We are currently rebuilding our website.


March 17 - April 24, 2003
Palais des Nations, Geneva
COMMISSION des DROITS de l’HOMME de L’ONU
Cinquante-neuvième session
17 Mars – 27 Avril 2003
Palais des Nations
Genève

Point 9 : Question de la violation
des droits de l’homme et des libertés fondamentales
en tout point du monde


Dominicains pour Justice et Paix, en collaboration avec Franciscains International et le Comité des Droits de l’Homme des dominicains et des franciscains de Porto Rico, portent à l’attention de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU la situation des droits de l’homme de la population de Vieques à Porto Rico.

Vieques est une île d’un peu plus de 85 km² située entre l’Océan Atlantique et la Mer des Caraïbes. C’est une commune de Porto Rico comptant environ 9400 habitants. Elle est utilisée par la Marine de guerre américaine, des pays de l’OTAN et des fabricants d’armes pour des entraînements militaires ainsi que des essais d’armes et de munitions conventionnelles et non-conventionnelles, y compris l’uranium appauvri.

L’utilisation de Vieques comme base d’essai et d’exercice de tir dure depuis 60 ans. Des bombardements sont effectués jusqu’à 200 jours par an, à toute heure du jour et de la nuit. Ces exercices constituent une violation des droits économiques, sociaux et culturels de la population de Vieques et sont la cause d’une dégradation majeure de l’environnement. Ils ont également un impact préjudiciable sur les moyens d’existence de la population et des conséquences graves sur la santé. Parmi ces effets on note que l’économie locale stagne, la santé des habitants est gravement atteinte, la vie marine est détruite et l’air est pollué.

Cependant, nous reconnaissons la décision du gouvernement américain de mettre fin à 60 années de bombardement, de jeux de guerre et d’essais d’armes conventionnelles et non conventionnelles sur le territoire de l’île de Vieques, commune de Porto Rico. Nous espérons que, comme promis, tout cela sera terminé le 1er Mai 2003.

En revanche, nous exprimons notre souci devant l’incapacité des Etats-Unis à s’engager à remédier au désastre écologique sur l’environnement occasionné par soixante années de guerre. De nombreuses études montrent que la présence de matériaux hautement toxiques, y compris de l’uranium appauvri et des métaux lourds, continue à menacer la santé de la population de Vieques.

Il a été reconnu que le U.S.S. Killen, reposant par le fond dans des eaux peu profondes à moins de 900 mètres des côtes de Vieques, avait été utilisé pour tester des armes nucléaires dans le Pacifique en 1958. Cela constitue la preuve qu’il existe un danger réel et persistant pour la vie et la santé des habitants de Vieques ; c’est également admettre que des éléments de guerre chimique et/ou biologique et de l’uranium appauvri ont été utilisés ici.

Nous notons les décisions réitérées des tribunaux américains de s’en remettre aux militaires lorsqu’ils sont confrontés à des plaintes pour dommage sur l’environnement ou la santé humaine ; nous notons également le manque d’accès de la population de Porto Rico à des canaux démocratiques normaux pour faire connaître leur volonté aux responsables qui décident du sort des terres et des eaux territoriales de Vieques.

Nous sommes également inquiets du refus des Etats-Unis de s’engager à restituer à la population de Porto Rico plus de la moitié des terres de Vieques (19000 acres sur 33000) qu’ils avaient expropriées, et de leur détermination à interdire l’accès de façon définitive à une zone dite « d’impact sur la vie » de 900 acres, plutôt que de la remettre totalement en état. Ces décisions empiètent sur le droit des habitants de Vieques au développement et à l’usage approprié de toutes leurs terres et ressources.

Par conséquent, Dominicains pour Justice et Paix, en collaboration avec Franciscains International et le Comité des Droits de l’Homme des dominicains et franciscains de Porto Rico,

• Recommandent à la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU d’examiner la situation de violation des droits de l’Homme à Vieques ;
• Demandent à la Commission des Nations Unies d’inciter vivement le gouvernement des Etats-Unis à décontaminer entièrement toutes les zones de Vieques qu’il a utilisé, et à les restituer à la population afin que les habitants de Vieques puissent jouir du droit d’utiliser et de développer leurs terres, mers et ressources naturelles.
Oral, Written or Summary: 
Meeting: 

co03

UN Commission on Human Rights: Fifty-ninth Session
Meeting Year: 
2003
Meeting Name: 
UN Commission on Human Rights: Fifty-ninth Session