Vers un traité interdisant les transferts d'armes en cas de violation des droits de l'homme

ARMES ET DROITS DE L'HOMME

 "Il faut adopter un traité qui interdise le transfert d'armes lorsqu'il y a violation des droits de l'homme ou du droit humanitaire", a déclaré Mgr.Francis Chullikatt, Observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies (NY), au cours de la Conférence finale de l'ONU sur le Traité sur le commerce des armes, qui a lieu jusqu'au 28 mars à New-York. Dans son intervention, le nonce a invité les délégations des différents pays à travailler ensemble de façon consensuelle pour donner vie à un traité historique qui contrôle le commerce international des armes. Il a rappelé que depuis le début des négociations le Saint-Siège a sollicité "un traité sur le commerce des armes fort, efficace et crédible qui ait un impact réel et durable chez tous les peuples qui souhaitent vivre dans un monde plus sûr et protégé".

Le Saint-Siège a toujours "souligné qu'un système international responsable du commerce des armes devrait fournir une forte protection contre le transfert des armes vers les pays qui les utilisent contre la population civile en violation des accords internationaux en matière de lois sur les droits humanitaires et les droits de l'homme. De plus, le Saint-Siège a demandé aux délégations de réorienter la régulation du commerce des armes en passant d'une optique qui privilège le pur intérêt économique à une autre qui accorde une importance primordiale aux intérêts humains et à la protection de la vie humaine et des familles", a conclu Mgr.Chullikatt.

Source : VIS 26 mars 2013