Inde : Les Dominicains experiment leur préoccupation après l'assassinat en Orias d'un leader catholique défenseur des droits de l'homme

Bhubaneswar (Agence Fides) – Le catéchiste et militant catholique Rabindra Parichha, âgé de 47 ans, a été tué en Orissa, Etat de l’est de l’Inde. Parichha oeuvrait dans le district bien connu de Kandhamal, théâtre des massacres anti-chrétiens de 2008 et partie intégrante du Diocèse de Cuttack-Bhubaneswar mais a été tué à Bhanjanagar, dans le Diocèse limitrophe de Berhampur, toujours en Orissa. C’est ce que confirme à l’Agence Fides S.Exc. Mgr John Barwa SVD, Archevêque de Cuttack-Bhubaneswar, qui se déclare « très attristé par le tragique événement ». « Je connaissais personnellement Parichha – raconte l’Archevêque à Fides – attendu qu’il a été l’un de mes étudiants. Il était une référence pour de nombreux villages du district de Kandhamal. Les fidèles en ressentiront l’absence. Il s’agissait d’un responsable engagé dans la communauté civile. Il avait été élu au poste de Sarpanch (chef du Conseil d’un groupe de villages indigènes) : l’action pastorale et sociale étaient sa mission, qu’il accomplissait avec passion ».

La police a ouvert une enquête sur l’homicide, intervenu entre hier soir et les premières heures de ce matin. Comme Fides l’apprend de sources locales, le corps de Parichha a été retrouvé sur le campus du Collège « Kabi Samrat Upendra Bhanja » du district de Ganjam. Hier soir, le militant avait été appelé sur son téléphone portable par un voisin et n’est plus jamais rentré chez lui. Son épouse et ses enfants l’ont cherché avant d’avertir la police qui a retrouvé son cadavre ce matin. Parichha avait la gorge tranchée et portait des coupures sur les mains et au niveau de l’estomac. Plus de 200 habitants du village de Bhaliapada, dont il était originaire, sont déjà arrivés à Bhanjanagar pour prendre en charge sa dépouille.

Parichha, ancien catéchiste itinérant de la Paroisse de Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse à Mondatore (dans le district de Kandhamal), travaillait depuis trois ans à l'Orissa Legal Aid Centre, soutenu par les églises chrétiennes de Kandhamal. Ainsi que l’indique à Fides Prasan Kumar Bishoyi, collègue de Parichha à l’OLAC, « il était très engagé en tant qu’avocat et militant des droits humains : la cause de l’homicide pourrait être liée à son travail. Nous n’excluons pas que les coupables puissent être des radicaux hindous ». Selon des sources locales, il s’agit du troisième responsable chrétien tué en Orissa cette année.

L’Archevêque Barwa commente pour Fides : « La violence est toujours un acte injustifiable. La vie est de Dieu et aucun homme n’a le droit de la retirer. Nous ne connaissons encore ni les raisons ni les auteurs de l’homicide : nous voulons découvrir la vérité et nous demandons aux autorités de s’y engager ». Malgré les épisodes douloureux, le message de Noël que l’Archevêque enverra dans les prochains jours à la population du Diocèse – explique à Fides Mgr Barwa – entend « encourager les fidèles à regarder la vie avec les yeux de l’espérance » parce que « Noël est la fête du don de Dieu à l’humanité ». (PA) (Agence Fides 16/12/2011)