Derniers flash de l'agence Fides

AMERIQUE/ETATS UNIS - Prise de position de l’Archevêque de Los Angeles sur la réforme de la politique de l’immigration

Los Angeles – « Nous avons besoin d’une réforme globale de la politique de l’immigration maintenant. Il ne s’agit pas d’une question politique mais de défense des droits fondamentaux et de protection de la dignité humaine » : telles sont les paroles prononcées par S.Exc. Mgr José Gómez, Archevêque de Los Angeles, la plus grande circonscription ecclésiastique des Etats-Unis comptant par ailleurs le plus grand nombre d’immigrés hispanisants et provenant de différentes parties du monde.Selon la note parvenue à Fides, l’Archevêque a demandé au Président Barack Obama de bloquer les expulsions d’immigrés en situation irrégulière, après la décision de la Cour Suprême du 23 juin confirmant le blocage du plan sur l’immigration du Président, qui cherche à accorder un statut légal à 5 millions d’immigrés clandestins présents dans le pays. La Cour Suprême s’était prononcée après que 26 Etats, Texas en tête, aient rejeté le plan du Président Obama, estimant que ce dernier avait outrepassé ses pouvoirs et établi des mesures pour lesquelles seul le Congrès était compétent.Dans sa déclaration portant la date du 26 juin, l’Archevêque de Los Angeles affirme que « l’échec constant de notre nation à affronter la crise de l’immigration représente une tragédie humanitaire ». Toutefois, « il est maintenant temps de montrer de nouveau le courage du leadership moral et politique ».

ASIE/PAKISTAN - Jeune chrétienne victime d’un viol de groupe dans le cadre d’une vengeance musulmane

Lahore – Une jeune chrétienne, Samrah Badal, a été victime d’un viol de groupe de la part de quatre musulmans désireux de venger le présumé honneur terni d’une famille musulmane. C’est ce qu’indique à Fides Maître Aneeqa M. Anthony, Avocat chrétien et coordinatrice de l’ONG The Voice Society, en relatant la violence intervenue le 25 juin dernier à Lahore.Selon la reconstitution des faits réalisée par l’avocat, tout a commencé lorsque la jeune musulmane Sehar Wasif s’est enfuie avec le jeune chrétien Inayat Masih, duquel elle était amoureuse. La famille d’Inayat Masih a dû affronter toutes les conséquences de cette action. En effet, la famille de Sehar Wasif a envoyé des hommes – dont le frère de Sehar Wasif – chez la sœur d’Inayat Masih, Samrah Badal, lui demandant des nouvelles. N’obtenant pas satisfaction, les hommes en question ont commencé à la rudoyer, la dénudant et la traînant dans la rue avant d’abuser d’elle sous les yeux de ses cinq enfants.L’équipe de l’ONG s’est rendue au commissariat de police et a déposé plainte pour le compte de la victime. Maître Aneeqa M. Anthony rappelle que « la famille de Sehar Wasif est une famille musulmane très influente » de Lahore et qu’elle croit que cette violence bestiale demeurera impunie. C’est pourquoi elle fait appel « aux hommes politiques chrétiens, tels que le Ministre Kamran Micheal, afin qu’ils puissent intervenir et avoir le courage d’aider les chrétiens ».

AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Soupçons contre l’armée malgré les accusations lancées par le gouvernement contre une nouvelle formation islamiste concernant les violences de Wau

Juba – Au moins 50 morts et plusieurs milliers d’évacués : tel est le bilan d’une vague de violence qui a investi la petite ville de Wau, à 650 Km de la capitale du Soudan du Sud, Juba, en date du 25 juin. Le gouvernement accuse un non mieux précisé « mouvement islamique de formation récente » d’être responsable des attaques perpétrées contre la population civile. Selon les autorités de Juba, la formation islamiste serait composée de déserteurs de l’armée sud-soudanaise, de combattants de l’armée de résistance du Seigneur et de membres des milices soudanaises janjaweed.S.Exc. Mgr Rocco Taban Musa, Administrateur apostolique de Malakal originaire de Wau, accuse quant à lui le gouvernement de Juba d’instiguer les violences à caractère tribal après l’éviction du gouverneur, le Général Elias Waya, qui, aux dires de Mgr Taban, était capable de jouer un rôle de médiateur entre les différentes composantes de la société locale. Son remplacement par une autre personne a en revanche attisé les affrontements tribaux. A Wau, coexistent en effet plusieurs ethnies .Selon la Caritas locale, des milliers de personnes se trouvent actuellement près les structures appartenant à l’Eglise de Wau et sur la base locale des casques bleus de l’ONU. Pour le responsable de la Caritas de Wau, la population craint de revenir chez elle bien que l’armée patrouille dans les rues. « Les personnes ne font pas confiance aux militaires parce qu’elles déclarent que l’armée serait responsable de la mort des civils ».Le South Sudan Council of Churches – organisme réunissant les confessions chrétiennes présentes dans le pays – a lancé un appel au gouvernement afin qu’il mette fin aux combats et mène une enquête sur les violences ayant concerné Wau et d’autres parties du pays.

ASIE/LIBAN - Prise de position du Patriarche d’Antioche des Maronites sur les dangers courus par l’identité de la nation libanaise à cause de la présence des réfugiés

New York – La masse énorme de réfugiés syriens qui ont trouvé refuge au Liban risque de bouleverser les équilibres et l’identité de la nation libanaise, notamment parce que les multitudes de réfugiés qui passent leur existence dans des conditions précaires et parfois désespérées, représentent un bassin de recrutement potentiel pour les organisations terroristes. Tel est le scénario alarmant de la situation du Liban et du Proche-Orient dans son ensemble qu’a décrit le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Bechara Boutros Rai, dans une intervention prononcée le 28 juin à New York au siège de la Catholic Near East Welfare Association, dans le cadre de son actuelle visite pastorale aux Etats-Unis.Selon le Cardinal, une solution permanente concernant la crise des réfugiés de l’ensemble du Proche-Orient requiert une paix durable et leur progressif rapatriement dans leurs pays d’origine alors que doit être évité à tout prix leur installation permanente dans des conditions souvent à la limite du supportable sur les terres où ils ont trouvé refuge.Au cours de son intervention, le Patriarche d’Antioche des Maronites a également dédié des considérations articulées au conflit israélo-palestinien, qu’il considère être « à l’origine des problèmes du Proche-Orient ». Selon le Cardinal, ce conflit pourra être résolu seulement au travers de « la création d’un Etat palestinien aux côtés d’un Etat israélien, avec le retour des réfugiés palestiniens et le retrait des troupes israéliennes des territoires occupés de Palestine, de Syrie et du Liban ». La séparation entre la religion et la politique nationale, « tant pour l’hébraïsme que pour l’islam – a ajouté le Patriarche – représente l’une des conditions fondamentales en vue d’une solution politique permanente dans la région » en ce que « les problèmes commencent lorsque l’on discrimine de manière automatique les citoyens qui ne confessent pas la religion d’Etat ».

ASIE/INDE - Prise de position du nouveau Recteur du Collège Saint André de Bandra sur l’Encyclique Laudato si

Mumbai – Faire vivre l’Encyclique Laudato si dans la vie de la population : tel est l’engagement pris par le Père Magi Murzello, nouveau Recteur du Collège Saint André de Bandra, dans la zone de Mumbai. Ainsi que l’a appris Fides, le Père Murzello est un prêtre qui se définit comme étant « ami de l’écologie » et qui est titulaire d’un doctorat en Sciences environnementales. Son programme vise à « traduire de manière créative et pédagogique dans la praxis pastorale l’Encyclique Laudato si du Pape François, en insérant des contenus au sein des pratiques de culte et de dévotion. Ainsi, le Père Murzello a créé un Chemin de Croix qui se concentre sur les thèmes de la dégradation environnementale et il a conduit une réflexion sur le thème « Ne gaspillez pas les dons de Dieu », qui s’est achevée par le nettoyage d’une plage. Le Père Murzello parle de son initiative à Fides, qui consiste à « approfondir les différents chapitres de l’Encyclique Laudato si pour sensibiliser l’ensemble du peuple de Dieu aux thèmes tels que le dialogue, l’écologie intégrale, la spiritualité écologique, la transparence et l’action de grâce ». Le Collège Saint André, sis dans l’Archidiocèse de Mumbai, est un lieu fréquenté non seulement par des catholiques mais également par des fidèles d’autres religions.

AFRIQUE/EGYPTE - Nouvel appel du Président égyptien en faveur d’une libération du discours religieux des idées extrémistes

Le Caire – Le Président égyptien, Abdel Fattah al Sisi, a demandé à nouveau aux arabes et aux musulmans de faire front commun contre le terrorisme, en libérant le discours religieux et les activités qui en sont inspirées, de toute condescendance envers les idées et les positions extrémistes. « Le monde musulman – a souligné le Chef de l’Etat – connaît actuellement un tournant très dangereux et se trouve à affronter des défis sans précédent pour la vie de ses peuples ». Cette condition d’urgence requiert « des efforts convergents de la part de nous tous, en mettant de côté les différences ».Le Président a adressé son appel au cours d’une intervention télévisée réalisée pour commémorer la Laylat Al-Kadr au cours de laquelle les musulmans croient que Mahomet eut la révélation comme cela est écrit dans le coran, nuit qui correspond à l’une des nuits impaires de la dernière décade du ramadan. En particulier, Abdel Fattah al Sisi s’est adressé aux chercheurs de l’Université islamique d’al-Azhar, la plus importante du monde sunnite, en les invitant à « repenser le discours religieux », en l’émancipant de tous les facteurs qui influencent négativement les idées et comportements diffusés au sein des communautés islamiques.Ce n’est pas la première fois que le Président égyptien indique aux autorités religieuses islamiques l’urgence de s’engager de manière énergique dans l’éradication du fanatisme et des dérives sectaires. Au début de 2015, dans un célèbre discours aux chercheurs et aux responsables religieux liés à al-Azhar , Abdel Fattah al Sisi avait déclaré que le monde islamique ne peut plus être perçu comme « source d’angoisse, de danger, de mort et de destruction » pour le reste de l’humanité et que les guides religieux de l’islam doivent « sortir d’eux-mêmes » et favoriser une « révolution religieuse » pour éradiquer le fanatisme et le remplacer par une « vision plus illuminée du monde ». « Est-il possible – avait déclaré à cette occasion le responsable égyptien – que 1,6 milliards de personnes puissent penser ne réussir à vivre que si elles éliminent les 7 autres milliards d’habitants du monde ? Non, c’est impossible ».

AFRIQUE/RD CONGO - Message de la Conférence épiscopale au terme de sa 53ème Assemblée plénière

Kinshasa – Respect de la Constitution et des échéances électorales qu’elle prescrit, lancement d’un dialogue réel entre toutes les parties du monde politique, mise en place de politiques sociales visant à alléger les conditions pénibles dans lesquelles se trouve la population et respect des droits fondamentaux : telles sont les indications que la Conférence épiscopale de la République démocratique du Congo a inséré dans le Message qu’elle a publié au terme de sa 53ème Assemblée plénière.La RDC connaît « situation inquiétante qui risque de plonger le pays dans le chaos » affirme le document envoyé à l’Agence Fides. « La crise actuelle ne résulte-t-elle pas du blocage du processus électoral ? » se demandent les Evêques. Selon la Constitution, les élections présidentielles et législatives devraient se tenir d’ici la fin de ,’année mais jusqu’à présent aucune date n’a encore été établie.Les Evêques se demandent si « ce retard serait dû à un déficit de bonne gouvernance, à un cas de force majeure, ou à un manque de volonté politique délibéré ? ». « Le dialogue, voie royale en démocratie pour résoudre les problèmes, semble lui aussi être dans l’impasse » dénoncent les Evêques, qui se plaignent en outre de « la réduction sensible de l’espace démocratique, la multiplication inquiétante de violations des droits humains, les massacres ignobles et l’insécurité croissante dans la région Est du pays ». Tout cela fait que, selon le Message, « le peuple se voit sacrifié sur l’autel des intérêts des politiciens ».Pour sortir de cette situation, les Evêques font appel aux dirigeants de la nation afin qu’ils respectent la Constitution et « l’alternance au pouvoir comme fondement d’une vie démocratique ».Concrètement, la CENI demande aux forces politiques de « mettre fin aux manœuvres dilatoires et se mettre autour d’une table avec le Facilitateur nommé pour se parler en face, en vue de dégager un consensus pour l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes dans le respect de la Constitution ».Les Evêques entendent accompagner de leurs prières ce processus, en demeurant politiquement neutres, et au travers d’une campagne d’éducation civique afin de « contribuer à former la conscience du peuple pour qu’il contribue à édifier un Etat de droit ».

ASIE/TADJIKISTAN - Suicides de mères accompagnées de leurs enfants à cause de la pauvreté et de la violence

Vahdat – La violence à l’égard des femmes continue à augmenter, tout comme le niveau général d’agressivité et de cruauté de la société tadjike. L’alarme a été lancée par une représentante de l’ONG Women With Higher Education, après le énième cas de suicide d’une femme dans le fleuve traversant la petite ville de Vahdat, la jeune femme s’étant lancée dans l’eau avec son enfant, tous deux étant épuisés par la faim et la pauvreté. Selon les informations parvenues à Fides, déjà en février dernier, une femme de 25 ans s’était jetée d’un pont avec ses quatre enfants. Quatre mois auparavant, une mère de famille de 30 ans s’était sauvée par miracle après avoir noyé ses trois enfants et avait été condamnée à 18 ans de réclusion.Selon un porte-parole du Ministère tadjik, en 2015, ont été enregistrés au total un nombre de 325 suicides et de tentatives de suicides de femmes. Les femmes tadjikes sont contraintes à se marier très tôt et immédiatement envoyées dans les maisons de leurs maris, où elles subissent des abus de toute nature. En outre, l’aggravation de la crise économique qui afflige le pays a eu des conséquences sociales dramatiques sur une grande partie de ses habitants.Selon la Banque mondiale, le Tadjikistan est le pays le plus largement dépendant des retours financiers effectués par les émigrés. Les flux monétaires ont diminué des deux tiers en 2015 suite à la crise économique russe, qui trouve à son tour son origine dans la chute des prix du pétrole et dans les sanctions occidentales suite à la participation de la Russie au conflit ukrainien. Le Tadjikistan est également fortement dépendant de l’économie russe, au sein de laquelle travaille la moitié de la population masculine, en majorité dans le secteur des constructions.

AMERIQUE/MEXIQUE - Les enfants martyrs de Tlaxcala déclarés Patrons de l’enfance mexicaine

Tlaxcala – La Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements a approuvé la déclaration des Bienheureux Martyrs de Tlaxcala en tant que Patrons de l’Enfance mexicaine, selon ce qu’indique à Fides l’Archevêque de Tijuana, S.Exc. Mgr Francisco Moreno Barron.Les jeunes Cristobal, Antonio et Juan furent parmi les premiers à être évangélisés par les franciscains et par les dominicains immédiatement après la Conquista. Ils furent cruellement tués par leurs compatriotes parce qu’au nom de la foi catholique, ils refusaient l’idolâtrie et la polygamie. Cristobal mourut en 1527, Antonio et Juan en 1529. Ils ont été béatifiés par Saint Jean Paul II le 6 mai 1990 en la Basilique de Guadalupe durant sa II° visite apostolique au Mexique .S.Exc. Mgr Moreno Barron est venu à Rome le 29 juin pour la bénédiction des pallium de la part du Pape François en qualité de nouvel Archevêque de Tijuana. A cette occasion, il a reçu copie du Décret de patronage des mains du Secrétaire de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, S.Exc. Mgr Arthur Roche.L’original du Décret a été envoyé à S.Em. le Cardinal José Francisco Robles Ortega, Archevêque de Guadalajara et Président de la Conférence épiscopale mexicaine, qui avait présenté formellement la demande au nom de tous les Evêques du Mexique. La nouvelle sera communiqué officiellement par la Conférence épiscopale « le plus tôt possible ».

AMERIQUE/VENEZUELA - Prise de position de l’Archevêque de Caracas à propos de la crise

Caracas – « Il n’est pas possible de nier que cette crise existe et de ne pas permettre l’arrivée de vivres et de médicaments provenant d’autres parties du monde, envoyés par différentes organisations non gouvernementales et par des organisations de l’Eglise telles que la Caritas » : telle est la dénonciation faite par l’Archevêque de Caracas, S.Em. le Cardinal Jorge Urosa Savino, qui, en parlant à la presse locale, a critiqué le gouvernement vénézuélien pour son refus d’accepter les aides humanitaires dans le but de ne pas montrer la gravité de la crise en cours dans le pays.Selon les informations parvenues à Fides, le Cardinal a souligné que la situation dégénère et a désormais atteint un niveau extrême. Il a ajouté que le gouvernement du Président Maduro devrait éviter que l’Organisation des Etats américains active la Charte démocratique interaméricaine, qui reviendrait à envoyer d’office les aides humanitaires pour résoudre la situation d’urgence constituée par une terrible crise alimentaire et sanitaire.Voici moins d’une semaine, l’Assemblée nationale avait approuvé une loi visant à affronter le problème sanitaire créé par la carence de médicaments, outre à demander le soutien des organisations humanitaires internationales qui s’étaient déjà proposées d’envoyer de la nourriture et des médicaments. A la demande du Président Maduro cependant, le Tribunal suprême de Justice a émis une décision qui a annulé cette loi en ce que, selon le Tribunal en question, elle usurpe les fonctions présidentielles.

AFRIQUE/ETHIOPIE - Nomination du Vicaire apostolique d’Awasa

Cité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 29 juin 2016, a nommé Vicaire apostolique d’Awasa le Père Roberto Bergamaschi, S.D.B., lui assignant le siège épiscopal titulaire d’Ambia.Le nouveau Vicaire apostolique est né à San Donato Milanese, en province de Milan, le 17 décembre 1954. Entré chez les salésiens, il a émis sa première profession religieuse le 8 septembre 1975 à Pinerolo et la profession perpétuelle le 13 septembre 1981 à Rome. De 1975 à 1982, il étudié la philosophie à Turin-Crocetta et la Théologie à Cremisan, en Terre Sainte. Il a été ordonné prêtre le 2 octobre 1982 à Brescia par S.Exc. Mgr Armido Gasparini, M.C.C.J., premier Vicaire apostolique d’Awasa.Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : missionnaire en Ethiopie à Dilla . Curé à Zway, au sein du Vicariat apostolique de Meki , Vicaire visiteur de l’Inspectorat salésien d’Ethiopie-Erythrée , Directeur à Adwa, dans l’Eparchie d’Adigrat , Directeur des Œuvres salésiennes de Gotera, à Addis Abeba , Directeur des Œuvres salésiennes de à Addis Abeba , depuis 2009 : Curé de la Paroisse Sainte Marie auxiliatrice à Dilla, dans la Vicariat apostolique d’Awasa. Il est membre du Conseil de Mission et du Conseil presbytéral.

ASIE/JAPON - Nomination de l’Evêque d’Hiroshima

Cité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 28 juin 2016, a nommé Evêque du Diocèse vacant d’Hiroshima le Père Alexis Mitsuru Shirahama, P.S.S., jusqu’ici Recteur du Séminaire national catholique de Fukuoka.Le nouvel Evêque est né le 20 mai 1962 à Kamigoto, dans l’Archidiocèse de Nagasaki. En 1986, il a obtenu un Baccalauréat en Philosophie à l’Université Keio de Tokyo et en 1990 un Baccalauréat en Théologie au Séminaire Saint Sulpice de Fukuoka. Par la suite, il étudié à l’Institut catholique de Paris, obtenant une Licence en Liturgie avec spécialisation en Théologie sacramentelle.Il a été ordonné prêtre le 19 mars 1990 à Urakami, dans l’Archidiocèse de Nagasaki et a été incardiné au sein de ce même siège métropolitain. En 1993, il est entré au sein de la Compagnie des Prêtres de Saint Sulpice.Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : Formateur au Séminaire Saint Sulpice de Fukuoka , à compter de 1995 : membre de la Commission liturgique de la Conférence des Evêques catholiques du Japon et enseignant de Liturgie et de Théologie sacramentelle, depuis 2012 : Recteur du Séminaire catholique du Japon.

ASIE/INDONESIE - Démission de l’Evêque de Malang et nomination de son successeur

Cité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 28 juin 2016, a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse de Malang présentée par S.Exc. Mgr Herman Joseph Sahadat Pandoyoputro, O. Carm., conformément au canon 401 § 1 du Code de Droit canonique. Le Pape a nommé Evêque du Diocèse de Malang le Père Henricus Pidyarto Gunawan, O. Carm., jusqu’ici Recteur du Philosophical and Theological Higher Institute ‘Widya Sasana’ de Malang.Le nouvel Evêque est né le 13 juillet 1955 à Malang. Après avoir fréquenté le Petit Séminaire local, il a suivi ses études philosophiques et théologiques au Philosophical and Theological Higher Institute ‘Widya Sasana’ de Malang. Il a émis la profession solennelle le 18 janvier 1981 et a été ordonné prêtre le 7 février 1982 à Malang. Il a obtenu une Licence en Ecriture Sainte près l’Institut pontifical biblique de Rome en 1986 et une Maîtrise en Théologie biblique à l’Angelicum de Rome en 1990.Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : à compter de 1986 : Enseignant d’Ecriture Sainte au Philosophical and Theological Higher Institute ‘Widya Sasana’ de Malang, Vice-recteur de l’Indonesia Biblical Society , Vice-recteur du Philosophical and Theological Higher Institute ‘Widya Sasana’ de Malang , membre du Carmelitan Institute de Rome , Directeur de l’Indonesia Biblical Society , Curé de St. Andrea Tidar à Malang , Recteur du Philosophical and Theological Higher Institute ‘Widya Sasana’ , membre du Comité de spiritualité du Carmelitan Institute de Rome , Directeur du programme post-lauream du Philosophical and Theological Higher Institute ‘Widya Sasana’ , depuis 2012 : Recteur du Philosophical and Theological Higher Institute ‘Widya Sasana’.

ASIE/IRAQ - Inauguration à Ankawa d’une nouvelle église destinée aux évacués de la plaine de Ninive

Ankawa – La nouvelle et grande église inaugurée le 27 juin par le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, à Ankawa, faubourg à majorité chrétienne de la ville d’Erbil, où ont trouvé refuge de nombreux chrétiens ayant fui les village de la plaine de Ninive au moment de l’offensive des milices du prétendu « Etat islamique » a été intitulée à Notre-Dame du Perpétuel Secours – comme l’icône donnée par le Bienheureux Pape Pie IX aux Pères rédemptoristes voici tout juste 150 ans, en 1866. Le nouvel édifice de culte a été financé notamment par les offrandes des fidèles et servira aux initiatives et activités liturgiques, sacramentelles et caritatives liées en particulier au soin pastoral des évacués.A la liturgie d’inauguration ont participé notamment le Nonce apostolique en Irak et en Jordanie, S.Exc. Mgr Alberto Orega Martin, ainsi que S.Exc. Mgr Bashar Warda, Evêque d’Erbil des Chaldéens et membre de la Congrégation des Rédemptoristes, lequel a une dévotion particulière envers l’icône de Notre-Dame du Perpétuel Secours, conservée à Rome, dans l’église de Saint Alphonse à l’Esquilin. Au cours de l’homélie – indiquent les sources officielles du Patriarcat chaldéen consultées par l’Agence Fides - S.B. Louis Raphaël I Sako a décrit la naissance de la nouvelle église comme un signe du lien existant entre les chrétiens irakiens et la terre de leurs pères, réaffirmant que l’émigration en direction de pays lointains « ne constitue pas la solution à rechercher » par ceux qui veulent réellement protéger sur leurs terres le don reçu de la vie chrétienne.

ASIE/PAKISTAN - Plan national et numéro vert en faveur de la protection des droits fondamentaux

Islamabad – Un numéro vert gratuit actif 24 heures/24 permettant de dénoncer les violations des droits fondamentaux et de fournir une première assistance légale aux victimes représente l’initiative lancée par le Ministère fédéral pour les droits fondamentaux, dont le titulaire est, depuis un mois environ, le Sénateur chrétien pakistanais Kamran Michael. Ainsi que cela a été indiqué à Fides, le Ministre, qui a pris ses fonctions depuis peu au niveau fédéral, a promis également de créer des Comités locaux spécifiques pour les droits fondamentaux au niveau provincial et de district, institués par le gouvernement de manière à « créer un réseau pouvant conserver un contrôle efficace sur les violations des droits fondamentaux au Pakistan et offrir une réponse rapide des institutions ».Le Ministre a pris acte du nombre croissant des épisodes de délits d’honneur et de violence à l’encontre des femmes, annonçant que son Ministère entreprend actuellement différentes initiatives administratives et politiques afin de lutter contre cette violence diffuse au sein de la société. Sont à l’étude, à ce qu’a appris Fides, des lignes directrices nationales en matière de violence liée au sexe. Ces projets font partie d’un plan général qui entend agir au plan culturel et sur les mentalités, a indiqué le Ministre, une programme vaste et diversifié qui vise à sensibiliser l’opinion publique concernant les questions de droits fondamentaux, en se concentrant sur des thèmes tels que le droit à la vie, la dignité de la vie humaine, la tolérance et l’harmonie interreligieuse, avec une attention particulière en ce qui concerne les droits des femmes, des minorités, des enfants, des personnes âgées et des handicapés. Le programme, a annoncé le Ministre, prévoit une ligne de crédit de 250 millions de roupies pakistanaises sur le budget de l’Etat au titre de l’exercice 2016-2017.

AFRIQUE/ZAMBIE - L’énergie électrique non polluante et à bon marché : un défi

Pemba – Environ 645 millions d’africains sont privés d’énergie électrique ce qui, entre autre, les empêche de réaliser des activités économiques quelque en soit leur nature. L’énergie électrique constitue le principal défi pour la population du district de Pemba. A cause des pluies précaires, l’eau manque ne permettant pas le fonctionnement des installations hydrauliques. La faiblesse des dernières pluies saisonnières a élevé de peu le niveau du lac, le niveau de l’eau n’atteignant que 17% de ses capacités, soit bien en deçà des 49% enregistrés l’an dernier.Pour le remplir, serait nécessaire une série de saisons des pluies ad hoc associées à une production d’énergie, caractéristiques qui ne peuvent être garanties.Certaines estimations indiquent que 138 millions de familles pauvres dépensent 10.000 millions de dollars par an en produits pour l’énergie, tels que le charbon, les bougies, le kérosène et le bois. Au travers du programme Solar Scaling, qui vise à diversifier les sources d’énergie, le pays tente de couvrir le manque de ce bien au travers d’une installation solaire de 600 MW. En outre, sont déjà en cours de réalisation des structures de 100 MW.

VATICAN - Remise du pallium à 25 Archevêques métropolitains dont 4 de territoires dépendant de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples

Cité du Vatican – En la Solennité des Saints Apôtres Pierre et Paul, le 29 juin, selon la coutume, le Saint-Père François bénira et remettra le pallium aux nouveaux Archevêques métropolitains nommés au cours de l’année. Le pallium, symbole du lien de communion entre le Pape, le siège de Rome et les Eglises du monde entier, sera imposé par le Représentant pontifical à chaque Archevêque dans le cadre d’une célébration qui se déroulera dans les Eglises particulières respectives.Au cours de la Messe que le Pape célébrera en la Basilique Saint-Pierre, il remettra le pallium à 25 Archevêques métropolitains, dont 4 sont des Ordinaires de territoires confiés à la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, provenant d’Amérique, d’Océanie, d’Asie et d’Afrique.Leurs noms, par ordre de nomination sont les suivants : S.Exc. Mgr Kenneth David Oswin Richards, Archevêque de Kingston en Jamaïque , S.Exc. Mgr Christopher M. Cardone, O.P., Archevêque d’Honiara , S.Exc. Mgr Basilio Athai, Archevêque de Taunggyi et le Père Roger Houngbédji, O.P., Archevêque élu de Cotonou .

ASIE/LIBAN - Réactions des Pasteurs de l’Eglise catholique après les attentats suicides perpétrés à Qaa

Qaa – La série de quatre attentats suicides perpétrée à l’aube du 27 juin dans le village libanais de Qaa, habité en majorité par des grecs melkites , a fait cinq morts et au moins 15 blessés. Les représentants des institutions et des forces politiques libanaises ont fait part de leur indignation et de leur condamnation alors que des condoléances sont parvenues des Ordinaires des Eglises locales.S.Exc. Mgr Elias Rahal, Archevêque gréco melkite de Baalbek et originaire de Qaa, a demandé à l’Etat libanais de « prendre ses responsabilités », faisant remarquer qu’autour du village vivent quelques 30.000 réfugiés syriens, desquels aucune institution publique ne s’occupe. De son côté, S.B. Grégoire III Laham, Patriarche d’Antioche des grecs melkites, s’est déclaré « horrifié » par l’attaque de Qaa et a rendu hommage aux victimes qui appartiennent aux Paroisses de l’Archidiocèse de Baalbek des grecs melkites. Le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Boutros Bechara Rai, actuellement en visite pastorale aux Etats-Unis, a souhaité pour sa part que ce « crime sans nom » pousse, lui aussi, les libanais à retrouver l’unité nationale et à la défendre contre les plans des terroristes.

AMERIQUE/GUATEMALA - Usage des inhalations de solvants pour calmer les morsures de la faim

Guatemala – Dans les rues du Guatemala, il est aisé de rencontrer des adultes, des enfants et des jeunes qui errent en inhalant des solvants pour éviter de ressentir la faim et de se souvenir des motifs de violence pour lesquels ils ont abandonné leurs familles, si tant est qu’ils en aient une. Selon les informations parvenues à Fides en provenance d’organisations engagées en faveur des personnes vivant dans les rues, il n’existe pas de statistiques en mesure de quantifier le nombre de personnes se trouvant dans ces conditions. Malheureusement, l’importance des mauvais traitements sur les enfants et le manque d’attention de l’Etat concernant ce phénomène ne portent pas à une évolution dans ce domaine.Survivre n’est pas chose facile pour eux, exposés qu’ils sont au mépris de la population, des autorités municipales et de la police. Dans certains cas, ils sont ramenés dans leurs familles dans le cadre d’un processus de réhabilitation. Souvent, ils se regroupent par eux-mêmes et vivent « comme une famille » au sein de laquelle ils prennent réciproquement soin les uns des autres en suivant des règles. Toutefois, lorsque ces dernières sont violées, le transgresseur est roué de coups et même éloigné. Le principal moyen de survie de ces personnes est la mendicité, sachant que son produit est cependant employé pour acheter des solvants ou des bouteilles de liqueurs.

ASIE/BANGLADESH - Sacrement de la Confirmation pour 116 jeunes à Dinajpur

Dinajpur – Ce sont 63 jeunes filles et 53 jeunes hommes de la Paroisse de la Cathédrale de Dinajpur qui ont reçu ces derniers jours le sacrement de la Confirmation. « Jour de joie, de couleurs, d’engagement nouveau au sein de l’Eglise et pour tous. Un nouvel avènement de l’Esprit guide l’Eglise de Dinajpur » indique, dans une note parvenue à Fides le Père Adolfo L'Imperio, missionnaire, qui s’est ainsi adressé aux confirmands : « Très chers jeunes, recevez le don des langues qui vous aidera à dialoguer, à parler de Jésus, à œuvrer en famille, au sein de votre village, là où vous étudiez ou travaillez en faveur de ce qui est juste, de ce qui unit, de ce qui est beau, vrai et bon. Aujourd’hui, l’Eglise, qui a pour fondement ceux qui donnent la vie, ceux qui sont appelés témoins, grandit. Certains sont connus comme martyrs, d’autres comme semence qui tombe et meurt pour produire une vie nouvelle, mais il s’agit toujours de témoins. C’est pour cela que vous recevez l’Esprit Saint ».« En tant qu’ancien, j’ai fermé les yeux et j’ai rêvé la manière dont cette communauté de foi grandit, se développe, s’étend malgré de nombreux remous et difficultés – poursuit le missionnaire. Jésus donne Son Esprit et réalise dans le temps Son Eglise. Cette petite communauté de 1.820 catholiques, dispersée dans une réalité de quelques 360.000 personnes – la population de la ville de Dinajpur – assure un service scolaire au travers de trois écoles primaires au profit de 4.000 élèves environ et d’une école supérieure concernant 5.000 élèves. Elle est également engagée dans le cadre de nombreux services sociaux tels que l’hôpital, l’école d’infirmières, la Caritas et d’autres œuvres sociales ».Le Père L’Imperio conclut : « L’Esprit a été donné aujourd’hui à 116 jeunes auxquels Il ne demande pas leur degré d’instruction mais seulement s’ils sont prêts à vivre en s’engageant en faveur du bien, du juste et du beau de la vie ».

Pages