HE Bishop Charles Morerod OP at the United Nations : Dialogue, Culture and Religion

Contribution de Mgr. Charles Morerod, Dominicain, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg lors de la réunion organisée dans le cadre de la 20ème session plénière du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU, par les Missions permanentes du Saint-Siège, du Royaume du Maroc, de la Grèce, de l'Ordre de Malte ainsi que par le Forum des ONG Catholique dont Dominicans for Justice et Paix est membre, et le Centre catholique d'étude de Genève.

Mgr. Charles Morerod O.P.
Dialogue des cultures et des religions sur la dignité de chaque personne
Organisation des Nations Unies
03 juillet 2012

 

Le dialogue entre religions dans la société contemporaine.

La société contemporaine est religieusement plurielle : on trouve plus ou moins partout des croyants de différentes religions, et souvent des personnes sans religion. Cette situation est souvent perçue comme un avantage, car elle limiterait le risque de conflits (tout en les augmentant potentiellement…). Je vais essayer d’esquisser la situation, et de proposercomment on peut y maintenir une identité religieuse qui coexiste avec d’autres.

La critique de l’unité sociale à base religieuse.

Durant une grande partie de l’histoire de l’Europe, l’idéal communément admis était une unité de la société garantie entre autres – mais fondamentalement – par une unité religieuse, éventuellement un peu tempéré par des minorités. Après la Réforme protestante du XVIe siècle, le même idéal a été plus ou moins maintenu au niveau des Etats, selon le principe « cujus regio ejus religio ». Si l’on vivait en Suède on était luthérien, en Espagne on était catholique.

Les Lumières ont fortement critiqué l’idéal d’unité religieuse, qu’elles présentaient comme source de violence. Ce qu’elles visaient n’était pas d’abord l’unité interne à une nation, car elles envisageaient une unité fondée sur la raison, y compris au plan religieux. En revanche toute prétention à une révélation semblait inadmissible :

Il est d’expérience que les religions prétendues révélées ont causé mille malheurs, armé les hommes les uns contre les autres et teint toutes les contrées de sang. Or la religion naturelle n’a pas coûté une larme au genre humain.1

Si une religion révélée divise et conduit à la violence, en revanche tous s’accordent sur la religion naturelle, estime Diderot :

De toutes les religions celle-là doit être préférée, dont la vérité a plus de preuves pour elle et moins d’objections. Or la religion naturelle est dans ce cas; car on ne fait aucune objection contre elle et tous les religionnaires s’accordent à en démontrer la vérité.2

Ce point de vue était certes très optimiste et peu réaliste, car l’expérience montre que les arguments philosophiques – fondés sur une raison en principe commune à tous – n’ont jamais permis d’obtenir l’unanimité. En outre, la prétention à une unité rationnelle et politique est perçue par les théoriciens de la postmodernité comme un reste de religion à l’intérieur de la modernité. Ainsi Jean-François Lyotard considère à la fois les scientifiques et les politiciens comme des successeurs des prêtres, de par leur prétention à faire accepter une vérité : Certains scientifiques n’hésitent pas à présenter la « science » comme la seule raison de vivre qui survit à l’éboulement des valeurs - posant ainsi leur candidature à la succession des clergés.3

Voilà pour les scientifiques. Quant à la politique, elle reproduit simplement l’exclusivisme religieux :

L’Eglise (= le Parti) ou rien.4

En fait ce ne sont pas seulement la religion, les sciences contemporaines ou la politique qui posent problème. C’est la vérité comme telle. Lyotard prône le « refus d’accorder à aucun discours une autorité, serait-elle modestement épistémologique, établie une fois pour toutes sur les autres ».5

Pour Richard Rorty, il faut tourner la page des débats entre philosophes sur « bien », « juste » ou « vrai »6 : leur longue histoire en montre l’inutilité pratique.7

 Je ne m’arrête pas à commenter ces affirmations. Je les prends seulement comme des indications culturelles. Culturellement, on est passé d’un idéal d’unité religieuse de la société à un idéal d’unité rationnelle de la société puis à un idéal de respect absolu de l’individu. Au cours de ses différentes étapes, cette évolution a constamment pris appui sur la violence provoquée par les idéaux religieux (guerres de religion) puis par les idéaux politiques (guerres idéologiques). Dans la culture actuellement dominante, la religion est considérée comme plus ou moins inoffensive si elle est limitée à la sphère privée. Certains vont toutefois plus loin et tirent de la violence religieuse un argument en faveur de l’athéisme. L’exemple actuel le plus connu est Richard Dawkins :

Imaginez, avec John Lennon, un monde sans religion. Imaginez: pas de porteurs de bombes suicidaires, pas de 9 septembre, pas de 7 juillet8, pas de croisades, pas de chasse aux sorcières, par de conspiration des poudres9, pas de partition de l’Inde, pas de guerres israélo-palestiniennes, pas de massacres serbes/croates/musulmans, pas de persécution des juifs comme déicides, pas de ‘troubles’ de l’Irlande du Nord, pas de ‘meurtres d’honneur’, pas de télévangélistes élégants à la chevelure bouffante détroussant les crédules de leur argent (‘Dieu veut que vous donniez jusqu’à ce que ça fasse mal’). Imaginez : pas de talibans faisant exploser des statues anciennes, pas de décapitation publique des blasphémateurs...10

Certes ces critiques de la religion sont partiales. Elles laissent de côté l’apport positif des religions, notamment l’appel à accueillir l’autre, les interdits communs de vol, meurtre, adultère etc. On peut très défendre la thèse selon laquelle les religions contribuent à rendre les sociétés plus paisibles. Mais il faut aussi tenir compte de la critique, qui est parfois adressée à une religion au nom même de ses principes. C’est ainsi que Voltaire dit aux chrétiens :

Je demande à présent si c’est la tolérance ou l’intolérance qui est de droit divin? Si vous voulez ressembler à Jésus-Christ, soyez martyrs, et non pas bourreaux.11

Toute prétention à la vérité est objet de suspicion. En particulier si cette prétention est religieuse, car elle rappelle des guerres qui ne sont pas malheureusement pas seulement des faits passés. L’idéal d’unité des sociétés sur une base religieuse est ainsi mis à mal, et de toute manière difficilement réalisable en raison des flux migratoires. Quelle réponse donner ? Je peux présenter une réponse catholique.

Vérité et liberté religieuse.

Une religion implique par nature la référence à une vérité, et de quelque manière cette vérité doit être absolue pour être religieusement « utile ». Cette vérité peut-elle être compatible avec la liberté ? Le Concile Vatican II (1962-1965) insiste simultanément sur la vérité et sur la liberté religieuse. En effet, après répété sa conviction dans la vérité de la foi chrétienne, le Concile explique que la nature humaine implique à la fois le de chercher la vérité et une manière humaine d’accepter celle-ci :

En vertu de leur dignité, tous les hommes, parce qu’ils sont des personnes, c’est-à-dire doués de raison et de volonté libre, et, par suite, pourvus d’une responsabilité personnelle, sont pressés, par leur nature même, et tenus, par obligation morale, à chercher la vérité, celle tout d’abord qui concerne la religion. Ils sont tenus aussi à adhérer à la vérité dès qu’ils la connaissent et à régler toute leur vie selon les exigencies de cette vérité. Or, à cette obligation, les hommes ne peuvent satisfaire, d’une manière conforme à leur propre nature, que s’ils jouissent, outre de la liberté psychologique, de l’exemption de toute contrainte extérieure. Ce n’est donc pas sur une disposition subjective de la personne, mais sur sa nature même, qu’est fondé le droit à la liberté religieuse.12

Cette réflexion sur la nature humaine est confirmée par l’exemple de Jésus-Christ lui-même :

Le Christ (…) notre Maître et Seigneur doux et humble de coeur a invité et attiré les disciples avec patience. (…) Il a rendu témoignage à la vérité, mais il n’a pas voulu l’imposer par la force à ses contradicteurs. Son royaume, en effet, ne se défend pas par l’épée, mais il s’établit en écoutant la vérité et en lui rendant témoignage, il s’étend grâce à l’amour par lequel le Christ, élevé sur la croix, attire à lui tous les hommes.13

Ces textes se réfèrent à des sources qui ne sont pas nouvelles : l’Evangile, et la nature humaine… Pourtant on a fait remarquer avec quelque raison que sur ces points Vatican II avait une approche nouvelle. De fait, l’Eglise a pris un peu recul pour se demander si l’attitude de ses membres n’avait pas joué un rôle dans le fait qu’elle soit parfois rejetée. Comme l’a dit Jean-Paul II lors de la liturgie de demande de pardon du Jubilé de l’an 2000 :

Face à l’athéisme, à l’indifférence religieuse, au sécularisme, au relativisme éthique, aux violations du droit à la vie, au manque d’intérêt pour la pauvreté de nombreux pays, nous ne pouvons manquer de nous demander quelles sont nos responsabilités.14

Il se situe en continuité avec Vatican II qui avait indiqué l’attitude des chrétiens comme une des causes de l’athéisme15, et avait expliqué que la division des chrétiens était due à des fautes des différentes parties16 (c’est-à-dire pas seulement aux fautes des « autres »). Il reconnaît donc les fautes commises, qui exigent un pardon mutuel :

Pardonnons et demandons pardon! (…) nous ne pouvons manquer de reconnaître les infidélités à l’Evangile qu’ont commises certains de nos frères, en particulier au cours du second millénaire. Demandons pardon pour les divisions qui sont intervenues parmi les chrétiens, pour la violence à laquelle certains d’entre d’eux ont eu recours dans le service à la vérité, et pour les attitudes de méfiance et d’hostilité adoptées parfois à l’égard des fidèles des autres religions. Confessons, à plus forte raison, nos responsabilités de chrétiens pour les maux d’aujourd’hui.17

Mais les fautes sont rarement à sens unique, et demander pardon ne suffit pas. Il faut aussi pardonner :

Dans le même temps, tandis que nous confessons nos fautes, nous pardonnons les fautes commises par les autres à notre égard. Au cours de l’histoire, en d’innombrables occasions, les chrétiens ont dû subir des vexations, des violences et des persecutions en raison de leur foi. L’Eglise d’aujourd’hui et de toujours se sent engagée à purifier la mémoire de ces tristes événements de tout sentiment de rancoeur ou de revanche.18

Donner et demander pardon ne suffit pas. Mais c’est une étape essentielle car elle implique de regarder en face une histoire de conflits qui est un obstacle essentiel à la crédibilité de la religion – de toute religion, et même des idéaux politiques et culturels – dans la société actuelle. Reconnaître ce déficit historique permet de repartir sur une autre base et de chercher dans toute la mesure du possible une collaboration paisible entre des croyants convaincus de la vérité de leur religion, et pour cette raison même d’autant plus prêts à accueillir l’autre.

C’est parce que tout être humain est une personne que sa liberté doit être reconnue jusqu’au niveau le profond : la liberté religieuse. Reconnaître l’autre comme une personne est une condition essentielle de la vie en commun dans nos sociétés pluralistes. Comme l’histoire passée et présente montre que cela n’est pas facile, l’offre du pardon mutuel aide à alléger les obstacles.

 Merci Monsieur le Président

1 Denis Diderot, « De la suffisance de la religion naturelle », in : OEuvres, Tome I, Philosophie, Edition établie par Laurent Versini, Robert Laffont, Paris, 1994, p.62.
2 Denis Diderot, « De la suffisance de la religion naturelle », p.59.
3 Jean-François Lyotard, Rudiments païens, Genre dissertatif, Union générale d’éditions, Paris, 1977, p.121.
4 Jean-François Lyotard, Rudiments païens, p.148-149.
5 Jean-François Lyotard, Rudiments païens, p.246.
6 Cf. Richard Rorty, in: Pascal Engel, Richard Rorty, À quoi bon la vérité?, Edité par P. Savidan, Grasset, Paris, 2005, p.73.
7 Cf. Richard Rorty, in: Pascal Engel, Richard Rorty, À quoi bon la vérité?, p.89.
8 Allusion au 7 juillet 2005, où des attentats à la bombe ont été perpétrés par des islamistes dans le métro de Londres.
9 Projet d’attentat de catholiques contre le parlement et le roi, à Londres, en novembre 1605.
10 “Imagine, with John Lennon, a world with no religion. Imagine no suicide bombers, no 9/11, no 7/7, no Crusades, no witch-hunts, no Gunpowder Plot, no Indian partition, no Israeli/Palestinian wars, no Serb/Croat/Muslim massacres, no persecution of Jews as ‘Christ-killers’, no Northern Ireland ‘troubles’, no ‘honour killings’, no shiny-suited bouffant-haired televangelists fleecing gullible people of their money (‘God wants you to give till it hurts’). Imagine no Taliban to blow up ancient statues, no public beheading of blasphemers” (Richard Dawkins, The God Delusion, Bantam Press, London - Toronto - Sydney - Auckland - Johannesburg, 2006, p.1-2). Ma traduction.
11 Voltaire, Traité sur la tolérance, A l’occasion de la mort de Jean Calas (1763), Gallimard, Paris, 1975, p.87 (chapitre 14).
12 Concile Vatican II, Déclaration sur la liberté religieuse, Dignitatis Humanae (7 décembre 1965), § 2. Ce texte, comme tous les textes du magistère de l’Eglise cités ici, est pris du site www.vatican.va.
13 Concile Vatican II, Déclaration sur la liberté religieuse, Dignitatis Humanae, § 11.
14 Jean-Paul II, Homélie du dimanche 12 mars 2000, § 4.
15 Cf. Concile Vatican II, Constitution pastorale sur l’Eglise dans le monde de ce temps, Gaudium et Spes (7 décembre 1965), § 19.
16 Cf. Concile Vatican II, Décret sur l’oecuménisme, Unitatis Redintegratio (21 novembre 1964, § 3).
17 Jean-Paul II, Homélie du dimanche 12 mars 2000, § 4.
18 Jean-Paul II, Homélie du dimanche 12 mars 2000, § 4.
 
Read also the statements of Muslim, Orthodox and "technical" experts in attatched PDF files.
 
Any information:
fr. Olivier Poquillon o.p.
Permanent Delegate of the Order of Preachers (Dominicans) to the United Nations