Derniers flash de l'agence Fides

EUROPE/ITALIE - Histoires, jeux et bandes dessinées pour sensibiliser les plus jeunes à la solidarité et au handicap

Milan – Raconter le monde du handicap aux enfants au travers d’un petit journal qui emploie leur langage mais également expliquer de manière simple l’importance de la vue et les conditions de vie des personnes aveugles dans les pays du sud du monde au travers d’histoires, de jeux, de bandes dessinées et de curiosités. Tout cela et bien d’autres choses encore est compris dans le nouveau bulletin de CBM Italia Onlus intitulé « Occhiolino » sorti pour la première fois des presses en ce mois de juillet. « Le bulletin est né du désir d’impliquer et de sensibiliser les enfants aux valeurs universelles de la solidarité, de l’inclusion, de l’ouverture aux autres mais aussi pour leur faire connaître le monde du handicap » peut-on lire dans la note envoyée à l’Agence Fides. « Le premier numéro est entièrement dédié à l’Ouganda, la Terre des Grands Lacs, où la cécité et le handicap sont très répandus y compris parmi les enfants. Que signifie pour un enfant pauvre avoir la cataracte ? Est-ce guérissable ? Les enfants handicapés aux jambes peuvent-ils jouer et faire du sport ? Voici quelques-unes des questions auxquelles sont fournies des réponses, de manière simple et éducative, sans pour autant épouvanter mais en rendant les enfants curieux.

AFRIQUE/KENYA - Condamnation de la violence au Soudan du Sud de la part des Evêques de l’AMECEA

Nairobi – « Dans un esprit de solidarité, nous, Evêques catholiques de la région AMECEA, condamnons tout acte de violence sans exception. Combattre pour tout motif représente un acte mauvais et injustifiable ». C’est ce qu’écrivent les Evêques de l’AMECEA, l’organisme qui rassemble les Conférences épiscopales d’Afrique orientale, dans une communiqué signé par le Président de l’organisme, S.Em. le Cardinal Berhaneyesus D. Souraphiel, Archevêque d’Addis Abeba.Dans le texte, diffusé par l’AMECEA et parvenu à Fides, les Evêques se déclarent « attristés par les conséquences tragiques de la violence qui s’est déchaînée à Juba à compter de la soirée du 7 juillet, violence qui a causé plus de 100 morts et des milliers de personnes innocentes sans abri ».Se référant à la Constitution Gaudium et Spes sur le partage des joies et des douleurs de la part de tous les disciples du Christ, le texte affirme : « Nos frères et sœurs de République du Soudan du Sud ont besoin de notre soutien pour continuer à vivre une vie digne ». En rappelant la dignité de la personne humaine proclamée dans l’Ecriture Sainte, ils concluent par suite : « Nous sommes encouragés par toutes les voix qui ont invité au calme et à la fin des combats. Nous ajoutons nos voix aux leurs et sollicitons tous les militaires et les civils à s’abstenir de toutes les actions qui peuvent enflammer et faire dégénérer la situation… le dialogue pacifique est la seule voie praticable pour parvenir à la fin du conflit ».

ASIE/ISRAEL - Critique du projet de loi sur les ONG de la part d’une association d’inspiration chrétienne

Jérusalem – Le 11 juillet dernier, la Knesset a approuvé une loi obligeant les ONG recevant plus de 50% de leur financement d’institutions et de gouvernements étrangers à déclarer publiquement lors de toutes leurs interventions et initiatives – dans les espaces publics, la presse et sur Internet – leur dépendance de fonds provenant de l’étranger. Des critiques ont été faites par William Bell, conseiller de l’ONG Christian Aid à propos de cette norme, en ce qui concerne les initiatives se déroulant en Israël et dans les territoires palestiniens occupés. « Cette loi – a déclaré notamment W. Bell – représente une tentative claire visant à limiter ou à faire taire des voix qui s’expriment contre l’injustice. La majeure partie des organisations auxquelles la norme sera appliquée sont actives sur le terrain de la défense des droits fondamentaux, et parmi elles se trouvent également les partenaires israéliens de Christian Aid, de B'Tselem et Breaking the Silence”. Christian Aid – a cependant réaffirmé W. Bell – « est fière de soutenir les organisations de la société civile israélienne qui défendent les droits fondamentaux et s’opposent aux discriminations et nous continuerons à le faire ».Christian Aid est une agence qui soutient des projets sociaux et de développement pour le compte de plus de 40 Eglises et communautés chrétiennes présentes en Grande-Bretagne et en Irlande.

AMERIQUE/PANAMA - Délégation de 500 jeunes panaméens à la JMJ de Cracovie

Panama – L’Eglise catholique à Panama a indiqué qu’une délégation officielle composée de 500 jeunes participera à la Journée mondiale de la Jeunesse de Cracovie . Les jeunes seront accompagnés par l’Archevêque, S.Exc. Mgr José Domingo Ulloa Mendieta, par l’Evêque de David, S.Em. le Cardinal José Luis Lacunza, et par l’Evêque de Colón-Kuna Yala, S.Exc. Mgr Manuel Ochogavía.L’événement comprend également un moment de préparation, qui aura lieu du 20 au 24 juillet dans les différents Diocèses de Pologne. Les jeunes du monde entier participeront à différentes activités à l’intérieur des communautés paroissiales pour faire l’expérience de la vie locale au plan religieux et culturel. La délégation panaméenne est déjà sur le départ pour la Pologne. La XXXI° Journée mondiale de la Jeunesse se déroulera du 26 au 31 juillet à Cracovie en présence du Pape François et de milliers de jeunes du monde entier, le thème choisi étant : « Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde » .

ASIE/PAKISTAN - Requête de renforcement de la protection des défenseurs des droits fondamentaux de la part d’une ONG d’inspiration chrétienne

Islamabad – Il est nécessaire de mettre en place des mesures de protection plus forte en faveur des défenseurs des droits fondamentaux au Pakistan. Tel est l’appel lancé au gouvernement par la société civile et par des ONG internationales telles que Christian Solidarity Worldwide. L’appel en question arrive à la suite de l’assassinat de l’activiste musulman Zafar Lund, intervenu le 14 juillet. Ce dernier a été frappé à la tête par des agresseurs non identifiés et est mort devant sa maison de Kot Addu, dans la province du Pendjab. Il était le fondateur d’un forum de la société civile visant à protéger les droits des communautés qui vivent grâce à la proximité du fleuve Indus à Kot Addu, mais aussi à promouvoir l’instruction et les droits de l’enfant.« La violence à l’encontre des défenseurs des droits fondamentaux dans l’ensemble du Pakistan est en hausse. Ils sont victimes de menaces et d’intimidations de la part d’acteurs étatiques et non » affirme le forum de la société civile, qui recommande au gouvernement du Pakistan de « combattre la culture de l’impunité et de remettre à la justice tous les responsables d’attaques et de menaces contre les avocats, les intellectuels, les magistrats et les défenseurs des droits fondamentaux ».Parmi les derniers homicides en date, on notera celui de Khurram Zaki, défenseur des droits fondamentaux bien connu et éditeur, intervenu le 7 mai dernier à Karachi. Khurram Zaki faisait partie des activistes de la société civile qui, en janvier, avaient présenté une plainte contre Maulana Abdul Aziz, membre de la Lal Masjid, la « mosquée rouge » de Karachi, accusée d’inciter les enfants et les jeunes à la haine sectaire et à la violence.

ASIE/TURQUIE - Témoignage d’un prêtre après la tentative de coup d’Etat militaire

Antakya – « Pendant toute la nuit, des haut-parleurs des mosquées, outre les prières, les imams ont fait appel à intervalles réguliers à ce que la population descende dans les rues pour manifester son soutien au gouvernement et au Président, Recep Tayyip Erdogan ». C’est ce que raconte à l’Agence Fides le Père Paolo Pugliese OFM Cap., qui exerce son ministère pastoral près la Paroisse d’Antakya, l’antique cité d’Antioche, où ont vécu tant Saint Pierre que Saint Paul outre à Saint Luc et Saint Barnabé et où, pour la première fois, les disciples du Christ furent appelés chrétiens.Le témoignage provenant d’Antakya, chef-lieu de la province d’Hatay, limitrophe de la Syrie, confirme que même dans les centres urbains mineurs de la Turquie ont eu lieu des manifestations contre la tentative de coup d’Etat de secteurs des forces armées turques de la fin de soirée du 15 juillet. A Antakya, une partie considérable de la population est descendue dans les rues du centre, lançant des slogans et actionnant les avertisseurs sonores des voitures mais aucun coup de feu n’a été entendu. La journée d’aujourd’hui a commencé dans le calme. Tous savent que le Président Erdogan a repris en main la situation mais attendent de voir comment évoluera la situation et quelles seront les conséquences du coup d’Etat manqué.Des sources du Patriarcat œcuménique de Constantinople indiquent à Fides qu’au cours de la tentative de coup d’Etat, le Patriarche œcuménique, Bartholomé I, actuellement à l’étranger pour une période de repos, a fait parvenir un message aux personnes – ecclésiastiques et laïcs – actuellement présentes au siège patriarcal d’Istanbul, leur indiquant des précautions à prendre quant à la manière de faire face à la situation.

AMERIQUE/ARGENTINE - Témoignage du Président de la Commission épiscopale pour la Pastorale sociale sur les mouvements populaires

Gualeguaychú – Les mouvements populaires jouent un précieux rôle social et de sensibilisation des consciences. C’est ce qu’affirme le Président de la Commission épiscopale pour la Pastorale sociale et Evêque de Gualeguaychú, S.Exc. Mgr Jorge Lozano, qui a rappelé que ces mouvements « aident à promouvoir le développement des groupes sociaux marginalisés ».Ainsi que l’a appris Fides, l’Evêque, dans le cadre d’une brève rencontre avec la presse locale, a déclaré à propos de ces organisations : « Elles sont grandement bénéfiques non seulement aux personnes qu’elles réunissent ou représentent mais également à la société dans son ensemble. Ils aident à visualiser les problèmes des plus fragiles et des plus vulnérables qui demeurent souvent cachés ou ignorés et, avec peu de ressources, ils font des miracles » a-t-il souligné. « Le Pape les encourage parce qu’il voit l’engagement et la créativité qui rendent la dignité humaine et la société équitable » - a-t-il déclaré – rappelant les trois T : « Qui ne désire promouvoir la terre, le logement et le travail comme droits fondamentaux ? ». « Les mouvements populaires ont un rôle très important dans la configuration de notre société ». Il a également présenté comme un exemple les coopératives de recyclage ou de construction de logements. Egalement dignes d’éloges les organisations promouvant la protection de l’environnements ou celles qui luttent pour les droits des travailleurs en situation irrégulière ou des chômeurs.

ASIE/SRI LANKA - Engagement de l’Eglise contre le trafic de drogue et la toxicomanie

Colombo – Eradiquer le trafic de drogue au Sri Lanka et sauver les jeunes, et en particulier les enfants, de la toxicomanie, tel est l’appel lancé par S.Em. le Cardinal Malcolm Ranjith, Archevêque de Colombo, suite à la plainte du Directeur d’une école catholique qui a découvert que 15 de ses élèves faisaient usage de cocaïne et de marijuana. « Nous devons élever la voix contre les trafiquants de drogue qui, souvent, distribuent la drogue non loin des écoles. Il est urgent d’adopter des lois rigides et restrictives » a ajouté le Cardinal dans le cadre d’une conférence, attendues que certaines drogues entrent dans le pays en se faisant passer pour des « médicaments ». Le Cardinal Ranjith a également exhorté les responsables religieux, la police, les éducateurs et les hommes politiques à prendre leurs responsabilités et à s’unir pour affronter et vaincre la plaie du trafic de drogue et la diffusion de la toxicomanie. L’Evêque auxiliaire de Colombo, S.Exc. Mgr Maxwell Silva a par ailleurs annoncé une marche de protestation et de sensibilisation pour le 30 juillet au sein de l’Archidiocèse, laquelle impliquera les Paroisses, les associations, les mouvements chrétiens et d’autres organisations de la société civile.

ASIE/INDE - Tentative d’incendie volontaire à l’encontre d’un temple protestant

New Delhi – Des inconnus ont tenté d’incendier une église appartenant à la communauté indienne protestante dénommée église de l’Inde du Sud, sise dans l’Etat indien du Karnataka. Ainsi que l’a appris Fides, la tentative d’incendie volontaire, dans le cadre de laquelle du kérosène a été versé sur la porte et sur d’autres parties de l’édifice, a eu lieu aux premières heures du 14 juillet. Les flammes ont brûlé le portail du temple, provoquant des dommages heureusement limités. La police, appelée par les fidèles du cru réveillés en pleine nuit, mène actuellement une enquête. Le Président du Conseil global des chrétiens indiens , Sajan K George, dans un entretien accordé à Fides, a fermement condamné la tentative d’incendie volontaire qui « représente une claire attaque contre l’église », relevant « l’alarme et la peur au sein de la communauté chrétienne, très vulnérable et soumise à de continuelles intimidations et à de continuelles violences, en particulier dans certains Etats indiens comme le Karnataka ».

AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Calme à Juba malgré les pillages à la veille de la prière pour la nation

Juba – La situation à Juba, capitale du Soudan du Sud, est plus calme après que, voici maintenant quatre jours, les combats entre les forces du Présidents Salva Kiir et celles du Premier Vice-président Riek Machar aient cessé. Une partie des milliers de personnes qui s’étaient réfugiées dans les églises et de celles qui s’étaient cachées dans la savane cherche actuellement à revenir chez elles. « Tous ne peuvent pas le faire parce qu’il existe encore des zones de la ville caractérisées par l’insécurité » indiquent à l’Agence Fides des sources locales. Les églises ont cherché à se coordonner avec les organisations humanitaires afin d’offrir du soutien aux évacués.Les personnes risquant d’être tuées à cause de leur appartenance ethnique, comme les Nuers, ethnie à laquelle appartient Riek Machar, cherchent refuge dans la base de l’ONU. « A la différence de 2013, lors du déclenchement de la guerre civile, aucun massacre ethnique n’a eu lieu mais des meurtres sur base ethnique ont cependant été perpétrés. On ne connaît pas le nombre précis des victimes, comme d’ailleurs ne sera probablement jamais connu le bilan des morts de la guerre civile 2013-2015 ».Les dommages les plus importants ont touché les zones dans lesquelles les combats ont été les plus violents mais le pire n’est pas tant l’endommagement des édifices dû à des tirs d’armes lourdes que le saccage massif qui a suivi. Les combattants se sont livrés au pillage malgré les appels de leurs chefs à s’arrêter, et ont ensuite été imités par des civils qui ont pris ce qui restait.Le magasin principal du Programme alimentaire mondial a été pillé. Au sein de cette structure, avaient été stockées des aides alimentaires suffisant à nourrir 20.000 personnes durant un mois, le stock devant être distribué aux différentes bases de l’ONU au Soudan du Sud, pays qui, du fait de la guerre civile, connaît une dramatique situation d’urgence alimentaire. Selon des nouvelles parvenues à l’Agence Fides, le magasin du Programme alimentaire mondial est encore actuellement privé de protection, les saccages se poursuivant de la part des civils.Le South Sudan Council of Churches a organisé pour demain, 16 juillet, une prière pour la nation et pour les responsables du Soudan du Sud afin qu’ils abandonnent la guerre et reviennent au chemin du dialogue.

ASIE/TERRE SAINTE - Poursuite des visites à l’édicule du Saint Sépulcre durant les opérations de restauration

Jérusalem – Les travaux de restauration, désormais commencés depuis quelques semaines, ont complètement enveloppé d’échafaudages et de bâches l’édicule du Saint Sépulcre mais le lieu où, selon la Tradition, fut déposé le corps du Christ après la crucifixion, demeurera dans tous les cas accessible aux pèlerins au cours de l’action de récupération et de consolidation de la structure. C’est ce qu’indiquent les sources officielles du Patriarcat latin de Jérusalem dans une note portant sur l’état d’avancement des travaux signée par Thomas Charrière. Une élingue métallique permet l’accès en toute sécurité à la tombe alors que la façade de l’édicule a été dépouillée et que les travaux de restauration se déroulent tout autour de la structure de jour comme de nuit.La Custodie franciscaine de Terre Sainte, au travers de ses canaux officiels, fournit périodiquement des mises à jour sur l’avancement des travaux. « Les travaux les plus importants – peut-on lire sur le site Internet terrasanta.net – se concentrent pour le moment sur la façade nord. L’architecture baroque ottomane avait dessiné là les contours de trois fenêtres aveugles. Maintenant, elles ne se voient plus parce que la maçonnerie a été complètement dépouillée de ses revêtements de marbre. En analysant les photographies qui viennent d’être réalisées, on a la sensation que le mur désormais nu a été construit en deux époques différentes, à en juger par les différences de pierres employées et par la trame qui les unit ».La majeure partie des interventions les plus bruyantes – nécessitant l’utilisation de perceuses et de marteaux – se déroule de nuit. Tous les fragments de revêtements en marbre démontés sont transférés dans la galerie des franciscains, sise sous la coupole, au moyen d’un monte-charges installé non loin des arches de la Vierge. Dans le laboratoire, situé derrière le toit de la Basilique, chaque élément est inventorié avant d’être mesuré et nettoyé. Le projet de réhabilitation, dont le coût est estimé à 3,3 millions d’USD, est soutenu par l’Eglise catholique, l’Eglise grecque orthodoxe et par l’Eglise arménienne apostolique. Au mois d’avril, le Roi de Jordanie, Abdallah II, a fait parvenir sous forme de bienfaisance royale une donation personnelle substantielle en faveur de la réalisation du projet.

AFRIQUE/ZIMBABWE - Déclaration conjointe des responsables chrétiens après l’arrestation du pasteur E. Mawarire et la violence de la police à l’encontre de manifestants

Harare – « Le gouvernement doit faire face aux préoccupations authentiques des citoyens afin d’éviter l’effondrement total de l’Etat – affirment les responsables chrétiens du Zimbabwe dans une déclaration conjointe visant à protester contre les violences de la police à l’encontre des manifestants et l’arrestation du pasteur Evan Mawarire. « Ce dernier est un pasteur baptiste qui a invité la population à protester à cause des conditions sociales et économiques dramatiques dans lesquelles se trouve le pays » .« Si le gouvernement n’écoute pas le cri de douleur des citoyens dans la souffrance, les plaintes pourraient bientôt se transformer en désordres civils » affirme le document parvenu à Fides qui porte la signature de la Conférence épiscopale locale pour ce qui est de l’Eglise catholique.Le pasteur Evan Mawarire a été arrêté le 12 juillet puis remis en liberté le lendemain sur ordre du tribunal d’Harare. La grève générale du 6 juillet qu’il a promu avait été largement suivie mais les manifestations successives ont été contrecarrées par la police qui a arrêté environ 300 personnes selon Amnesty International.Dans leur déclaration, les responsables chrétiens dénoncent les violences et la brutalité des forces de police à l’encontre des manifestants et se déclarent préoccupés par les intimidations faites au pasteur Mawarire et à d’autres responsables ecclésiaux « qui s’expriment en faveur des plus faibles ».Le document critique la police du Président Robert Mugabe, 92 ans, et en particulier la faillite des entreprises, en tout ou partie propriétés du gouvernement, à cause de « la corruption galopante et du fort taux d’irresponsabilité et d’impunité ». Le chômage massif et l’absence de versement des traitements et salaires des personnels du secteur public risquent de faire imploser le pays si la confiance vis-à-vis de l’Etat n’est pas rétablie au sein de la population au travers d’un véritable dialogue, indiquent les responsables chrétiens.Du fait de l’hyperinflation, Robert Mugabe a décidé en 2009 d’abandonner la monnaie nationale et de faire usage de dollars américains. Une grande partie des 16 millions d’habitants du Zimbabwe vit avec un dollar par jour et est contrainte à recourir à des commerces informels pour survivre.

AMERIQUE/HONDURAS - Arrestation des meurtriers présumés de l’activiste environnementaliste Lesbia Yaneth Urquía

Marcala – La police a arrêté les meurtriers présumés de Lesbia Yaneth Urquía, responsable communautaire, dans la commune de Marcala, La Paz, au centre du Honduras. L’activiste avait été trouvée morte le 6 juillet à Marcala, à l’ouest de la capitale, Tegucigalpa. L’assassinat fait partie d’une série d’homicides ayant pris pour cibles les membres du Conseil civique des Organisations populaires et indigènes du Honduras défendant des causes environnementales et les indiens du Honduras.Au mois de mars dernier, avait été assassiné Nelson Garcia. Par ailleurs, Berta Caceres, cofondatrice du COPINH, avait été tuée chez elle au cours de ce même mois . Tomas Garcia, qui avait présidé le Conseil, avait quant à lui été tué par un militaire lors d’une manifestation en 2013.L’Evêque auxiliaire de San Pedro Sula, S.Exc. Mgr Romulo Emiliani, avait déclaré en mars dernier, après l’homicide de Berta Caceres que « bien que les statistiques gérées par les institutions indiquent que le nombre des homicides diminue, l’impact de ces crimes commis frappe tout un chacun, en particulier dans le cas du massacre de Comayagüela et du meurtre de la responsable indigène Berta Caceres . Cela provoque consternation et embarras au sein de la population ».Selon le dernier rapport de l’organisme international Global Witness concernant l’année 2015, le total des environnementalistes tué au cours de l’année de référence est de 185 en 16 pays différents dont 67 appartenant à des communautés indigènes. En Amérique latine, la répartition est la suivante : le Brésil se trouve au premier rang avec 50 homicides de ce type enregistrés, suivi par la Colombie , le Pérou et le Nicaragua , le Guatemala , le Honduras et le Mexique . De nombreuses organisations de défense des droits fondamentaux se plaignent par ailleurs en général du fait que ces crimes demeurent impunis.

ASIE/PAKISTAN - Initiative théâtrale de la Caritas en faveur du changement social

Lahore – Le théâtre représente un moyen puissant en faveur du changement social des jeunes et de la diffusion d’une culture de paix et de tolérance » : c’est sur la base de cette conviction que la Caritas de Lahore a organisé une représentation théâtrale ces jours derniers au Renewal Centre, structure pastorale du Diocèse de Lahore sise à Youhanabad, quartier chrétien de la ville. Le but de cette représentation était de mettre en évidence certains problèmes sociaux existants et de promouvoir des modalités et des voies pacifiques de résolution de ces derniers, en créant harmonie sociale et religieuse au sein de la société. A la manifestation a pris part l’Archevêque de Lahore, S.Exc. Mgr Sebastian Shaw, qui a exprimé sa joie pour cet engagement social et culturel des jeunes du Diocèse.La Caritas a organisé la représentation en collaboration avec le Théâtre Ajoka, compagnie théâtrale engagée dans la diffusion de la conscience de divers problèmes et questions ouvertes, existant au sein de la communauté. Amjad Gulzar, Directeur national de Caritas Pakistan, a remarqué que la Caritas, au travers de son action de soutien et d’assistance aux personnes en difficulté et dans la gêne, « entend contribuer à diffuser cette conscience du changement social aussi largement que possible ». Le Père Joseph Shahzad, Secrétaire exécutif de la Caritas de Lahore, a remercié tous ceux qui ont rendu possible ce type de manifestations, remarquant que la Caritas contribuera à organiser ce type d’événements également à l’avenir.

AFRIQUE/EGYPTE - Vers la résolution du contentieux relatif aux terrains environnant le Monastère copte orthodoxe de Saint Macaire

Fayyum – Maître Ihab Ramzy, avocat égyptien qui défend les intérêts de l’Eglise copte orthodoxe, a rendu public les détails d’un accord imminent entre les parties qui devrait mettre un terme au long contentieux relatifs aux terrains liés au Monastère copte orthodoxe de Saint Macaire, sis dans la zone de Wadi el Rayan. Le cas avait été rouvert dans les premiers mois de 2015 suite au lancement d’un projet de construction d’une route qui devait relier la ville de Fayyum à un oasis en traversant les terrains situés autour du Monastère copte orthodoxe Saint Macaire, menaçant une zone archéologique s’étendant autour d’une église remontant au IV° siècle.Le projet mettait en danger également l’approvisionnement en eau du Monastère et de certaines zones cultivées appartenant à ce dernier. A cette époque , les moines lancèrent une initiative de résistance non-violente en s’allongeant sur le parcours des excavateurs utilisés dans le cadre du projet, lesquels étaient conduits par des ouvriers qui s’approchaient des terrains du Monastère au cri de « Allah Ackbar ». Par la suite, des activistes et des responsables politiques locaux lancèrent également une pétition pour demander au Président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi, de bloquer le projet. Dans le texte de l’appel, la controverse existant concernant le projet de route était qualifiée de « bombe à retardement » en mesure d’aggraver les conflictualités religieuses déjà alarmantes enregistrées dans le pays.Maintenant, selon les nouvelles diffusées par Maître Ihab Ramzy, l’accord en voie d’approbation prévoirait la concession définitive à l’Eglise copte orthodoxe de 3.000 acres de terrain autour du Monastère en tant que zone destinée au tourisme culturel. Dans le cadre de l’accord, devrait trouver également une solution l’affaire du moine condamné pour avoir tenu un comportement jugé agressif vis-à-vis de fonctionnaires de l’Etat au cours d’une phase aigue des contrastes.Par le passé, les tensions entre le Monastère Saint Macaire et la hiérarchie épiscopale copte orthodoxe s’étaient par ailleurs projetées sur le contentieux relatifs aux terrains, les Evêques ayant à plusieurs reprises dénié toute légitimité aux protestations des moines. En mai 2015, le Synode des Evêques coptes orthodoxes, sous la présidence du Patriarche Tawadros II, avait délibéré et publié des dispositions disciplinaires rendant plus étroit le contrôle de l’épiscopat sur la vie des moines et moniales coptes orthodoxes. La résolution du contentieux portant sur les terrains du Monastère Saint Madaire représente également un signal de dépassement de certaines tensions et incompréhensions internes à l’Eglise copte orthodoxe.

AMERIQUE/BRESIL - Conflits et droits des communautés de pêcheurs traditionnels

Brasilia – Le Conseil pour la Pastorale des Pêcheurs , lié à la Commission épiscopale pour la Pastorale du service de la charité, Justice et Paix de la Conférence épiscopale , a présenté le rapport « Conflits sociaux et environnementaux et violations des droits fondamentaux au sein des communautés traditionnelles de pêche au Brésil ».La présentation, indique une note des Œuvres pontificales missionnaires du Brésil envoyée à Fides, a eu lieu à Brasilia, au siège de la CNBB, le 13 juillet, en présence de représentants du CPP, de membres d’autres secteurs de la Pastorale sociale et de pêcheurs menacés par des conflits. Le rapport, outre à analyser les causes des conflits, explique également les stratégies mises en œuvre par les communautés pour valider leurs droits.« Ce rapport est important en ce qu’il donne de la visibilité et dénonce les cas de violations des droits fondamentaux, sociaux, environnementaux et culturels, en faisant également mention des luttes entreprises pour la défense des territoires des communautés de pêcheurs » a déclaré le Président de la Commission épiscopale pour la Pastorale du service de la de la charité, Justice et Paix, le Père Olavio Dotto, au début de la rencontre.La publication contient une somme d’informations concernant les violences subies par les communautés de pêcheurs artisanaux et par des pêcheurs qui vivent dans les eaux internes et le long de la côte brésilienne.Le rapport recueille également les données concernant les principaux conflits environnementaux qui impliquent la pêche traditionnelle dans les communautés de 14 Etats du Brésil.

OCEANIE/AUSTRALIE - Campagne du Conseil pour la Justice sociale de la Conférence épiscopale sur la valeur des personnes âgées

Sydney – Célébrer la Journée de la Justice sociale, le 25 septembre, et inaugurer la campagne pour l’année 2016-2017 avec un thème central unique, celui de la vie des personnes âgées, telle est l’initiative du Conseil pour la Justice sociale de la Conférence épiscopale australienne qui, ainsi que cela a été indiqué à Fides, a rendu public le titre de la campagne imminente, à savoir « une place à table : la justice sociale dans une société qui vieillit ».Dans la déclaration d’intention, qui est accompagnée par une lettre de S.Exc. Mgr Dennis Hart, Président de la Conférence épiscopale australienne, les Evêques célèbrent la valeur, la dignité et la contribution significative des personnes âgées à la vie de la communauté. Dans le texte transmis à Fides, les Evêques notent combien les membres les plus vulnérables de la société « doivent être protégés de l’expérience de la pauvreté, de l’isolement, des abus ou de toute circonstance dans lesquelles ils sont considérés comme un poids pour la famille ou la société ». La déclaration – envoyée et diffusée dans les Paroisses, les écoles et les universités catholiques, les Congrégations religieuses et les associations – invite la communauté catholique, les hommes politiques, les jeunes et les moins jeunes à favoriser une approche des personnes âgées basée sur la miséricorde et l’amour, « au sein de laquelle toute personne peut occuper une place à table ».

AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Maintien de la trêve à Juba et affrontements signalés à Wau

Juba - A Juba, capitale du Soudan du Sud, les opérations d’évacuation de ressortissants étrangers se poursuivent alors que les combats entre les forces du Président Salva Kiir et celles du Premier Vice-président, Riek Machar ont cessé depuis trois jours. L’Ouganda a envoyé un contingent militaire fortement armé afin de protéger l’évacuation de plus de 3.000 de ses ressortissants résidant à Juba.Les forces de la SPLA-IO ont abandonné leurs bases aux pieds du mont Jebel, où elles étaient cantonnées conformément aux accords de paix. Maintenant, les hommes de Riek Machar sont dispersés dans la zone se trouvant entre le mont Jebel et la route de Yei, alors que les troupes de la SPLA organisent des positions défensives le long des routes de Yei et de Gudele.La SPLA-IO a cependant dénoncé le fait que les forces de la SPLA auraient repris le combat dans différentes zones du comté de Wau, depuis longtemps au centre d’importants affrontements . Un porte-parole de la formation de Riek Machar a affirmé que les militaires de la SPLA auraient violé l’ordre de cessez-le-feu émis par le Président Salva Kiir .Entre temps, le Conseil des Anciens des Dinkas a adressé un appel à deux Ministres de la SPLA-IO d’ethnie Dinka, afin qu’ils rallient le camp du Président Kiir, lui aussi Dinka, alors que Riek Machar est d’ethnie Nuer même si, dans son camp, se trouvent des Dinkas et des membres d’autres ethnies. Cette initiative semble vouloir relancer la dimension ethnique de l’affrontement politique en cours au Soudan du Sud. Le Conseil des Anciens des Dinkas n’est pas un organe représentatif des « sages » dinkas mais un groupe politique qui appuie le Président Kiir.

ASIE/LIBAN - Institution d’un Comité de coordination des Organisations maronites

Beyrouth – Les institutions et organisations répondant au Patriarcat d’Antioche des Maronites engagées dans des œuvres sociales, éducatives, sanitaires et environnementales seront désormais reliées par le biais d’un Comité de coordination afin de contrôler constamment la mise en œuvre de leurs projets respectifs et de renforcer les synergies et la collaboration ordonnée entre les différents organismes. Une réunion tenue hier au siège patriarcal de Bkerkè a rassemblé les responsables des différentes institutions, le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Boutros Bechara Rai, et les Evêques maronites, Leurs Excellences NN.SS. Samir Mazloum et Boulos Abdelsater. Au cours de la rencontre – indiquent les moyens de communication libanais – ont été approuvées les règles de fonctionnement du Comité de Coordination, qui sera placé sous la direction d’un Coordinateur général, Antoine Azhour. Dans un premier temps, le Comité procédera à un inventaire des programmes et des initiatives menés par chaque institution, fixant des lignes directrices communes et une liste de priorités pour identifier ensuite les possibles domaines de collaboration autour de projets conjoints.

ASIE/CHINE - Camp d’été, occasion pour consolider la solidarité et la collaboration entre communautés

Shi Jia Zhuang – Le camp d’été pour les jeunes constitue une activité désormais traditionnelle des communautés catholiques continentales chinoises et cette année, il est devenu également une occasion pour consolider la solidarité et la collaboration entre les différentes communautés catholiques. Selon les informations parvenues à l’Agence Fides, le Curé de la Paroisse de Chang Heng de Xin Xiang, une petite communauté, a reçu le soutien du groupe des jeunes du Divin Amour du Diocèse de Zheng Zhou pour organiser le camp d’été. C’est également la première fois que les jeunes catholiques du groupe ont réalisé une expérience d’engagement pastoral hors du Diocèse. Du 4 au 11 juillet, ils ont donc guidé les enfants de Chang Heng dans l’étude du Catéchisme, des chants sacrés et de l’histoire de la Bible. Certains jeunes qui avaient déjà reçu la première Communion, ont pu recevoir le Très Saint Sacrement de l’autel au cours de la Messe alors que trois enfants se préparent au Baptême. Selon les jeunes bénévoles, « il s’est agi d’une expérience extraordinaire. Les enfants nous ont responsabilisé. Par leurs questions, ils nous ont sollicité à bien prendre soin de notre connaissance de la foi et de la spiritualité ».Depuis hier, 180 jeunes du Diocèse de Zhou Zhi, en province du Shaan Xi, ont débuté le camp d’été 2016, cette année Camp de l’Année de la Miséricorde, ainsi que l’ont souligné depuis le début les prêtres et les religieuses qui les guideront jusqu’au 16 juillet.Par ailleurs, 440 jeunes du Diocèse de Wen Zhou ont participé au camp annuel d’été. Selon le Vicaire diocésain, « grâce au soutien de prêtres et de religieuses qui ont renoncé à leur temps de repos, nous avons pu organiser une semaine de camping. Nous désirons que le camp d’été représente une porte ouverte pour les jeunes et pour leurs parents afin qu’ils participent ensuite à l’école du Dimanche de la Paroisse, où ils peuvent disposer d’un rendez-vous fixe avec la communauté, et qu’ils fréquentent les activités ecclésiales ».Le camp d’été de la communauté catholique de Qian An, de Tang Shan, a vu la participation d’une vingtaine d’enfants non catholiques aux côtés de 70 catholiques. Grâce à la patience et à l’affection des religieuses de l’Immaculée Conception, ils ont pu approfondir les notions principales de la foi chrétienne au travers de l’Ecriture Sainte et de dessins, de dessins animés ainsi que de formes de danse.

Pages