Derniers flash de l'agence Fides

AFRIQUE/TANZANIE - Déclarations de l’Evêque de Rulenge-Ngara après le séisme dans le nord-ouest du pays

Dar es Salaam – « Le séisme n’a pas été très fort dans mon Diocèse mais certaines zones ont subi des dommages. Certaines structures ecclésiastiques, telles que le Petit Séminaire et une Paroisse, font partie de celles qui ont été endommagées ». C’est ce qu’indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Severine Niwemugizi, Evêque de Rulenge-Ngara, dans le nord-ouest de la Tanzanie, frappée le 10 septembre par un séisme de magnitude 5,7.« La majeure partie des victimes se trouvent dans la zone de Bukoba » déclare Mgr Niwemugizi. Selon des nouvelles d’agence, le bilan provisoire officiel fait état de 16 morts, 253 blessés et 840 édifices détruits.« Les opérations de secours sont en cours. Le gouvernement a réagi rapidement, même s’il faut du temps pour atteindre l’ensemble des zones touchées » déclare Mgr Niwemugizi. « J’ai appris de source sûre que l’Evêque de Bukoba, S.Exc. Mgr Desiderius Rwoma, organise actuellement les opérations d’aide de l’Eglise en ce que certaines Paroisses ont été touchées. Les communications téléphoniques avec la zone sont cependant difficiles et pour le moment, il n’est pas facile de disposer d’informations mises à jour » conclut l’Evêque.

ASIE/CHINE - Première Paroisse chinoise dédiée à Sainte Teresa de Calcutta, pour suivre ses traces dans la charité

Cang Zhou – Le jour même de la canonisation de la Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta au Vatican, le Dimanche 4 septembre, a été consacrée en Chine continentale la première Paroisse dédiée à la sainte. En effet, de nombreux autres Paroisses chinoises ont déjà été dédiées à Mère Teresa par le passé.Selon les informations recueillies par l’Agence Fides, S.Exc. Mgr Joseph Li Lian Gui, Evêque du Diocèse de Xian Xian , dans la province du He Bei, a célébré la Messe solennelle en vue de la consécration de l’église de la Paroisse de Jiao He Kou, sise dans le village de Hao Cun, en compagnie de 15 prêtres concélébrants et de 500 fidèles participants.Cette petite communauté catholique, qui se trouve dans un village reculé de paysans, reflète pleinement l’image de la Sainte : humble, simple, dévote et zélée. Voici bien des années, le Catholicisme en ces lieux était presque inexistant, et se limitait à la présence d’une seule famille catholique. Grâce au transfert des paysans en direction de la ville, trois familles se sont converties et, en revenant à leur village d’origine, ont commencé pratiquement l’Evangélisation, au travers de la lecture de l’Ecriture Sainte et du partage, invitant les prêtres pour le catéchisme et préparant la célébration des sacrements. En 2011, a été formé le Groupe de l’évangélisation de la charité. Au cours de ces trois dernières années, la communauté a grandi, jusqu’à compter à ce jour environ 300 fidèles. Au cours de la consécration de l’église, Mgr Li a administré les sacrements de l’initiation chrétienne à 11 catéchumènes adultes.De son côté, le Père Li Sheng Qun, Curé de la Paroisse, a déclaré : « Nous voulons continuer à suivre les traces de la charité de Mère Teresa dans la mesure où, sans œuvres concrètes, la foi est morte ainsi que le dit Saint Jacques. L’annonce verbale et l’action caritative constituent la foi et l’évangélisation vivantes ».

ASIE/PALESTINE - Prise de position du Patriarche émérite de Jérusalem des Latins contre le retour du sectarisme dans la société palestinienne

Ramallah – Le Patriarche émérite de Jérusalem des Latins, S.B. Michel Sabbah, connu de tous également pour sa proximité à la cause nationale palestinienne, a dénoncé avec force la « grave détérioration » qu’il ressent au sein de la société palestinienne à cause de ce qu’il a qualifié de fort retour du « sectarisme ». Il l’a fait dans le cadre d’une brève intervention, diffusée par les moyens de communication arabes tels que le site Internet abouna.org.. Dans son message, S.B. Michel Sabbah s’adresse directement tant à l’Autorité palestinienne qu’ Hamas, rappelant le « devoir de corriger les erreurs lorsqu’elles sont commises ». En particulier, la préoccupation du Patriarche émérite de Jérusalem des Latins se réfère aux jeunes générations et au besoin de « développer des programmes d’études qui diffusent chez les citoyens l’idée qu’ils sont tous égaux ». Les musulmans – remarque le Patriarche émérite de Jérusalem des Latins, s’adressant en particulier à la direction du mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza – ont le droit et le devoir d’apprendre la religion islamique tout comme les chrétiens ont le droit et le devoir de connaître le Christianisme ». Selon S.B. Michel Sabbah, les standards de coexistence sociale des musulmans ne peuvent être imposés aux chrétiens. « Nous demandons aux musulmans et aux chrétiens – conclut-il – de s’abstenir du sectarisme. Des musulmans et des chrétiens authentiques sont ceux qui s’aiment les uns les autres parce qu’ils reconnaissent d’avoir été créés égaux ».

AMERIQUE/COLOMBIE - Déclarations de l’Archevêque de Tunja en faveur d’une participation responsable et consciente au référendum relatif aux accords de paix

Bogotá – Après la signature à La Havane des accords entre le gouvernement colombien et les guérilleros des FARC, le Président de la Conférence épiscopale colombienne, S.Exc. Mgr Luis Augusto Castro, Archevêque de Tunja, a déclaré, dans le cadre d’une conférence de presse tenue le 9 septembre, que les colombiens doivent participer au référendum « de manière responsable et au travers d’un vote conscient ». « Les Evêques de Colombie – a ajouté l’Archevêque – sont appelés à respecter le sanctuaire de la conscience de chaque personne. L’opinion personnelle est un droit inaliénable et, par conséquent, le choix doit être fait librement en pensant au bien de tous ».La Colombie sera appelée à se prononcer, le 2 octobre, par la voie du référendum, sur les accords de paix. Après 52 ans de guerre civile, la population décidera par ce biais si accepter ou rejeter les accords entre le gouvernement et les FARC.Mgr Castro a profité de l’occasion pour faire référence à la libération des enfants recrutés par les FARC et qui, aujourd’hui, 10 septembre, sur la base des accords, devraient revenir à une vie normale. « Nous accueillons avec joie le retour des jeunes. Mais nous nous rendons compte – a ajouté le Président de la Conférence épiscopale colombienne – qu’il ne pourra s’agir d’une simple réintégration. Nous devons affronter la problématique de fond. Dès lors, le mineur qui rentre doit bénéficier d’un rachat de réintégration, centré sur une éducation spéciale en ce qui concerne le respect pour la vie des autres ».Selon l’Archevêque de Tunja, le rôle des prêtres sera crucial lorsque dans les différentes zones prévues par le gouvernement se présenteront les groupes de guérilleros. « Nous aurons également une rencontre avec tous les prêtres qui oeuvrent dans les zones en question, afin de les préparer à la manière dont ils devront traiter les anciens guérilleros dans une perspective d’humanisation » a ajouté Mgr Castro.

AMERIQUE/VENEZUELA - Déclarations de l’Archevêque de Caracas sur la dramatique situation au Venezuela

Caracas – L’Archevêque de Caracas, S.Em. le Cardinal Jorge Urosa Savino, a déclaré que le peuple vénézuélien devrait résoudre les conflits de manière pacifique. « Il existe une carence de toutes les denrées alimentaires et il n’y a pas de médicaments. Ceci est devenu un grave problème mais nous devons le résoudre pacifiquement » a-t-il dit voici quelques jours.Entre temps, la situation est devenue critique, selon ce que signale un témoignage parvenu à Fides en provenance de Barquisimeto, ville sise à 340 Km de Caracas où les patients du centre psychiatrique El Pampero meurent de faim. Depuis le mois dernier, trois morts dues à la faim ont été enregistrées et la situation ne change pas.Ce matin, la tension s’est accrue dans le pays, la population étant descendue dans les rues de nombreuses villes contre le Conseil national électoral , accusé de faire obstacle et de retarder la convocation du référendum, de manière à éviter qu’il n’intervienne avant le 10 janvier prochain. Des manifestants et l’opposition font pression afin que le scrutin ait lieu avant cette date, ce qui constituerait le seul moyen de parvenir à un changement de l’ensemble du gouvernement et à l’organisation de nouvelles élections nationales.

ASIE/IRAQ - Initiative américaine en vue de la création d’une zone protégée réservée aux minorités religieuses dans la plaine de Ninive

Mossoul – L’avenir politique et administratif de Mossoul et de la province irakienne du nord continue à être au centre de manœuvres, d’initiatives et de projets de différentes origines, souvent divergents voire même antithétiques entre eux, qui sont parfois conçus hors d’Irak. A Washington, dans le cadre de la Convention nationale promue du 7 au 9 septembre par l’organisation sans but lucratif américaine In Defense of Christians , dédiée au thème « Au-delà du génocide, préserver la Chrétienté au Proche-Orient », a pris forme l’idée de faire pression sur le Congrès américain afin qu’il appuie la création d’une « zone protégée » destinée aux minorités religieuses dans la plaine de Ninive, avec l’accord des autorités locales et en collaboration tant avec le gouvernement central de Bagdad qu’avec les responsables politiques de la Région autonome du Kurdistan irakien. Des membres du Congrès de diverses provenances politiques, présents à ladite Convention – organisée en collaboration avec des organisations telles que Philos Project. l'Armenian National Committee of America et l'Institute of Global Engagement – ont déjà exprimé leur soutien à l’initiative, ceci alors que l’American University of Kurdistan, ayant son siège à Dohuk, a diffusé un sondage selon le quel 90% des chrétiens résidant à Ankawa – faubourg d’Erbil – seraient favorables à l’indépendance de la Région autonome du Kurdistan irakien.Entre temps, le gouverneur de la province de Ninive, Athil al Nujafi – contraint lui aussi à fuir lorsque la région a été conquise par les djihadistes du prétendu « Etat islamique » - a révélé à des agences de presse turques l’existence d’un projet visant à diviser cette province en six à huit zones destinés à des populations de différente identité ethnique ou religieuse, confirmant par ailleurs les contrastes existant entre le gouvernement irakien central et celui de la Région autonome du Kurdistan irakien en ce qui concerne l’avenir politique de Mossoul et de la plaine de Ninive. Selon des sources locales consultées par Fides, de tels contrastes contribuent également à reporter les opérations militaires – annoncées depuis longtemps – devant porter à la libération de Mossoul de l’occupation du prétendu « Etat islamique ».

VATICAN - Audition du Saint-Père aux Evêques participant au Séminaire de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples

Cité du Vatican – « Les lieux dont vous provenez dont différents et distants les uns des autres et appartiennent à la constellation de ce qu’il est convenu d’appeler les territoires de mission. Dès lors, chacun d’entre vous a le grand privilège et, dans le même temps, la responsabilité d’être en première ligne dans le processus d’évangélisation ». C’est ce qu’a rappelé le Saint-Père François en recevant hier en audience les Evêques récemment nommés dans les territoires dépendant de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, lesquels participent actuellement à Rome à un Séminaire d’études .« A l’image du Bon Pasteur – a poursuivi le Pape – vous êtes envoyé pour prendre soin du troupeau et aller à la recherche des brebis, en particulier de celles qui sont loin ou égarées ; pour rechercher également de nouvelles modalités en vue de l’annonce, pour aller à la rencontre des personnes ; pour aider ceux qui ont reçu le don du Baptême à grandir dans la foi afin que les croyants, même tièdes ou non pratiquants, découvrent à nouveau la joie de la foi et une fécondité évangélisatrice ».Au début de son discours, le Pape a remercié S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, « pour ses paroles et pour tout le travail qu’il effectue avec les collaborateurs du Dicastère ». Il a par suite rappelé qu’en cette Année Sainte de la Miséricorde, les Evêques se sont unis à nombre de pèlerins de tous les coins du monde. « Cette expérience nous fait beaucoup de bien, à tous ; elle nous fait sentir que nous sommes tous pèlerins, pèlerins de la miséricorde. Nous avons tous besoin de la grâce du Christ pour être miséricordieux comme le Père ».Après avoir rappelé que, dans l’œuvre missionnaire, les Evêques peuvent se prévaloir de différents collaborateurs, dont de nombreux fidèles laïcs, le Pape les a invités en particulier « à prêter attention à la préparation des prêtres au cours de leurs années de Séminaire, sans oublier de les accompagner dans la formation continue après l’Ordination… N’oubliez pas que le prochain plus prochain de l’Evêque est le prêtre. Chaque prêtre doit ressentir la proximité de son Evêque ».Dans la partie conclusive de son discours, le Pape François a adressé une invitation particulière à veiller attentivement « afin que tout ce qui se met en œuvre en faveur de l’Evangélisation et des différentes activités pastorales ne soit pas endommagé ou annihilé par des divisions déjà présentes ou qui peuvent se créer. Les divisions constituent l’arme que le diable a le plus en main pour détruire l’Eglise du dedans. Il dispose de deux armes mais la principale est la division, la seconde étant l’argent… En particulier, les différences dues aux différentes ethnies présentes sur un même territoire ne doivent pas pénétrer au sein des communautés chrétiennes jusqu’à prévaloir sur leur bien… L’Eglise est appelée à savoir toujours se placer au-dessus des connotation tribales et culturelles et l’Evêque, principe visible de l’unité, a pour mission d’édifier incessamment l’Eglise particulière en communion avec tous ses membres ».Le Pape a conclu : « Je suis sûr que ce que vous avez pu partager durant ces journées aidera chacun d’entre vous à exercer avec enthousiasme son propre ministère. Prenez soin du peuple de Dieu qui vous est confié, prenez soin des prêtres et des séminaristes. Telle est votre mission. Que Marie notre Mère vous protège et vous soutienne ». Link correlati :Texte intégral du discours du Saint-Père (en italien)

AFRIQUE/EGYPTE - Expatriation en Confédération helvétique des jeunes coptes condamnés pour dérision de la barbarie djihadiste

Minya – Les quatre jeunes élèves condamnés en février dernier à cinq ans de réclusion pour outrage à la religion islamique advenu en diffusant au printemps 2015 un vidéoclip de quelques secondes réalisé à l’aide d’un téléphone portable dans lequel ils mimaient l’égorgement d’un musulman priant, imitant ainsi les exécutions sommaires des djihadistes du prétendu « Etat islamique » ont expatrié en Suisse où ils présenteront une demande d’asile.Le Ministère de la Justice égyptien avait promis de réexaminer cette affaire mais aucun développement positif n’avait suivi. Avant que la sentence ne devienne exécutive, les jeunes ont donc quitté l’Egypte en avril, se transférant en Turquie, où ils ont vécu cachés pendant cinq mois. Au début de septembre – selon le récit fourni par l’un d’eux au site Internet du Morning Star News – les jeunes, avec l’aide d’organisations de défense des droits fondamentaux, ont obtenu un visa humanitaire spécial et rejoint la Confédération helvétique.« Nous sommes reconnaissants aux autorités helvétiques et à nos partenaires qui les ont aidés à atteindre la Suisse » a déclaré Daniel Hoffman, Directeur exécutif de Middle East Concern, l’une des agences impliquées dans l’expatriation de ces quatre jeunes. Selon ce qu’indique D. Hoffman, la Suisse a été « le premier et le seul pays » à répondre de manière positive à la demande – présentée également auprès d’autres nations – visant à accueillir les jeunes pour leur éviter de finir dans les prisons égyptiennes pour d’être moqué des barbaries djihadistes.

ASIE/JORDANIE - Remerciements de la XI° Assemblée des Eglises et communautés chrétiennes du Proche-Orient aux responsables islamiques reconnaissant la contribution des chrétiens à la civilisation arabe

Amman – Les Eglises et communautés chrétiennes du Proche-Orient apprécient et suivent avec optimisme les initiatives d’institutions et de responsables musulmans de la région « qui se sont engagés en faveur du rejet de l’extrémisme et de la violence, qui ont affirmé le respect de la diversité, et ont reconnu le rôle de la composante chrétienne comme facteur original et fondamental de la civilisation arabe et de l’ensemble de la région, invoquant le fait que ce facteur soit préservé ». C’est ainsi que les Chefs et représentants de toutes les Eglises et communautés ecclésiales réunis à Amman dans le cadre de leur XI° Assemblée, ont voulu rendre hommage aux représentants éminents de communautés et institutions islamiques qui, face aux événements tragiques en cours dans la région, ont reconnu la présence chrétienne au Proche-Orient comme facteur autochtone et composante ne pouvant être éliminée des sociétés proche orientales. Ils l’ont fait dans le Message final diffusé au terme de la XI° Assemblée du Conseil des églises du Proche-Orient, qui s’est achevée le 8 septembre dans la capitale jordanienne. « L’Assemblée – peut-on lire dans le document parvenu à l’Agence Fides – souhaite que de telles attitudes, exprimées par des institutions et des représentants musulmans, se traduisent par des mesures concrètes afin de passer à un nouveau modèle de collaboration et de partage ».Le texte exprime aussi des considérations et des critères partagés par les églises chrétiennes face aux problèmes et aux drames qui marquent l’actualité de la région. Entre autres choses, est exprimée l’intention de constituer une délégation chargée de parcourir les pays du Proche-Orient afin de rencontrer les autorités civiles et religieuses, y compris les responsables des grandes institutions islamiques telles que l’Université sunnite d’Al Azhar, et l’Université chiite de Qom, afin de chercher ensemble des solutions aptes à favoriser la continuité de la présence chrétienne dans la région. Les Chefs des Eglises et des communautés chrétiennes invitent la communauté internationale à intervenir pour mettre un terme au conflit syrien, en s’abstenant de « fournir des armes aux groupes terroristes » et en poursuivant une solution pacifique de la crise syrienne qui ne mette pas en danger « l’unité de la Syrie » et la coexistence des différentes composantes ethniques et religieuses au sein de la société civile.Le document rappelle la responsabilité des pays arabes et de la communauté internationale en ce qui concerne l’accueil et le soutien des réfugiés, des évacués, dans le sillage de ce que font les églises et les organismes ecclésiaux, en tenant compte également du futur appui à fournir en vue du « retour » des réfugiés sur leurs terres natale, « le plus vite possible ». Le texte réaffirme également le soutien à la cause du peuple palestinien et à son droit à disposer d’un Etat et demande de mettre fin à la situation anormale vécue par l’île de Chypre en rétablissant l’unité du territoire et en garantissant les droits de l’ensemble de ses citoyens.Le document exprime également des remerciements au Royaume hachémite de Jordanie, qui a accueilli les travaux, et duquel est réaffirmé le rôle de gardien des Lieux Saints, y compris chrétiens, en Terre Sainte. Sont également remerciées les autorités égyptiennes pour avoir émané la nouvelle loi en matière de construction et de restructuration des lieux de culte chrétiens.

AFRIQUE/NIGERIA - Appel des Evêques de la Province ecclésiastique de Kaduna en faveur de la création de ranch pour les bergers

Abuja – Non à la création de réserves de pâturages pour les bergers itinérants dans le nord du Nigeria : c’est ce qu’affirment les Evêques de la Province ecclésiastique de Kaduna dans une Lettre pastorale parvenue à l’Agence Fides. « Nous devons abandonner la vieille pratique des bergers qui se déplacent avec leurs troupeaux au travers du pays, vue la violence que celle-ci entraîne chez nos populations » affirment les Evêques. Le déplacement des bergers, en grande partie d’ethnie Fulani, s’accompagne en effet d’attaques à l’encontre des populations sédentaires , dont la dernière remonte à hier, 8 septembre, dans la zone de Golkofa, au sein de l’Etat de Kaduna, s’étant soldée par la mort de deux personnes.Le Parlement fédéral approuve actuellement la création d’une réserve de pâturages au profit des bergers Fulani au sein de tous les Etats du Nigeria. La Conférence épiscopale nigériane a critiqué cette proposition , en proposant en revanche, la création de zones de pâturage ad hoc, une proposition qui est relancée par les Evêques de la Province ecclésiastique de Kaduna.« Des communautés entières ont été détruites et la colère est palpable » affirment-ils dans leur Lettre. « Nous sommes convaincus que la seule voie parcourable de la part du gouvernement afin de mettre un terme à la dérive violente des bergers et de leurs animaux consiste à explorer la possibilité de créer des ranchs au lieu de réserves de pâturage ».Les Evêques lancent enfin un appel en faveur de la protection de la Création, victime au Nigeria comme dans le reste du monde, d’incurie et de dégradation de la part des hommes.« Nous avons besoin d’étendre les valeurs de l’Evangile de la miséricorde à la terre elle-même. Il est nécessaire que nous regardions en arrière, que nous réfléchissions sur les erreurs que nous avons faites et sur la manière dont, par inadvertance, nous avons été cruels avec l’environnement ».

ASIE/MYANMAR - Déclarations de l’Evêque de Myitkyina à propos de la situation des minorités ethniques

Myitkyina – Depuis longtemps, la paix et la réconciliation nationale avec les minorités ethniques au Myanmar constitue un thème à l’ordre du jour du monde politique. « Maintenant, avec le nouveau gouvernement de la Ligue nationale pour la démocratie, et après la conférence nationale de Panglong, tenue ces jours derniers, nous espérons que le processus se réalise concrètement » déclare à Fides S.Exc. Mgr Francis Daw Tang, Evêque de Myitkyina, Diocèse se trouvant sur le territoire de l’Etat Kachin, au nord du pays, où vit une population de la minorité ethnique kachin, presque totalement composée de chrétiens. De cet Etat, ont participé à la conférence précitée 24 délégués dont deux catholiques.« La question de l’inclusion des minorités ethniques au sein de la nation dure depuis au moins 60 ans et au cours de ces décennies, elle a connu de nombreux obstacles et de nombreux équivoques. Aujourd’hui a été réactivé un processus de dialogue dans le but de parvenir à la réconciliation nationale et ceci constitue une bonne nouvelle. Il s’agit d’une occasion précieuse pour l’ensemble de la nation » remarque l’Evêque.Après la conférence, qui ne s’est pas conclue par un cessez-le-feu, « il semble qu’il faudra six mois pour établir les prochaines étapes et établir une feuille de route » indique-t-il. Selon l’Evêque, cela « dépend encore des militaires. Le gouvernement devrait garantir que ne seront pas perpétrés d’abus et qu’ils respecteront la dignité de tous » observe-t-il. L’objectif final, pour l’Eglise est « de mettre un terme au conflit, d’établir une paix durable et de garantir des droits égaux pour les minorités ethniques dans le cadre d’un système fédéral » affirme Mgr Francis Daw Tang.« Au sein du Diocèse de Myitkyina, vivent encore plus de 8.000 évacués qui ne peuvent rentrer dans leurs villages. La Caritas les assiste mais nous prédisposons actuellement pour eux également la possibilité de cultiver la terre, de sorte qu’ils puissent contribuer par eux-mêmes à leur subsistance » raconte-t-il, exprimant l’espérance que « la paix arrive le plus tôt possible pour le bien de tous ».

ASIE/VIETNAM - Accroissement du trafic des êtres humains au travers des réseaux sociaux

Ho Chi Minh Ville – Le phénomène du trafic d’êtres humains au Vietnam continue à s’accroître et les groupes de défense affirment que les victimes se laissent également impliquer par le biais des réseaux sociaux. Entre 2011 et 2014, le nombre des cas a augmenté de 11,6% par rapport aux quatre années précédentes. Les données ressortent d’une conférence contre ce trafic tenue à Hanoi en juillet par le Ministère de la Sécurité publique. Selon les ONG, les chiffres seraient encore plus élevés surtout parce que les trafiquants profitent de l’usage croissant des réseaux sociaux de la part des jeunes vietnamiens. Le sud-est asiatique est parmi les pires régions du monde en terme de trafic d’êtres humains, ce dernier concernant un tiers de l’ensemble des femmes et des enfants victimes de ce trafic de par le monde. Certaines victimes au Vietnam sont des femmes vendues en vue de mariages à la frontière avec la Chine, où vit un nombre significativement supérieur d’hommes par rapport à celui des femmes. Pour sensibiliser l’opinion publique, le gouvernement a institué et célébré la I° Journée nationale contre le trafic d’êtres humains. Le Vietnam a en outre annoncé la mise en place d’une stratégie visant à affronter le phénomène au cours de la période 2016-2020. De 2011 à 2014, les autorités gouvernementales ont enquêté sur plus de 2.200 cas de trafic d’êtres humains, arrêtant 3.300 délinquants et sauvant environ 5.500 victimes.

AMERIQUE/ETATS-UNIS - Vivre la Miséricorde à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis

Texas – La frontière entre le Mexique et les Etats-Unis est devenue un lieu constant de passage pour des milliers de migrants qui, du sud du continent, cherchent à atteindre l’Amérique du nord, dans une tentative désespérée de trouver une vie meilleure.Sœur Norma Pimentel, qui a récemment participé au Jubilé extraordinaire de la Miséricorde aux Amériques ayant eu lieu à Bogotá , est la Directrice de la Catholic Charities ayant son siège dans la Rio Grande Valley, au sud Texas, laquelle aide des milliers de personnes le long de la frontière. La religieuse a offert un témoignage vivant de son action, témoignage qui est parvenu à Fides.Il s’agit d’une zone de passage clandestin, où les histoires lues sur les journaux deviennent réalité lorsque les émigrés cherchent à passer la frontière et sont capturés par la police frontalière. Ceci est le début d’un véritable chemin de croix de la souffrance alors qu’ils ont parcouru des milliers de kilomètres en risquant leur vie et celles de leurs enfants. Il est cependant encore plus triste de vérifier que la majeure partie des immigrés est constituée d’enfants seuls.« Nous avons jusqu’ici aidé plus de 40.000 personnes qui ont traversé cette zone et notre action a constitué une réponse à laquelle a participé toute la population et non seulement l’Eglise catholique mais toutes les différentes églises. Nous avons été tous unis comme un seul peuple, dans le cadre d’une réponse humanitaire » a déclaré Sœur Pimentel. Nul doute que nombreux sont ceux qui continuent à mourir sur cette portion de territoire et il y a encore beaucoup à faire, a-t-elle ajouté.Sœur Pimentel est active dans un centre où les réfugiés disposent de nourriture, de douches, de conseil et d’assistance médicale. Son témoignage a été l’un des nombreux qui ont été partagés au sein des 15 groupes de travail dans lesquels a été discuté le thème « comment vivre la miséricorde dans la mission de l’Eglise, au sein de l’Eglise locale et de son propre peuple ».

ASIE/INDE - Premier hôpital intitulé à Mère Teresa en Inde

Miao – Le Diocèse de Miao, dans l’Etat d’Arunachal Pradesh, dans le nord-est de l’Inde, a inauguré le premier hôpital intitulé à Sainte Teresa de Calcutta, ainsi que l’a appris Fides, au cours d’une cérémonie du 8 septembre. Le petit hôpital de 25 lits était en construction depuis quatre ans et « représente une bénédiction pour les habitants du district. Dans la zone, il existait un besoin extrême d’un hôpital », ont déclaré les fonctionnaires civils présents lors de l’inauguration.L’Evêque de Miao, S.Exc. Mgr George Pallipparambil Osb, a expliqué le motif pour lequel l’hôpital avait été dédié à Sainte Teresa de Calcutta. « Cet institut veut se souvenir du fait que Mère Teresa et la miséricorde chemine de concert. Nous sommes très fiers de pouvoir dire que Mère Teresa a visité notre Diocèse. Après de nombreuses difficultés, elle visita l'Arunachal Pradesh en 1993. Le Diocèse de Miao entend s’unir à la célébration de la canonisation de la Bienheureuse Mère Teresa en l’honorant au travers de cet hôpital ».Grâce à la structure, les populations tribales qui vivent sur le territoire de l'Arunachal Pradesh ne devront plus parcourir plus de 100 Km et se rendre dans l’Etat voisin d’Assam lorsqu’ils ont besoin de soins médicaux. Même si certaines zones de l’hôpital doivent encore être achevées, l’institut ouvre avec une structure de base adaptée au traitement de maladies telles que la tuberculose, le paludisme et l’ictère, communes dans cette partie du nord-est de l’Inde et qui, bien que guérissables, constituent encore actuellement des causes de mort chez les populations tribales.

AMERIQUE/CUBA - Centenaire de la proclamation de Notre-Dame de la Charité du Cobre comme Patronne de Cuba

Bayamo – « Depuis que Cuba est Cuba, les cubains ont le privilège de prier Notre Mère sous le vocable de Notre-Dame de la Charité du Cobre ! ». C’est ainsi que s’est exprimé S.Exc. Mgr Álvaro Beyra Luarca, Evêque de Santisimo Salvador de Bayamo-Manzanillo, à l’occasion de la fête de Notre-Dame de la Charité du Cobre, Patronne de Cuba, célébrée le 8 septembre.La note envoyée à Fides indique que tout le pays a célébré la fête hier, qui a eu cette année une importance particulière pour deux raisons, à savoir le IV° Centenaire de la construction du Sanctuaire de Notre-Dame de la Charité du Cobre et le Centenaire de la proclamation de Notre-Dame comme Patronne de Cuba.Mgr Beyra Lurca a rappelé que ce furent des membres de l’armée de libération cubaine à demander au Saint-Père en 1915, la reconnaissance solennelle de Notre-Dame de la Charité du Cobre comme Patronne de Cuba. La réponse du Pape, le 10 mai 1916, inaugurait le siècle des célébrations qui ont confirmé que la foi du peuple cubain s’est conservée face à toutes les situations difficiles. « Voila pourquoi être cubain signifie également être dévot à Notre-Dame de la Charité du Cobre » a conclu l’Evêque.Le message de préparation à la fête de S.Exc. Mgr Dionisio García Ibáñez, Archevêque de Santiago de Cuba, a lui aussi motivé le pèlerinage des cubains au Sanctuaire : « Célébrer Notre-Dame signifie que nous devons respecter toutes les personnes, leur dignité, leurs droits et leurs devoirs, en cherchant à créer des rapports de respect et de considération parce que cela est l’unique chemin qui permettre de rendre les personnes capables de travailler ensemble à des projets pour le bien de tous. Le Pape François, au cours de sa visite à Cuba, a déclaré : « Celui qui ne vit pas pour servir ne sert pas pour vivre ! ».Fides a reçu différentes notes d’information concernant la foule imposante présente aux nombreuses célébrations qui se sont déroulées hier dans toute l’île.

VATICAN - Nouveau Directeur pour l’Agence Fides

Cité du Vatican – Le Père Fabrizio Meroni, de l’Institut pontifical des Missions étrangères , Secrétaire général de l’Union pontificale missionnaire et Directeur du CIAM , est le nouveau Directeur de l’Agence Fides. Il a été nommé par S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples. La nomination prend effet au 1er août 2016 et couvre la période allant jusqu’au 31 juillet 2017.Né à Milan en 1963, le Père Meroni a été ordonné prêtre en 1988 et a exercé son ministère au Cambodge, au Brésil et aux Etats-Unis d’Amérique. Depuis le 1er décembre 2015, il est Secrétaire général de l’Union pontificale missionnaire et Directeur du CIAM.

ASIE/LIBAN - Education environnementale dans les écoles catholiques après une nouvelle crise de la gestion des déchets

Beyrouth – Au Liban, la situation de crise concernant la gestion des déchets qui dure désormais depuis plus d’un an, à commencer par la capitale, contribue à faire croître le mécontentement populaire, déjà alimenté par l’instabilité politique et institutionnelle du pays. En tenant compte de cette situation dramatique, le Secrétariat national des écoles catholique a décidé d’accorder une attention particulière à l’éducation environnementale, dédiant à ce thème un colloque qui a eu lieu hier, à Beyrouth, et a été offert à tous comme une occasion d’orientation en vue du début de l’année scolaire. La conférence a été ouverte par une intervention du Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Boutros Bechara Rai, qui a identifié comme référence de la réflexion commune l’Encyclique Laudato si, dédiée par le Pape François à la protection de la maison commune.L’Encyclique sociale et écologique du Pape – a souligné le Patriarche – enfonce ses racines dans la Parole de Dieu lue en compagnie des Pères de l’Eglise et exprime le regard biblique sur la Création en lisant également les situations d’urgence environnementales comme un effet de la prétention de l’homme à se mettre à la place de Dieu. Dans son intervention, qui a ouvert le colloque, le Patriarche a également proposé une nouvelle fois la catégorie de l’écologie intégrale, présente dans l’Encyclique Laudato si, pour réaffirmer que la prise en compte efficace de l’urgence environnementale ne peut être séparée d’une réflexion critique globale concernant les systèmes de développement et leur caractère durable, les rapprochant inévitablement des choix politiques et économiques. Se référant à la situation libanaise, le Patriarche a réaffirmé que les urgences environnementales nationales ne pourront être affrontées sans passer par un changement des comportements collectifs, en particulier en ce qui concerne la consommation. A ce niveau – a déclaré le Cardinal – les écoles catholiques sont elles aussi appelées à fournir une contribution importante, en créant chez leurs élèves, une « spiritualité écologique » qui tienne toujours compte des retombées sociales des comportements qui provoquent des dommages à l’environnement.

AMERIQUE/PARAGUAY - Prise de position de l’Evêque émérite de Concepcion sur les difficultés rencontrées pour bloquer la violence de l’EPP

Concepcion – Pour S.Exc. Mgr Zacarías Ortiz Rolón, S.D.B., Evêque émérite de Concepcion, il est incompréhensible que l’on ne parvienne pas à bloquer ce qu’il est convenu d’appeler « l’armée du peuple paraguayen » et ceci laisse à penser que certaines autorités sont complices de ce groupe criminel. La note envoyée à Fides indique que, selon Mgr Ortiz, l’opinion publique sait que l’EPP est liée au trafic de drogue et, plus encore, que certains hommes politiques protègent la formation.A ce propos, il a souligné que, voici quelques temps, seuls des soupçons existaient mais maintenant tout se vérifie, ce qui lui a fait dire : « Il existe des hommes politiques qui sont des trafiquants de drogue ».Mgr Ortiz a également rappelé, dans un entretien accordé à la presse locale, que le groupe criminel EPP avait émergé du fait de la radicalisation de certains agriculteurs qui voulaient combattre pour les pauvres. « Maintenant, ils ne combattent plus pour les autres mais pour eux-mêmes » a-t-il déclaré à la presse.L’Evêque émérite, qui a 82 ans et une longue expérience de service pastoral dans le pays, a parlé afin de rappelé la requête faite par la Conférence épiscopale à l’occasion de la mort violente de huit militaires, tués le 27 août dernier dans une embuscade de l’EPP à Concepcion. « L’Eglise demande, encore une fois, aux autorités d’identifier les criminels et d’adopter toutes les mesures légales pour punir les coupables et pour empêcher de nouvelles effusions de sang innocent ». En cette occasion, les Evêques, dans un bref communiqué, avaient condamné la violence homicide du groupe de guérilla et demandé à ce que les attentats soient bloqués.

ASIE/ISRAEL - Constitution du Centre Sainte Rachel « pour l’assistance sanitaire et alimentaire des enfants d’immigrés »

Jérusalem – Le nouveau centre institué par le Vicariat Saint Jacques pour les catholiques de langue hébraïque dans le but de fournir une assistance médicale, alimentaire et éducative aux nouveaux-nés et aux enfants d’immigrés a été intitulé à Sainte Rachel. La nouvelle structure entend prendre en charge l’un des plus dramatiques problèmes affrontés par la population ayant récemment immigré en Israël. Les immigrés – indiquent les sources officielles du Patriarcat de Jérusalem des Latins – au cours de leur travail, qui dure chaque jour pendant de nombreuses heures, afin de parvenir à faire cadrer les compte, sont en grande partie contraints à porter leurs enfants avec eux dans des structures non autorisées et non sûres, connues également sous le nom de « magasins à enfants » où ils sont tenus dans des locaux bondés et peu sûrs, gérés par des immigrées privées de toute compétence professionnelle dans le domaine de l’assistance à l’enfance. Au cours des 18 derniers mois, sept enfants ont trouvé la mort dans ces structures dans le sud de Tel Aviv. De nombreux autres enfants sont revenus chez eux porteurs de graves traumatismes et de blessures.Le Centre dédié à Sainte Rachel, figure féminine présente dans la Bible et connue pour sa sollicitude maternelle. Il a débuté son activité au début du mois de septembre dans une structure appartenant au Couvent des Capucins de Jérusalem. Les locaux ont été complètement restructurés par le Vicariat Saint Jacques grâce à l’aide d’un réseau de donateurs comprenant notamment l’Ordre des Chevaliers du Saint Sépulcre. De la structure font également partie des terrains de jeu et des espaces destinés aux activités parascolaires des enfants les plus grands. Pour le moment, le Centre accueille chaque jour 25 nouveaux-nés et enfants de moins de trois ans nés d’immigrés, en majorité philippins, indiens et sri lankais. Parmi les enfants assistés se trouvent également des érythréens enfants de demandeurs d’asile. Au cours de la fin de semaine, le Centre est souvent le lieu de rencontre pour les jeunes catholiques de langue hébraïque du Vicariat, alors qu’en été il est utilisé pour les activités estivales destinées à des dizaines d’enfants en vacances.

ASIE/TURQUIE - Les enfants réfugiés, un phénomène intéressant 1/200° d’entre eux de par le monde

Ankara – Actuellement, de par le monde, vivent 50 millions d’enfants évacués et qui ont dû abandonner leurs familles respectives. De ce nombre, 28 millions ont fui par crainte de la violence et de la guerre. Entre 2005 et 2015, le nombre de ces jeunes victimes a doublé et celui des migrants mineurs a augmenté quant à lui de 21%. Le dernier rapport de l’UNICEF reçu par l’Agence Fides indique que 70% de l’ensemble des mineurs réfugiés a demandé l’asile sur le territoire européen pour fuir la guerre, principalement celle en cours en Syrie, en Irak, en Afghanistan et au Yémen. La Turquie est le premier de dix pays en termes de nombre de réfugiés accueillis même si le Liban est caractérisé par un rapport d’un réfugié pour cinq habitants. En 2015, les enfants non accompagnés ayant demandé l’asile ont vu leur nombre tripler par rapport à l’année précédente. En voyageant seuls, ils risquent d’être exploités, de faire l’objet d’abus et de trafics. Un migrant sur trois arrivant d’Afrique a moins de 18 ans.

Pages