Derniers flash de l'agence Fides

AMERIQUE/ARGENTINE - Journée des Martyrs latino-américains, 40 ans après la mort de S.Exc. Mgr Angelelli

Neuquén – Jeudi 4 août, le Diocèse de Neuquen, conduit par son Evêque, S.Exc. Mgr Virginio Bressanelli, S.C.I. célébrera la Journée des Martyrs latino-américains, en faisant mémoire du 40ème anniversaire de la mort de l’Evêque de La Rioja, S.Exc. Mgr Enrique Angelelli, intervenue le 4 août 1976, et le 33ème anniversaire de la dénonciation, de la part de celui qui était à l’époque Evêque de Neuquen, S.Exc. Mgr Jaime Francisco De Nevares, de l’assassinat de Mgr Angelelli, qualifié de « crime de la dictature ». A cette occasion, Mgr Bressanelli célébrera une Messe solennelle en la Cathédrale.Selon les informations envoyées à Fides, au cours d’une conférence de presse, Mgr Bressanelli, accompagné par le Père Rubén Capitanio, a mis en évidence la figure de Mgr Angelelli et annoncé qu’il prendra part, avec un groupe de laïcs, aux actes de commémoration qui auront lieu Dimanche 31 juillet à La Rioja, Diocèse dont Mgr Angelelli était l’Evêque.Le Père Capitanio a rappelé que, voici 33 ans, au cours de la Messe célébrée par l’Evêque de Neuquen, S.Exc. Mgr De Nevares, fut pour la première fois dénoncé le fait que « Mgr Angelelli avait été assassiné et cela a provoqué un cas judiciaire, confié par la suite à la justice de La Rioja en vue d’une enquête ». « Même si la procédure a été archivée pendant longtemps, elle a été reprise récemment afin de procéder contre les responsables de ce crime » a déclaré le prêtre.« Nous voulons faire mémoire de Mgr Angelelli, parce qu’il représente un souvenir d’engagement total pour Dieu et les personnes et nous sommes certains qu’il s’agissait d’un engagement pacifique, conforme à l’Evangile, en faveur de la justice, de la vérité, d’une démocratie où existe un vrai respect de la part de tous » a conclu Mgr Bressanelli.Mgr Enriche Angelelli , Evêque de la Rioja, était l’un des prélats les plus connus du pays, contraire à la dictature. Il mourut dans un accident de voiture simulé peu après l’installation des militaires au pouvoir. Trente huit ans plus tard, le 4 juillet 2014, ont été condamnés à la réclusion à perpétuité deux officiers supérieurs. Pendant des décennies, les autorités avaient affirmé que la mort de l’Evêque avait été accidentelle. En 2015, a été ouverte la phase diocésaine du procès en béatification.

AMERIQUE/ARGENTINE - Dénonciation de l’Evêque de Neuquen à propos du nombre des sans domicile fixe

Neuquén – Au cours de ces derniers mois, le nombre des sans abri a fortement augmenté. « Je n’avais jamais vu, en six années de présence ici, tant de personnes vivre dans les rues » a affirmé l’Evêque de Neuquen, S.Exc. Mgr Virginio Bressanelli, S.C.I., exprimant sa préoccupation pour la situation sociale dans l’ensemble de la province. « Tôt le matin, lorsque j’ouvre la Cathédrale, des personnes entrent pour y dormir – poursuit-il. L’autre jour, j’en ai compté 11. Nous les laissons dormir et nous disons aux gens de ne pas s’occuper d’eux et de ne pas les déranger ».Mgr Bressanelli a signalé cette triste situation au cours d’une rencontre avec la presse à l’Evêché portant sur la présentation des activités liées au 40ème anniversaire de l’assassinat de S.Exc. Mgr Enrique Angelelli. Au terme de la réunion, l’Evêque a exhorté la société dans son ensemble mais surtout les autorités à agir afin de résoudre cette situation.De par sa localisation géographique et les changements climatiques, la province de Neuquen a été l’une des zones de l’Argentine les plus touchées par les catastrophes naturelles , en particulier à compter de 2014. Selon des données recueillies par Fides, l’abandon, la misère et les problèmes concernant les voies de communication ont contribué à l’émigration d’une partie de la population et à l’aggravation de la situation de pauvreté de la province.

AMERIQUE/VENEZUELA - Campagne tendant à discréditer l’Eglise et nouveaux retards concernant le référendum

Caracas – S.Exc. Mgr Ramon Ovidio Pérez Morales, Evêque émérite de Los Teques et ancien Président de la Conférence épiscopale du Venezuela , a alerté la population à propos des attaques perpétrées par le gouvernement de Nicolas Maduro contre l’Eglise catholique afin de la discréditer aux yeux des personnes. Depuis son compte Twitter, Mgr Pérez Morales a publié le 27 juillet le message suivant : « Eglise attaquée officiellement sur plusieurs fronts : irruptions dans les maisons, donations sur le réseau, attaques médiatiques. Objectif : miner sa crédibilité ». Par la suite, il a invité les catholiques du Venezuela à « être préparés aux campagnes qui discréditent l’Eglise et aux attaques contre les personnes et les structures », sollicitant à « renforcer la foi et l’unité ».Voici seulement quelques jours, S.Exc. Mgr Mario del Valle Moronta Rodríguez, Evêque de San Cristobal de Venezuela, avait dénoncé l’existence d’un faux compte Twitter accrédité à la CEV où avaient été publiées des informations fausses. Différentes associations catholiques avaient par suite demandé à la plateforme d’éliminer le faux compte en question. Les réseaux sociaux sont désormais devenus au Venezuela le moyen de communication par excellence et les moyens de communication officiels ne sont plus pris en considération par aucun secteur de la société.Entre temps, les protestations dans tout le pays se poursuivent à cause du retard apporté dans la convocation du référendum relatif à la destitution du Président Maduro. Hier, 28 juillet, à Caracas, la Garde nationale a empêché la tenue d’un cortège de l’opposition qui devait rejoindre le siège du Conseil national électoral afin de demander de ne pas ralentir la procédure en vue du référendum. La première étape a consisté dans la remise de quelques 1,8 millions de signatures au Conseil en question mais l’organisme doit encore les déclarer valides et fixer la date de la deuxième étape, à savoir la collecte de 4 millions de signatures représentant 20% des inscrits sur les listes électorales.

ASIE/INDE - Nomination du Recteur du Séminaire régional Saint Joseph d’Allahabad

Cité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 30 avril 2016, a nommé Recteur du Séminaire régional Saint Joseph d’Allahabad, en Inde, le Père Ronald Tellis, du clergé du Diocèse de Jhansi.Le nouveau Recteur est né le 28 août 1970 dans le Diocèse de Mangalore et a été ordonné prêtre le 15 août 1997, étant incardiné dans le Diocèse de Jhansi. Il a obtenu un baccalauréat en Philosophie à l’Université d’Allahabad et un baccalauréat en Théologie au Séminaire régional Saint Joseph d’Allahabad, puis une Licence et un Doctorat en Théologie morale à l’Académie pontificale alphonsienne de Rome. Il est également titulaire d’un Diplôme en formation religieuse et accompagnement pastoral obtenu près le National Vocational Service Centre de Pune.Il a exercé son ministère pastoral en qualité d’Assistant du Recteur du Séminaire Saint Paul et en l’église Saint Jean du Diocèse de Jhansi. Il a également été Recteur et chargé de la Paroisse Saint Jude de Judepur, Jhansi. Depuis juin 2010, il était Vice-recteur et membre de l’équipe du Séminaire régional Saint Joseph d’Allahabad.

AFRIQUE/NIGERIA - Nomination du Recteur du Grand Séminaire du Bon Pasteur de Kaduna

Cité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 20 mai 2016, a nommé Recteur du Grand Séminaire du Bon Pasteur de Kaduna, au Nigeria, le Père Habila T. Daboh, du clergé de l’Archidiocèse de Kaduna.Le nouveau Recteur est né le 10 juin 1970 et a été ordonné prêtre le 10 juillet 1999. Il a reçu sa formation sacerdotale au Séminaire Saints Pierre et Paul d’Ekpoma, au Grand Séminaire Saint Thomas d’Aquin de Makurdi et au Grand Séminaire Saint Augustin de Jos. A Rome, près l’Université pontificale grégorienne, il a obtenu une Licence en Histoire de l’Eglise. Après son ordination, il a exercé son ministère dans différentes Paroisses. Il était actuellement Recteur du Petit Séminaire Saint Pierre, de Katari, Kaduna.

ASIE/LIBAN - Commentaires du Patriarche d’Antioche des Maronites à propos de la poursuite de la paralysie institutionnelle libanaise

Beyrouth – « Il est honteux que les libanais doivent attendre des années pour que les autres pays de la région choisissent pour eux un Président ». C’est ainsi que le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Boutros Bechara Rai, a stigmatisé pour la énième fois la paralysie institutionnelle, les veto croisés des forces politiques nationales et les interférences étrangères qui, depuis plus de deux ans, empêchent l’élection d’un nouveau Chef de l’Etat, charge institutionnelle que le système libanais réserve à un chrétien maronite. Le Patriarche a exprimé son avis mardi dernier, 26 juillet, à l’occasion d’une rencontre avec une délégation du Conseil de l’Ordre des Avocats du Liban septentrional.Au cours de ces derniers jours, une série de rencontres – comme celle entre le Cardinal et le candidat Suleiman Franjieh, responsable du parti Marada, suivi par celle entre le candidat en question et une délégation du parti chiite Hezbollah – a relancé dans la presse libanaise les rumeurs sur une possible sortie de l’impasse, les jeux étant appelés à se rouvrir d’ici le mois de septembre. Demeure actuellement la candidature à la présidence du Général Michel Aoun, responsable du Mouvement patriotique libre, formellement appuyée également par les Forces libanaises de l’ancien adversaire Samir Geagea mais rejetée par le parti sunnite Avenir de Saad Hariri.

EUROPE/POLOGNE - Application destinée aux jeunes présentant la Doctrine sociale de l’Eglise

Manille – L'Archevêque de Manille, S.Em. le Cardinal Luis Antonio Tagle, a présenté le 26 juillet, à Cracovie, aux jeunes participants de la Journée mondiale de la Jeunesse, une application portant sur la Doctrine sociale de l’Eglise et pensée à leur intention, ainsi que l’indique la note transmise à Fides par la Conférence épiscopale des Philippines. « L’Eglise veut diffuser la Bonne Nouvelle au travers des moyens de communication modernes, afin de reconfigurer le monde en flammes en lui portant la puissance de la Parole de Jésus Christ » a déclaré le Cardinal, qui est également membre du YouCat International Advisory Board.L’application dénommée DOCAT App constitue un projet du Catéchisme des Jeunes de l’Eglise catholique, tout comme YOUCAT , qui vise à aider les jeunes à comprendre, dans leur langage et en répondant à leurs questions, le Catéchisme de l’Eglise catholique. Le Cardinal Tagle a souligné que DOCAT est une suite logique de YOUCAT, en ce que « l’action complète notre foi ».L’application se propose de guider les jeunes dans la formation de la conscience et dans l’action évangélique à propos de thèmes sociaux tels que la pauvreté, le travail, l’environnement, la paix… Elle est disponible en différentes langues dont le croate, le tchèque, le français, l’italien, le philippin, l’irlandais et 15 langues indiennes.

ASIE/TERRE SAINTE - Reprise de vigueur du scoutisme palestinien

Ramallah – Après une longue période de suspension des contacts avec des réalités et réseaux analogues au niveau mondial, le mouvement scout de Palestine, se réappropriant de sa longue histoire, commence à retourner aux rencontres et échanges d’expériences promues par le scoutisme au niveau régional et international. Deux délégations de l’Association scoute palestinienne ont participé ces dernières semaines à un camp en Pologne – dans le cadre du nouveau rapport de coopération et de jumelage existant avec le scoutisme polonais – et à la réunion des scouts arabes ayant débuté au Maroc le 13 juillet dernier.D’autres initiatives, ayant eu lieu à Ramallah et dans d’autres villes de Palestine, ont marqué le retour officiel du scoutisme palestinien au sein du réseau de l’Organisation mondiale du Mouvement scout, organisme dont les scouts palestiniens avaient pris leurs distances à partir de 1948. La réintégration du scoutisme palestinien au sein de ladite organisation avait déjà été entérinée par un vote unanime exprimé à la fin du mois de février par les 162 réalités nationales faisant partie de l’organisme.Le retour du scoutisme palestinien au sein des organismes de liaison internationaux a été également fêté par les représentants politiques palestiniens, à commencer par le Président, Mahmud Abbas. L’intention est de revitaliser la Région scout palestinienne, répartie en quatre unités – Cisjordanie, Jérusalem, Gaza et Liban. Désormais dépendent de l’Association scout palestinienne 120 patrouilles en Cisjordanie, plus de 30 dans la bande de Gaza et 30 au Liban.Considéré comme l’un des plus anciens mouvements scouts du monde, le scoutisme palestinien a fait ses débuts avec un premier groupe près l’école Saint Georges, dépendant du diocèse anglican de Jérusalem en 1912. Au long de sa longue histoire, le scoutisme palestinien a également connu la persécution durant le mandat britannique, au cours de la seconde moitié des années 1930.

AMERIQUE/COLOMBIE - Plus de 1.500 personnes bloquées selon l’Evêque d’Apartado

Turbo – Après l’augmentation du nombre des migrants en situation irrégulière qui entrent chaque jour sur le territoire de la commune colombienne de Turbo, à la frontière avec Panama, l’Evêque d’Apartado, S.Exc. Mgr Hugo Torres Marin, a lancé une demande d’aide urgente à la Chancellerie afin de faire face à cette crise humanitaire. « La situation à Turbo, Antioquia; Capurganá et Sabzurro, dans le Choco, devient chaque jour plus grave et nous avons besoin d’une réponse de la Chancellerie » indique la note envoyée à Fides par une source locale.La préoccupation, déclare Mgr Torres Marin, provient du fait que le Ministère des Affaires étrangères ne se prononce pas sur ce thème et n’offre aucune solution alors que la situation demande une réponse immédiate dans la mesure où, explique-t-il, « il existe déjà des réactions de la population touchant à l’ordre public suite à l’invasion de terrains où les migrants ont installé des baraquements pour vivre, à cause de l’indifférence de l’Etat, nombre d’entre eux étant victimes de vols, même s’ils possèdent peu de chose. Bien que le maire leur fournisse de l’eau, la nourriture est fournie par la Pastorale sociale au travers de l’Eglise et le problème est si grave que des groupes laïcs engagés contribuent eux aussi à l’entretien de ces personnes ».Aux migrants bloqués , s’ajoute par ailleurs un flux quotidien allant de 100 à 400 clandestins. En outre, voici quelques jours seulement, une panne a privé d’énergie électrique Capurganá, population du Choco qui vit à une température allant de 32 à 35° C. Ceci a fait augmenter le prix de la nourriture, qui doit être réfrigérée et le recours aux groupes électrogènes qui doivent être alimentés en carburant.La grave situation présente dans la commune d’Uraba est provoquée par la fermeture des frontières aux immigrés, décidée le 9 mai dernier par le Président panaméen. Les émigrants provenant de Cuba, d’Haïti, d’Afrique et de Chine espèrent en effet atteindre les Etats-Unis en passant par la Colombie et Panama. Selon les estimations de l’Eglise locale, plus de 1.500 personnes sont actuellement bloquées dans cette zone.

AMERIQUE/CHILI - Déclarations du Vicaire apostolique d’Aysen sur les prisons après sa visite au centre pénitentiaire de Coyhaique

Aysén – « La prison n’est pas un lieu où l’on perd l’espérance mais l’incarcération est un temps qui peut renforcer les projets de vie en faveur d’une société plus juste et fraternelle. Le manque de liberté ne veut pas dire manque de dignité, de courage et de confiance. Les personnes peuvent tirer des leçons de leurs erreurs et concevoir leur vie de manière plus sociale » : telles sont les déclarations du Vicaire apostolique d’Aysen, S.Exc. Mgr Luigi Infanti della Mora, O.S.M., après sa visite au pénitencier de Coyhaique, où il a rencontré une détenue pour lui remettre une lettre du Pape.Selon la note parvenue à Fides, la lettre portant la signature du Saint-Père François, répond à une missive écrite par la jeune détenue et envoyée au Pape voici un an par l’intermédiaire du Nonce apostolique. La réponse du Pape parvint à la Nonciature un mois plus tard mais pour une série de motifs, il n’a été possible de la remettre que maintenant.« Je demande à Dieu de vous concéder la lumière de la foi et la force de l’espérance et que vous réussissiez à sentir la consolation de Dieu miséricordieux dans la proximité des personnes que vous aimez » écrit le Pape, en assurant sa prière. La jeune femme a remercié de la réponse et, très émue, a déclaré qu’elle continuera à écrire au Pape pour lui raconter qu’elle s’est mariée et a eu son deuxième enfant, qui vit avec elle en prison.« D’un point de vue spirituel, il est confortant de savoir que le Pape se préoccupe de répondre aux personnes qui se trouvent dans une situation complexe. Il s’agit d’une joie et d’une espérance pour nous, et pas seulement pour la personne qui a écrit, que de savoir qu’il est possible de voir Sa Sainteté répondre » a commenté à la presse le Directeur régional de la Gendarmerie.

ASIE/CHINE - « Suivre Saint François et vivre le Jubilé » : de jeunes chinois en communion avec la JMJ

Zhou Zhi – « Suivre Saint François et vivre le Jubilé de la Miséricorde » : tel a été le thème du camp franciscain des jeunes d’une Paroisse du Diocèse de Zhou Zhi en province du Shaan Xi, en Chine continentale, qui ont voulu être en communion spirituelle avec les milliers de jeunes qui se seraient rassemblés à Cracovie pour la Journée mondiale de la Jeunesse. Les franciscains du lieu ont organisé et guidé ce cheminement spirituel de ces jeunes catholiques chinois, en communion avec le Pape qui, Dimanche 24 juillet, lors de l’Angelus, a adressé une pensée particulière à ceux qui « ne pouvant être présents personnellement, suivront l’événement au travers des moyens de communication », étant cependant « tous unis dans la prière ».Selon les informations parvenues à l’Agence Fides, du 15 au 23 juillet, 130 jeunes et 20 bénévoles accompagnés par sept prêtres franciscains ont pu vivre neuf jours de prière, de partage de foi et de mission. Parmi les initiatives prévues, se trouvaient le « festival de la fraternité », des chants, la visite aux malades, des œuvres de charité envers les pauvres, une excursion pour admirer la Création du Seigneur etc. Différents thèmes ont été approfondis durant le camp : l’histoire et la spiritualité de Saint François, le mouvement franciscain hier et aujourd’hui, la miséricorde de Dieu et celle de Jésus, être instrument de paix… Les prêtres ont célébré une Messe de clôture, encourageant les jeunes à suivre les traces de Saint François et à vivre intensément le Jubilé de la Miséricorde.

ASIE/SYRIE - Commentaires du Vicaire apostolique d’Alep pour les catholiques de rite latin à propos de l’assassinat du Père Hamel

Alep – L’assassinat du Père Jacques Hamel, le prêtre français de 84 ans égorgé alors qu’il célébrait la Messe, « appartient à la grande histoire du martyre chrétien, comme de celle des martyrs récents des Eglises d’Orient ». C’est pourquoi « elle ne mérite pas d’être instrumentalisée, y compris par ceux qui jusqu’à peu de temps en arrière, pour poursuivre ses intérêts, pensaient pouvoir entretenir des rapports ambigus avec les groupes djihadistes auxquels se réfèrent les jeunes terroristes qui l’ont tué ».C’est ainsi que S.Exc. Mgr Georges Abou Khazen OFM, Vicaire apostolique d’Alep pour les catholiques de rite latin, commente, depuis la ville syrienne, l’événement tragique d’hier intervenu en l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen. « Au long des siècles – remarque l’Evêque dans le cadre d’un entretien accordé à l’Agence Fides – les chrétiens ont toujours vus dans le martyre la confession la plus élevée de la foi. Alors qu’ils pleuraient leurs martyrs, ils les ont toujours célébrés comme ceux qui nous sauvent tous et sauvent le monde parce qu’ils prennent sur eux les souffrances reçues au nom de Jésus et appliquent ainsi à leurs contemporains la rédemption apportée par le Christ ».Cette dynamique, si intime au mystère du salut selon Mgr Abou Khazen, ne peut être défigurée par ceux qui fomentent l’indignation pour encaisser des profits de nature politique. « Cela fait des années – note le Vicaire apostolique d’Alep – que nous, Evêques du Proche-Orient, mettions en garde ces pouvoirs occidentaux contre le fait que, pour servir leurs propres intérêts, ils n’hésitaient pas à appuyer des groupes de fanatiques adeptes de l’idéologie djihadiste. Maintenant, je vois circuler des réactions féroces qui identifient tout l’islam à ces groupes aveuglés par une idéologie de haine et de mort qui semble se répandre partout par des voies mystérieuses. Il faut être simples comme des colombes et rusés comme des serpents, comme l’enseigne l’Evangile. Mais la ruse ne consiste pas à se laisser contaminer par le venin du serpent ».

ASIE/TERRE SAINTE - Lettre du Président palestinien au Pape suite à l’assassinat du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray

Ramallah – « Nous sommes bouleversés par l’attaque barbare perpétrée contre l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray au cours de laquelle nous avons perdu le Curé, le Père Jacques Hamel. Au nom de l’Etat de Palestine et du peuple palestinien, ainsi qu’en mon nom personnel, je condamne cet acte terroriste vil et odieux et toute justification que l’on ose donner au nom de la religion à ces actes contre l’humanité ». C’est ainsi que le Président palestinien, Mahmud Abbas, s’adresse au Pape François dans la lettre de condoléances qu’il a envoyé au Successeur de Saint Pierre après l’assassinat atroce du prêtre, égorgé hier par deux terroristes alors qu’il célébrait la Messe en l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen. « Nous serons toujours côtes à côtes – peut-on lire dans le message présidentiel parvenu à l’Agence Fides – pour diffuser l’amour, la miséricorde et la justice, contre la haine et l’intégrisme, et pour faire grandir ensemble la justice et la paix au profit de toute l’humanité ».Dès hier, les Ordinaires catholiques de Terre Sainte, avaient, eux aussi, diffusé un message de condoléances s’adressant à l’Eglise de France et à tous les français. « Depuis la Terre Sainte, qui continue à souffrir la violence et l’instabilité – peut-on lire dans le message publié par les moyens de communication officiels du Patriarcat latin de Jérusalem – nous élevons nos voix en exhortant à mettre fin à l’usage de la violence au nom de la religion et à l’utiliser plutôt comme voie pour promouvoir le respect réciproque et la compréhension entre les peuples. En ces occasions, nous, croyants – soulignent les Ordinaires de Terre Sainte – devons prier le Tout-Puissant afin qu’Il protège l’unité entre les peuples, afin qu’ils coopèrent ensemble dans le but de mettre fin à toute forme de terrorisme et qu’Il inspire aux responsables du monde une action consciente et résolue visant à éradiquer le terrorisme et ses causes dans les régions qui souffrent de ce terrible fléau ». .

AMERIQUE/COSTA RICA - Accueil temporaire au Costa Rica des réfugiés d’Amérique centrale

San José – Le Costa Rica, le Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés et l’Organisation internationale pour les Migrations, ont annoncé hier la signature d’un accord selon lequel ce pays accueillera temporairement un certain nombre de réfugiés provenant d’Amérique centrale en qualité de pays non impliqué directement. L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse tenue au Palais présidentiel par le Ministre à la Présidence, Sergio Alfaro, le représentant du Haut Commissariat dans ce pays, Carlos Maldonado, et le chef de la mission locale de l’Organisation internationale pour les Migrations, Roeland De Wilde.« Cette convention s’applique aux citoyens des pays de la région qui sont considérés en danger et qui ont demandé le statut de réfugié dans un pays tiers, autre que le Costa Rica » a déclaré Sergio Alfaro, selon la note parvenue à Fides. De telles personnes ont été précédemment désignées par le Haut Commissariat comme candidates à un accueil, a indiqué Sergio Alfaro, précisant que le Costa Rica ouvrira ses portes seulement par attention envers ces personnes, qui disposeront d’un visa humanitaire temporaire.Le représentant du Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés au Costa Rica, a exprimé sa fierté de signer cet accord de coopération et l’honneur que cela représentait pour lui, décrivant le Costa Rica comme un partenaire de référence en matière de protection des réfugiés au travers de programmes modèles dans le secteur. L’accord ne concerne pas les migrants en situation irrégulière au Costa Rica mais s’adresse essentiellement aux ressortissants des pays de ce qu’il est convenu d’appeler le Triangle du Nord, constitué par le Guatemala, le Honduras et le Salvador. Ces réfugiés demeureront au Costa Rica pour un maximum de six mois et ne seront jamais plus de 200, accueillis en majorité dans des foyers.

AMERIQUE/PEROU - Message de la Conférence épiscopale contre l’insécurité, la pauvreté et la corruption à l’occasion de la fête nationale

Lima – A l’occasion de la fête nationale du Pérou, qui aura lieu demain, 28 juillet, la Conférence épiscopale a préparé un Message au Peuple de Dieu, qui débute ainsi : « Le peuple péruvien nourrit de grands espoirs dans le nouveau Président du pays et le nouveau Congrès, dont il s’attend à ce qu’ils répondent avec sagesse, de manière efficace et dans les temps, aux grands maux qui incombent sur notre population, à savoir l’insécurité, la pauvreté et la corruption ».Le Message, parvenu à Fides, poursuit : « Le don de la foi chrétienne, enracinée dans notre identité nationale, est la force la plus puissante qui peut pousser au changement et à la transformation de tout homme et de tout peuple ». « Nous ne devons pas oublier, en cette fête nationale, que des valeurs telles que le respect de la vie, de la conception à la mort naturelle, le respect pour la famille, base de la société, le mariage entre un homme et une femme, la justice et le respect des droits des plus faibles, l’honnêteté et la sauvegarde de la Création demeurent un défi pour tout péruvien et pour nos autorités ».Le document se conclut par la requête faite « aux responsables et aux membres des partis, de travailler unis, dans l’harmonie, pour le bien du Pérou ».Le Message des Evêques prend une importance particulière dans la mesure où, selon la note envoyée à Fides par la Conférence épiscopale, à compter de cette année, 195ème anniversaire de la nation, l’Eglise s’engage également dans la préparation de la célébration du Bicentenaire de l’indépendance nationale au cours des cinq prochaines années.

AFRIQUE/EGYPTE - Rejet des instrumentalisations étrangères suite aux attaques sectaires subies de la part de l’Eglise copte orthodoxe

Le Caire – L’Eglise copte orthodoxe ne veut pas que les attaques sectaires subis récemment par des chrétiens égyptiens ne deviennent le prétexte d’instrumentalisations et interdit à quiconque d’organiser à l’étranger des mobilisations et des campagnes publiques qui puissent être considérées comme des tentatives d’interférence dans les affaires internes égyptiennes de la part d’organisations et de groupes. C’est ce qu’indiquent des sources proches de l’Eglise copte orthodoxe consultées par l’Agence Fides.La nouvelle vague de violences à l’encontre des coptes, enregistrée en particulier dans le gouvernorat de Minya, a provoqué des interventions publiques fortes de la part du Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, du grand imam d’al-Azhar, Ahmed al Tayyib, et du Président égyptien, Abdel Fattah al Sisi . Une conséquence politique de cette réaction conjointe a été l’annonce de la prochaine présentation au Parlement d’un projet de loi visant à poursuivre les attaques à caractère sectaire comme des crimes contre l’unité nationale.

EUROPE/FRANCE - Prêtre égorgé pendant la célébration du Saint Sacrifice de la Messe

Rouen – Le Père Jacques Hamel, âgé de 84 ans, a été tué ce matin alors qu’il célébrait la Messe en l’église de Saint Etienne du Rouvray, en Normandie. Deux hommes sont entrés au cours de la célébration, ont tué le prêtre et blessé trois fidèles dont un grièvement. Parmi les otages, se trouvaient également deux religieuses, une troisième ayant parvenu à s’enfuir pour donner l’alarme. Les deux meurtriers ont été tués par la police.Depuis Cracovie, où il se trouvait pour participer à la célébration de la Journée mondiale de la Jeunesse et alors qu’il s’apprêtait à revenir en France, l’Archevêque de Rouen, S.Exc. Mgr Dominique Lebrun, a envoyé un message dans lequel il affirme : « L’Eglise catholique ne peut prendre d’autres armes que celles de la prière et de la fraternité entre les hommes. Je laisse ici des centaines de jeunes qui sont l’avenir de l’humanité et je leur demande de renoncer à la violence et de devenir les apôtres de la civilisation de l’amour ».

ASIE/IRAQ - Proposition du Patriarche de Babylone des Chaldéens aux représentants chiites iraniens et irakiens portant sur la constitution d’un Comité permanent de dialogue

Bagdad – Un Comité permanent de dialogue composé de représentants des centres religieux chiites et du Patriarcat de Babylone des Chaldéens afin d’affronter ensemble les problèmes rencontrés par les populations locales, dans un contexte amical de collaboration, telle est la proposition concrète ayant émergé de la visite faite le 25 juillet au Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, par quatre représentants autorisés des institutions universitaires chiites de Najaf et de Qom . La délégation en question était composée du cheikh Aladdin Jazairi – qui occupe également des fonctions au sein du mouvement al-Nujaba, dont dépend également une milice chiite – du cheikh Jassim Mandalawi, et des cheikhs Hamid Reza Shariatmadari et Hamid Albabai, dirigeants du Centre pour le dialogue de Qom, la ville iranienne où sont concentrées les plus importantes institutions universitaires de l’islam chiite.Le modèle de dialogue pris en considération est vu comme complémentaire à celui déjà actif entre ces mêmes institutions universitaires chiites et les institutions du Saint-Siège. « Nous, chrétiens d’Orient – indique à l’Agence Fides le Patriarche de Babylone des Chaldéens – pouvons et devons être des acteurs privilégiés du dialogue avec les réalités de l’islam. Nous vivons ici, nous parlons la même langue, nous sommes tenaillés par les mêmes problèmes et par les mêmes maux. Nous connaissons les choses de l’intérieur. Toutes les occasions visant à créer des instruments de dialogue au niveau local pouvant également servir à délier les nombreux nœuds rencontrés par les communautés chrétiennes en ces temps dramatiques, sont utiles ».Le Patriarche prend acte du fait que, pour le moment, « les sunnites ont de nombreux problèmes avec la libération de leurs villes du prétendu « Etat islamique », mais, à l’avenir, un éventuel Comité de dialogue lancé avec les chiites pourrait les impliquer eux aussi et devenir ainsi un instrument de dialogue entre chrétiens et musulmans ». Il cite également certains points sur lesquels le dialogue pourrait se focaliser : « J’ai dit aux représentants chiites, avec une amicale franchise, qu’il n’est pas d’avenir en l’absence d’une mise à jour du langage de la prédication religieuse. Je leur ai cité l’expérience des chrétiens. A la longue, si la mise à jour n’intervient pas, les personnes s’éloignent de la religion. La prédication et le dialogue doivent être concrets, tenir compte du moment historique et des problèmes réels. Avant les questions strictement universitaires et théologiques, nous pouvons commencer par nous confronter sur les questions sociales, y compris celles de la justice et de la reconnaissance des droits de la personne. Ce sont là les terrains sur lesquels nous devons commencer à faire l’expérience de solutions partagées ».

AMERIQUE/SALVADOR - Une « justice de transition » en vue d’une véritable guérison d’un tissus social mis à l’épreuve depuis des années

San Salvador – Au Salvador, la discussion se poursuit à propos de l’abrogation de la loi d’amnistie de la part de la Cour Suprême de Justice. Le 22 juillet, par le biais d’un communiqué, la Conférence épiscopale a demandé « une justice réparatrice » en faveur des victimes du conflit armé passé. Bien que la déclaration ne réclame la prison pour aucun des coupables, elle propose toutefois que les victimes « soient accueillies, que leurs droits et leur dignité soient respectés et qu’il leur soit demandé pardon ». Dans ce contexte, l’Episcopat demande aux autorités législatives de créer une procédure juridique visant à renforcer « une justice de transition » qui rende possible « une véritable guérison du tissus social qui saigne désormais depuis de nombreuses années ».La note parvenue à Fides signale également le commentaire de l’Archevêque de la capitale, S.Exc. Mgr José Luis Escobar Alas, selon qui l’amnistie promue déjà par le Président Alfredo Cristiani n’a pas permis de réaliser pleinement les accords de paix ayant mis fin à 12 années de guerre.Entre temps, le Président salvadorien, Salvador Sanchez Ceren, a annoncé avoir débuté les colloques avec les partis politiques représentés au Parlement afin d’approuver une nouvelle loi sur la réconciliation nationale, qui s’insère dans le contexte salvadorien actuel et « permette aux familles de connaître la vérité tout en leur donnant, dans le même temps, la possibilité de pardonner » a-t-il déclaré à la presse.

Pages