Protéger la terre, les moyens de subsistance et la culture des communautés autochtones
des dommages permanents causés par l'exploitation des ressources naturelles
 

La Famille dominicaine (Ordre des Prêcheurs) et ses partenaires au Guatemala s'engagent à promouvoir la protection des communautés autochtones, leurs droits humains et la justice environnementale. 

Rejoignez-nous pour soutenir leur engagement !

La situation au Guatemala continue de préoccuper la communauté mondiale des droits de l'homme. Depuis que l'ancien Président Jimmy Morales a refusé de prolonger le mandat de la Commission internationale contre l'impunité au Guatemala (CICIG), soutenue par les Nations Unies, en 2018, les enquêtes se sont ralenties, limitant l'obligation de rendre des comptes sur la corruption gouvernementale à grande échelle et les abus de pouvoir, mettant en danger les droits des citoyens guatémaltèques.

united_nations_condemns_guatemala_for_the_criminalization_arbitrary_detention_of_bernardo_caal_xol

                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Les femmes et les hommes autochtones du Guatemala sont régulièrement menacés de mort alors qu'ils luttent sur leurs territoires pour protéger les rivières, les forêts et les montagnes qui assurent leur subsistance contre l'exploitation non durable des ressources naturelles. Bien que le Guatemala ait ratifié plusieurs traités internationaux de défense des peuples autochtones, de 2016 à 2020, 1 641 attaques contre des défenseurs des droits humains ont été enregistrées, dont 61% contre des militants autochtones.  Depuis plusieurs années, la Famille dominicaine au Guatemala est engagée auprès de plus de 200 communautés indigènes de l'ethnie Q'eqchi' dans la région reculée de Santa María de Cahabón pour promouvoir leurs droits et la protection de l'environnement face au développement hydroélectrique massif de l'entreprise Oxec.

 

"Depuis leur cosmovision maya Q'eqchi', la population rurale estiment que le fleuve, qu'elle considère vivant et sacré, a été capturé sans demander le consentement de la population", indique un religieux basé dans la région. Outre la violation manifeste du droit des communautés autochtones à être consultées, les impacts environnementaux des projets sont évidents. À mesure que les bassins versants s'assèchent, les communautés perdent l'accès à leurs usages traditionnels de l'eau (boisson, irrigation, bétail, pêche, nettoyage et loisirs) sur lesquels reposent leurs moyens de subsistance. Cela a de profondes conséquences pour les familles, les agriculteurs et les pêcheurs qui dépendent de la rivière pour leurs activités. La perte d'eau est totale, en particulier pendant la saison sèche.


Titre Du Projet :   

Protéger les terres, les moyens de subsistance et la culture des communautés autochtones contre

les dommages permanents causés par l'exploitation des ressources naturelles

 

Lieu : Santa María de Cahabón, Guatemala et Genève, Suisse

Objectif principal : Renforcer la capacité du réseau dominicain au Guatemala pour le plaidoyer au niveau national et international et promouvoir la protection des droits des peuples autochtones.

Durée du projet: 18 mois

Bénéficiaires directs : 

  • Promoteurs dominicain(e)s de Justice et Paix en Amérique Centrale. 
  • Partenaires dominicain(e)s au Guatemala impliqués dans la justice et la paix
  • Partenaires franciscain(e)s au Guatemala 
  • Autres organisations partenaires au Guatemala

Bénéficiaires indirects :  Toutes les communautés autochtones touchées par l'exploitation des ressources naturelles au Guatemala, en particulier par les projets hydroélectriques.

Activités principales

01.  Préparation du plaidoyer
a.     Rédaction d'un document de synthèse de la situation au Guatemala sur les peuples autochtones/défenseurs des droits humains, le droit à l'eau et les impacts de l'exploitation des ressources naturelles sur les droits humains et l'environnement.
 
02.  Engagement au Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU sur le Guatemala
a.     Plaidoyer conjoint lors du Conseil des Droits de l'Homme en mars autour de la présentation du rapport de la Haut-Commissaire sur le Guatemala 
 
03.  Engagement dans le processus de l'Examen Périodique Universel (EPU) des Nations Unies
a.     Préparation d'un rapport pour l'EPU
b.     Participation à la pré-session de l’EPU du Guatemala et lobbying auprès des missions permanentes à Genève 
c.     Participation à l'EPU du Guatemala, y compris une session de formation préparatoire
d.     Présentation d'une déclaration orale lors de la session du Conseil des Droits de l'Homme suivant l'examen.
e.     Organisation d'une session de débriefing après l'EPU au cours de laquelle les leçons apprises et les bonnes pratiques seront identifiées
f.      Préparation du suivi de l’EPU du Guatemala et de ses recommandations
 
04.  Participation à la 72ème session du Comité des Droits Economiques, Sociaux et Culturels (CDESC)
a.     Session de formation préparatoire sur la participation au CDESC
b.     Participation à la 72ème session du CDESC, qui examinera le bilan du Guatemala en matière de droits de l'homme
c.     Organisation d'une session de débriefing après l'examen du CDESC et identification des leçons apprises et des bonnes pratiques
 
Résultats attendus : 
  1. Les défenseurs des droits de l'homme auront la capacité de partager leurs contributions dans les différents examens du Guatemala par les Nations Unies.
  2. Les impacts de l'exploitation hydroélectrique sur les droits des peuples autochtones au Guatemala seront activement surveillés.
  3. Les violations des droits de l'homme à l'encontre des peuples autochtones au Guatemala seront divulguées aux Nations Unies.
  4. La situation au Guatemala obtiendra une visibilité au niveau international et le Gouvernement sera incité à suivre les recommandations. 
  5. Les questions pertinentes concernant les communautés autochtones touchées par les projets hydroélectriques sont soulevées par les États membres, ce qui conduit à un examen plus approfondi des pratiques du Gouvernement. 
  6. Les prochaines étapes sont établies à la suite du projet pour assurer la poursuite du travail de plaidoyer sur ces questions.
 

Budget:  66,866 CHF

 


Pour contacter les promoteurs du projet:
A Genève: Laurence Blattmer, laurence.blatmmer@un.op.org
Au Guatemala: fr. Ricardo Guardado, guardado78@gmail.com

[1] “Activistas por la vida, rostros y voces de la violencia en Honduras y Guatemala”, Gervasio Sánchez, 1.11.2020, available online: https://www.heraldo.es/noticias/internacional/2020/11/01/activistas-por-...