Commissaires comme documents officiels. Cela a un double avantage :
1. Rendre plus visible et plus crédible le travail de la Commission
2. Offrir plus de possibilités aux ONG par rapports aux outils de plaidoyer

Ensuite, il importe aussi de faire attention lorsqu’on parle des migrants surtout lorsqu’ils ne sont pas officiellement enregistrés. Franciscans International préfère le terme « migrant irrégulier » a celui de « migrant illégal ».

Sur le fond, et par rapport à l’important rapport du Commissaire Nyanduga sur le volet migration, Franciscans International exhorte la Commission, comme elle l’a spécifié dans son Papier de position, d’accorder toute l’attention qu’il faut à cette question. Les pays de destination notamment les pays européens n’ont pas ratifié la Convention des Nations Unies sur la protection de tous les travailleurs migrants et se montre méfiants même quant à la mention de cet instruments dans les résolutions des Nations Unies. La Commission devrait lancer un appel aux pays africains qui ne l’ont pas encore fait, de ratifier cet instrument qui protège les travailleurs migrants à travers le monde et les appeler à établir un cadre de coopération cohérent avec les pays de transit et de destination, les pays africains étant en majorité des pays d’origine et gardant à l’esprit la migration intra africaine.

La communauté international, y compris la Banque Mondiale reconnaît l’apport incommensurable des travailleurs migrants à l’économie et au développement non seulement des pays de destination mais aussi des pays d’origine, notamment par le transfert d’argent. La reconnaissance de cette contribution n’est pas encore reconnu comme il se doit, ce qui ne favorise pas la capitalisation de l’énergie et de tout potentiel des travailleurs migrants.

En septembre 2006, les Nations Unies organisent un conférence sur les « Migrations Internationales et le Développement ». Il appartient à la Commission de s’engager dans le processus préparatoire et d’envoyer un message assez fort notamment sur la nécessité de protéger les travailleurs migrants des abus, de la discrimination et autres formes de traitements.

Franciscans International demande à la Commission de:
1. Renouveler le mandat du Rapporteur spécial sur les réfugiés et les personnes déplacées en Afrique
2. Etendre son mandat à la problématique des migrations internationales et la protection des migrants.

Je vous remercie.

Oral, Written or Summary: 
Meeting Year: 
2006
Meeting: 

ac06fr

Commission Africaine des Droits de l'homme et des Peuples
Meeting Name: 
Commission Africaine des Droits de l'homme et des Peuples