Derniers flash de l'agence Fides

AMERIQUE/MEXIQUE - Appel au dialogue de l’Evêque de Tehuantepec après les six morts d’Oaxaca dans le cadre de la contestation des enseignants

Tehuantepec – L’Evêque de Tehuantepec, S.Exc. Mgr Oscar Armando Campos Contreras, a appelé au dialogue « pour rechercher la justice afin d’aider à surmonter de nombreux retards sociaux dans la vie de notre peuple ». Le communiqué du Diocèse, signé également par les Curés et l’ensemble des prêtres, lance un appel à mettre fin aux désordres et aux barrages routiers qui existent actuellement dans la région de Tehuantepec dans le cadre de la protestation des enseignants et ont provoqué des morts et des blessés.« L’autoritarisme et la violence sont les deux faces d’une même médaille . Dans les conflits, s’entrecroisent de nombreux intérêts différents pour réussir à tirer un avantage des eaux agitées. Il serait criminel de désirer que le sang même d’une seule personne soit versé. Par suite, notre invitation, qui s’adresse tant aux autorités qu’aux enseignants est de mettre la raison au-dessus de la passion » peut-on lire dans la déclaration envoyée à Fides, qui porte la date du 19 juin.La protestation au Mexique contre la réforme de l’instruction, l’évaluation des enseignants et leur licenciement collectif en est arrivée à sa cinquième semaine. Enseignants et parents d’élèves de certaines écoles de la capitale ont manifesté pour demander justice pour les six personnes tuées à Oaxaca, où ont eu lieu de violents affrontements qui ont fait également des dizaines de blessés. Hier, les enseignants de l’Etat de Guerrero ont, eux aussi, manifesté contre le gouvernement pour les mêmes motifs.

AFRIQUE/REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - Nouvelles menaces contre le village de Ngaoudaye, théâtre du pillage d’une mission des Pères capucins

Bangui – « Le groupe armé MPC-RJ n’est pas revenu à sa base dans les environs de Paoua après l’attaque contre le village de Ngaoudaye mais s’est replié sur Kollo, un village à la frontière avec le Tchad » indiquent à l’Agence Fides des sources de l’Eglise dont nous évitons de citer le nom pour raisons de sécurité.Depuis Kollo, les combattants ont lancé aux habitants de Ngaoudaye un ultimatum réclamant une somme pour ne pas subir une deuxième attaque.Le 15 juin, le village de Ngaoudaye, dans le nord-ouest de la République centrafricaine, a été saccagé. La mission locale des Pères capucins a subi des dommages . Le MPC-RJ est l’un des mouvements de l’ancienne alliance de rebelles Seleka, qui avait pris le pouvoir en 2013 avant d’être chassée par un autre groupe armé dénommé anti Balaka.Les sources de Fides avertissent les habitants de la région de Ndim : « Lors de leur passage, les hommes du MPC-RJ se servent des pauvres biens des habitants. Certaines maisons sont endommagées ou incendiées. Des villages tels que Nzamari, Kollo et Mbaideng ont été vidés de leurs troupeaux et de leurs basses-cours. La population se cache dans les champs et dans la savane ».La mission de l’ONU en République centrafricaine a annoncé avoir renforcé le dispositif de sécurité des casques bleus à Ngaoundaye et dans la zone environnante.

AMERIQUE/NICARAGUA - Invitation de l’Archevêque de Managua aux électeurs à vérifier leur inscription sur les listes électorales en vue du scrutin de novembre

Managua – S.Em. le Cardinal Leopoldo Brenes, Archevêque de Managua, a invité les citoyens ayant le droit de vote dans le cadre des élections de novembre prochain à vérifier que leurs noms soient présents sur les listes électorales. Selon les informations parvenues à Fides par l’intermédiaire d’une source locale, dans le cadre d’une brève rencontre avec les journalistes ayant eu lieu le 18 juin, le Cardinal a indiqué qu’il vérifiera lui-même sa propre inscription sur les listes électorales auprès du bureau de vote de sa zone. Le Cardinal Brenes a enfin exhorté les nicaraguayens à faire de même pour connaître le lieu où ils devront voter le 6 novembre.Au Nicaragua, le processus de vérification est prévu pour les 25 et 26 juin. Les 4.313 centres de vérification seront actifs dans les 153 communes du pays. Les nicaraguayens munis d’une pièce d’identité recevront à ce moment-là le bulletin de vote et sauront à quel bureau de vote ils devront se rendre en novembre.Le Conseil suprême électoral n’a pas encore les informations sur le nombre des votants. Au cours des élections générales de 2011, avaient été inscrits environ 3,3 millions de nicaraguayens. Le 6 novembre, la population élira le Président, le Vice-président, 90 députés nationaux et 20 représentants au Parlement d’Amérique centrale .

ASIE/PHILIPPINES - Appel de la Caritas à mettre la pauvreté, le développement et la justice climatique au centre de l’agenda politique

Manille – Viser au développement et mettre les pauvres « au centre de l’agenda politique » : tel est l’appel lancé au nouveau Président Rodrigo Duterte par la Caritas Philippines et une trentaine d’organisations, religieuses et civiles. La Caritas invite l’administration publique à accomplir « de plus importants efforts afin d’améliorer la vie des plus pauvres et des marginalisés », en vue d’un « réel changement ». Si le Président se qualifie d’artisan de se renouvellement, observe une note envoyée à Fides à l’occasion du premier anniversaire de l’Encyclique Laudato si’, « nous demandons à ce que le changement soit basé sur la justice et la dignité humaine ».La note est signée conjointement par plus de 30 groupes religieux et organisations de la société civile qui demandent à ce que soient « protégés les droits des petits agriculteurs, en particulier les droits de propriété des terres », invitant à revoir le mécanisme de subventions « pour soutenir la production locale et le commerce équitable », incitant « l’agriculture soutenable et biologique ainsi que la pêche » et appliquant « une véritable réforme agraire ».La note rappelle également « l’érosion des droits des peuples indigènes », victimes d’abus en matière de droits fondamentaux et propose un plan pour « la promotion de la justice climatique », annulant tous les permis de construire de centrales à charbon et bloquant les concessions d’exploitation minière, souvent assignées à des multinationales qui foulent aux pieds les droits des populations locales.« Le changement est souhaitable s’il est porteur de bien commun, de justice et de paix pour l’humanité » conclut le Père Edwin Gariguez, Secrétaire exécutif de Caritas Philippines, rappelant le thème du changement climatique et du réchauffement global.

AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Message des Evêques en faveur de la reconstruction du pays

Juba – « Ce n’est pas le temps des récriminations. Ne vous atermoyez pas en critiques destructrices. Retroussez vos manches en revanche et allez travailler pour construire une nouvelle nation pour vous, pour vos enfants et pour les enfants de vos enfants » exhortent les Evêques du Soudan du Sud dans le Message d’encouragement publié au terme de leur Assemblée tenue à Juba du 14 au 16 juin parvenu à Fides.En rappelant l’installation du gouvernement d’unité nationale né des accords de paix d’août 2015 entre le Président, Salva Kiir, et le Vice-président, Riek Machar, les Evêques invitent les fidèles à soutenir les responsables de la nation. « Soutenez-les et encouragez-les à aller au-delà de leurs intérêts personnels. Rassurez-les sur le fait que la nation et la communauté international comprend leur situation – affirme le message. Ce sont des êtres humains, fils et filles de Dieu. Traitons-les avec amour et miséricorde et non pas avec haine et réprobation. La priorité est maintenant de réformer et de reconstruire notre nation en morceaux ».C’est pourquoi les Evêques exhortent tout un chacun à « ne diffuser ni discours enflammés ni le tribalisme au travers d’Internet et des réseaux sociaux et en revanche à propager des messages de paix. Nous le disons clairement : assez de négativité ! ».Parmi les priorités que le gouvernement doit affronter, les Evêques indiquent le cessez-le-feu dans tout le pays, l’amélioration de l’économie et la mise en place des services de base afin de résoudre la grave situation humanitaire. « La population vit encore dans la peur. Des travailleurs ne sont pas payés et de nombreuses familles sont privées de nourriture. Il est particulièrement dangereux que l’armée et les autres forces de sécurité ne reçoivent pas leurs soldes et traitements, parce que cela pourrait aggraver l’insécurité ».Rappelant la figure de Sœur Veronika Theresia Racková, morte après des jours d’agonie suite aux blessures dues à des coups de feu tirés par des militaires , les Evêques soulignent que la religieuse « n’est que l’une des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants qui ont été tués dans le cadre de ce conflit insensé ».Le document s’achève en invitant Salva Kiir et Riek Machar à accomplir des gestes qui rassurent la population quant à leur engagement définitif en faveur de la paix, en priant ensemble, en faisant ensemble des voyages à l’intérieur du pays pour rencontrer la population, en prêtant une attention particulière aux évacués.

AMERIQUE/GUATEMALA - Les pires formes de travail clandestin des mineurs enregistrées en Amérique latine

Guatemala – Le Guatemala, avec ses 850.937 enfants qui travaillent et 43% des mineurs qui ne fréquentent pas le système scolaire, enregistre le plus fort indice de travail des mineurs de l’ensemble de l’Amérique latine, selon les informations parvenues à Fides. Outre la gravité des statistiques, il en ressort que ces enfants sont employés dans le cadre d’activités dangereuses pour leur vie même, telle que la fabrication de feux d’artifice, la récolte du café, la découpe de pierres et le travail agricole en général. L’alarme a été lancée par le Bureau pour les droits fondamentaux du Guatemala. Les départements du nord-est, Huehuetenango et Quiché, sont les plus touchés par le phénomène, qui implique généralement des enfants d’origine indigène.L’Organisation internationale du travail a déclaré qu’en Amérique latine, plus de 5,5 millions d’enfants des deux sexes travaillent sans avoir l’âge minimum requis pour l’entrée sur le marché du travail ou sont employés dans le cadre d’activités interdites. En général, les mineurs travaillent dans le secteur agricole ou dans des secteurs très dangereux tels que les mines, les décharges, la pêche ou encore comme domestiques. A cela viennent s’ajouter des milliers d’autres qui ne sont pas recensés et sont contraints clandestinement aux plus graves formes de travail des mineurs, étant impliqués dans des réseaux d’exploitation sexuelle à fins commerciales, dans le trafic de stupéfiants, dans le trafic des mineurs en vue de leur exploitation par le travail et dans le cadre des conflits armés.

AMERIQUE/VENEZUELA - Prise de position du Nonce apostolique

Guanare – Le Nonce apostolique au Venezuela, S.Exc. Mgr Aldo Giordano, a souligné qu’il est du devoir de l’Eglise de rechercher le dialogue dans le pays, un dialogue en faveur de la paix et permettant de répondre aux besoins de la population . « La première préoccupation est la paix, la manière dont éviter la violence, être utiles lorsque des tensions existent, les moyens de parvenir à la réconciliation. S’il existe des problèmes concernant nourriture et médicaments, le Pape veut aider le peuple et soutenir le bien commun » a déclaré Mgr Giordano au cours de sa visite à Guanare, capitale de la région de Portuguesa, le 18 juin.Selon la note parvenue à Fides, l’Archevêque se trouvait à Guanare pour célébrer la Messe à l’occasion de l’attribution du titre de Sanctuaire à la Paroisse du Sacré-Cœur de Jésus. Etaient également présents l’Archevêque de Calabozo, S.Exc. Mgr Manuel Díaz Sánchez, et l’Evêque de Guanare, S.Exc. Mgr José de la Trinidad Valera Angulo. Le Nonce a exprimé sa satisfaction suite à cette visite du Sanctuaire, récemment restauré, où des centaines de fidèles se rassemblent pour prier et écouter la Parole de Dieu. « J’ai l’honneur de porter dans le cadre de cette visite, une relique de Saint Jean Paul II, un grand père de l’Eglise, un grand Pasteur universel de l’Eglise » a déclaré Mgr Giordano en remettant la relique.Au Venezuela, la tension monte encore et dans les prochains jours sont prévues des manifestations de l’opposition contre le gouvernement, manifestations qui visent à demander la convocation d’un référendum portant sur la destitution du Président Maduro. Certaines de ces manifestations ont été organisées parce que le Conseil électoral national a annulé récemment la validité de quelques 600.000 signatures recueillies par l’opposition dans le cadre du dernier référendum.

ASIE/SYRIE - Trois morts dans l’attentat suicide perpétré contre une assemblée religieuse organisée à Qamishli en présence du Patriarche de l’Eglise orthodoxe syriaque

Qamishli – Trois personnes ont trouvé la mort dans l’attentat suicide perpétré hier au cours d’une assemblée religieuse organisée à Qamishli, dans le nord de la Syrie, pour commémorer ce qu’il est convenu d’appeler le génocide assyrien de 1915, mis en œuvre par l’armée ottomane. Selon des sources locales de Fides, l’auteur de l’attentat a cherché à entrer dans la salle où les personnes étaient réunies mais a été arrêté par les forces de sécurité locales et s’est fait exploser au moment de son arrestation. La rencontre voulait célébrer le massacre de 1915 connu également sous le nom de massacre de Sayfo, accompli par l’armée ottomane au cours de la première guerre mondiale. Selon les estimations des historiens, les victimes assyriennes de ce massacre furent au nombre de 250.000 environ même si certaines sources indiquent le chiffre de 750.000. A la cérémonie était notamment présent le Patriarche de l’Eglise orthodoxe syriaque, Ignace Ephrem II. La sécurité était assurée par les forces de sécurité Sotoro, milices chrétiennes nées dans le nord-est de la Syrie. L’attentat, qui n’est pas le premier dans la ville de Qamishli, n’a pas été revendiqué.Le Patriarche a également présidé le 19 juin à Qamishli un événement au cours duquel a été inauguré un monument commémorant le génocide assyrien.La ville de Qamishli, à majorité kurde, est actuellement divisée en deux, une partie étant contrôlée par les milices kurdes et l’autre par l’armée syrienne.

AMERIQUE/PEROU - Un projet pour renforcer la lutte contre le travail des mineurs

Lima – Le phénomène du travail des mineurs dans le secteur agricole continue à constituer l’une des urgences dans le pays. Grâce à une initiative promue par le Ministère du travail local, a été lancé le projet « Semilla » dans le but de renforcer les politiques publiques de la stratégie nationale de prévention et d’éradication du travail des mineurs . L’initiative se déroule dans les zones rurales des régions de Huancavelica, Junín et Pasco. Le projet fait partie des actions menées dans le cadre de l’ENPETI dans le but de réduire le travail dangereux des mineurs dans le secteur agricole. En outre, il vise à prêter assistance et à prévenir des problèmes éducatifs concernant des enfants et des adolescents mineurs ainsi qu’à améliorer la productivité de leurs familles. Grâce à une stratégie de sensibilisation, les familles sont mises au courant des risques et décident de soustraire leurs enfants aux travaux dangereux.

AFRIQUE/ZAMBIE - Démission de l’Evêque de Livingstone et nomination de son successeur

Cité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 18 juin 2016, a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse de Livingstone présentée par S.Exc. Mgr Raymond Mpezele, conformément au canon 401 § 1 du Code de Droit canonique. Le Saint-Père a nommé Evêque de Livingstone le Père Valentine Kalumba, O.M.I., jusqu’ici Curé de la Paroisse Sainte Thérèse et Vice délégué de la Délégation des Oblats de Marie Immaculée en Zambie.Le Père Valentine Kalumba, O.M.I. est né le 16 janvier 1967 à Mufulira, dans le Diocèse de Ndola . Il a effectué ses études philosophiques au Grand Séminaire Saint Augustin de Mpima en Zambie et ses études de Théologie au Grand Séminaire Saint Dominique de Lusaka. En janvier 2001, il est entré au Noviciat des Oblats de Marie Immaculée. Le 20 février 2002, il a émis ses vœux perpétuels. Il a été ordonné prêtre le 22 octobre 2005.Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : 2005-2007 : Vice économe et Vicaire de la Paroisse Saint Michel de Kalabo, dans le Diocèse de Mongu , 2007-2008 : Chargé de la Paroisse Saint Laurent de Brindisi de Limulunga, dans le Diocèse de Mongu, 2008-2009 : Curé de la Paroisse Saint Michel de Kalabo, 2009-2011 : Vicaire puis Curé de la Paroisse Saint Léopold de Shang’ombo, dans le Diocèse de Livingstone, 2011-2014 : Directeur de la Radio oblate Liseli à Mongu, 2014-2015 : Econome du Centre de formation philosophique de Ouagadougou, au Burkina Faso, depuis 2011 : Vice délégué de la Délégation des Oblats de Marie Immaculée en Zambie, depuis 2014 : Curé de la Paroisse Sainte Thérèse, dans le Diocèse de Kabwe.

AMERIQUE/ARGENTINE - Réflexion du Congrès eucharistique national sur la réponse de l’Eglise au fléau de la drogue

Tucuman – La Pastorale sociale et des laïcs, l’une des treize dans lesquelles est réparti le travail du XI° Congrès eucharistique national qui se déroule dans la ville de di San Miguel de Tucuman a tenu hier une conférence pour réfléchir sur la plaie que représentent la drogue et le trafic qui lui est liée, la mission des laïcs et l’enseignement du Pape François.Le thème a été introduit par le Président de la Commission épiscopale pour la Pastorale sociale, S.Exc. Mgr Jorge Lozano, et par le Président de la Commission nationale Justice et Paix, S.Exc. Mgr Emilio Inzaurraga.Le Congrès, qui se tient du 16 au 19 juin, est devenu un moment de rencontre en vue de la formation, de la réflexion et de l’engagement chrétien de la communauté catholique dans le pays. Au seul moment de l’ouverture, étaient présents environ 75.000 fidèles selon les organisateurs, alors que la Messe d’inauguration a vu la participation de 4 Cardinaux, de plus de 50 Evêques et de 200 prêtres environ.

AMERIQUE/CHILI - Eglise incendiée et attaque contre la police dans la région mapuche

Araucania – Un incendie a détruit à l’aube du 17 juin une église située sur le territoire de la commune de Collipulli, dans la région d’Araucanie. Les faits relatés à Fides sont très graves dans la mesure où dans la zone a eu lieu une fusillade après l’arrivée sur place de la police. Un agent de police a été blessé au visage par des éclats de verre alors qu’il se trouvait à bord d’un véhicule de service qui a été attaqué par des inconnus alors qu’il se rendait sur le lieu de l’incendie.Le Ministre de l’Intérieur a annoncé hier soir que le gouvernement élabore actuellement un plan contre la violence dans la région d’Araucanie qui sera appliqué dans les prochains jours. « Ce qui a eu lieu la nuit dernière à Collipulli est un fait déplorable et grave, non seulement à cause de l’incendie mais parce que la police a été attaquée – affirme-t-il dans une note – en considérant que ces actions violentes sont des actes de terrorisme contre lesquels il est nécessaire de réagir ».Les incendies d’églises dans la région sont reconductibles à un même groupe. Dans le cas de Collipulli, ont également été retrouvées des inscriptions en faveur de la cause mapuche, fait qui s’est répété dernièrement dans différentes parties de la région . Le Curé du lieu, le Père Enrique Catalan, a déclaré que les flammes ont détruit la chapelle Saint Joseph ainsi que les locaux dans lesquels se réunissait la communauté. « Cela nous peine profondément car ce fait frappe toute la communauté » a-t-il commenté. Désormais, le nombre des incendies en Araucanie est de 14 et les Evêques ont demandé une réponse politique adaptée pour la zone .

ASIE/SRI LANKA - Initiatives des Clarétains en faveur des victimes des inondations

Colombo – Les religieux Clarétains au Sri Lanka sont activement présents dans le cadre des secours aux victimes des inondations qui ont frappé la nation en mai dernier, laissant derrière elles d’importants dommages aux personnes, aux maisons et aux autres structures. Ainsi que l’écrit dans une missive parvenue à Fides le Supérieur majeur des Clarétains au Sri Lanka, le Père Rex Constantine, « nos missions n’ont pas été directement touchées par les inondations qui ont constitué une catastrophe nationale pour le pays. En tant que chrétiens, nous avons décidé de répondre avec un sens d’urgence et de solidarité, en nous engageant dans de petites œuvres de secours sur la base de nos possibilités ». Les Clarétains ont ainsi formé la Clarettian Disaster Recovery Team pour planifier et coordonner les efforts de secours et de reconstruction. L’équipe conçoit actuellement des stratégies et des actions afin de venir en aide aux personnes touchées en accord avec d’autres institutions, telles que la Caritas et des ONG.De nombreuses zones du Sri Lanka, frappées par les pluies torrentielles à compter du 10 mai dernier, ont subi des inondations et des glissements de terrain qui ont provoqué de graves dommages aux récoltes et aux habitations. Vingt-deux districts sont intéressés par des dommages importants alors que 92 personnes ont trouvé la mort et 131 sont encore portées disparues. Environ 320.000 personnes ont été évacuées et ont dû quitter leurs zones de résidence. A ce jour, 67.000 familles résident dans 497 camps d’évacués sis dans 9 districts.

ASIE/PAKISTAN - Violences policières à l’égard de chrétiens

Lahore – Les chrétiens du Pakistan subissent des abus également de la part de la police. Dimanche 12 juin, l’agent de police Amir Abdullah a fait irruption dans l’église chrétienne protestante du quartier de Fazalia à Lahore, souffletant et humiliant le pasteur Riaz Rehmat, qui célébrait la liturgie et s’adressant de manière offensante aux fidèles.Ainsi que cela a été indiqué à Fides par l’ONG CLAAS , l’agent de police a ensuite déclaré avoir reçu un appel téléphonique se plaignant d’un abus de diffusion par haut-parleur de la part de l’église. L’ONG, engagée dans la protection légale des chrétiens au Pakistan, a déposé une plainte devant la surintendance de police, demandant à ce qu’une action soit entreprise contre l’agent de police, notamment parce qu’il a été prouvé que l’accusation portée contre l’église était totalement fausse et qu’aucun haut-parleur ne troublait la tranquillité publique. L’agent de police a été suspendu et une enquête ouverte à son encontre. Le Directeur de CLAAS, Nasir Saeed, indique, dans une note envoyée à Fides : « Il s’agit d’un acte honteux commis par la police. Ce n’est pas le premier incident de ce type et des épisodes de ce genre continuent à se vérifier. Le mois dernier, un incident similaire a eu lieu à Faisalabad. La police respecte difficilement les sentiments religieux des chrétiens et viole souvent leur droit à la liberté religieuse. Nous demandons aux autorités de donner des dispositions précises aux agents dans l’exercice de leurs fonctions dans la mesure où ils sont appelés à protéger les citoyens chrétiens et non pas à abuser de leurs pouvoirs ».

AFRIQUE/ZAMBIE - Accueil d’orphelins maltraités et d’enfants vulnérables au sein de la Cité de la Joie

Monze – L’Institut de la Santé de la Conférence épiscopale de Zambie a racheté des orphelins et des enfants vulnérables du Diocèse de Monze, dans le district de la province méridionale du pays, qui avaient subi des abus de la part d’adultes. Parmi les jeunes filles concernées, se trouvent 20 orphelines et fillettes vulnérables qui ont été accueillies à la Cité de la Joie gérée par l’Eglise catholique dans la ville de Mazabuka. La coordinatrice du projet de la Conférence épiscopale de Zambie, Sœur Matildah Mubanga, a déclaré qu’il s’agit de jeunes filles provenant de familles défavorisées qui, pour pouvoir fréquenter l’école, sont contraintes à louer de petits refuges sans aucune protection dans les villages et sont souvent victimes d’abus de la part d’adultes. Sœur Marie-Clair Mwenya, FMA, coordinatrice des orphelines et fillettes vulnérables de la Cité de la Joie, a déclaré que le projet avance bien et qu’une instruction est offerte à toutes les jeunes filles sans aucune discrimination.

AFRIQUE/MALAWI - Pratiques de sorcellerie pour guérir de sortilèges et de maladies

Mzuzu – Il est difficile d’imaginer le pouvoir qu’ont encore aujourd’hui les sorciers en Afrique, indique dans une note de presse envoyée à l’Agence Fides l’un des représentants de l’organisation Under The Same Sun , engagée en faveur des personnes frappées d’albinisme. La santeria comme alternative à la médecine moderne et solution à tout type de mal passager ou encore comme méthode pour modifier l’avenir, est fortement enracinée et presque inamovible. Avoir des résultats positifs en amour, dans le domaine financier ou professionnel, est très simple : il suffit de payer un sorcier et ce dernier se chargera de garantir à son client l’avenir désiré. En l’absence de résultat positif, la faute n’est jamais attribuée au sorcier mais au demandeur qui n’a probablement pas respecté les indications comme il l’aurait dû. Sur tous les marchés locaux d’une grande partie des pays d’Afrique sub-saharienne, peuvent se trouver des ustensiles en tout genre en mesure de « faire des miracles » : des onguents pour soigner tout type de problème cutanée aux plantes contre tout type de maux. Ceci est cependant ce que l’on voit sur les marchés. En réalité, les activités des sorciers comportent des pratiques d’arts macabres : des os d’animaux voire même de personnes, des cheveux et des animaux vivants sont certains des ingrédients clefs de leurs remèdes miraculeux. En outre, une grande partie de la population rurale du Malawi, de Tanzanie et d’autres pays voisins est encore convaincue que les parties du corps des personnes affectées par l’albinisme disposent de propriétés magiques : les cheveux sont arrachés et des parties de leur corps mutilées pour réaliser un certain nombre de sortilèges. Depuis mars 2016, les cas de violences, de harcèlements et d’homicides d’albinos au Malawi ont vu leur nombre augmenter de manière vertigineuse. Dans le pays vivent actuellement environ 10.000 albinos qui doivent être protégés.

ASIE/IRAQ - Jeûne de chrétiens en parallèle avec le jeûne du ramadan et commentaire du Patriarche de Babylone des Chaldéens

Bagdad – Aujourd’hui, de nombreux chrétiens irakiens, répondant à l’invitation du Patriarche de Babylone des Chaldéens, s’unissent pour toute la journée au jeûne observé par leurs compatriotes musulmans au cours du ramadan. L’initiative, proposée aux fidèles chaldéens et à tous les chrétiens irakiens voici quelques jours en arrière par un communiqué officiel du Patriarcat chaldéen, entend représenter un signe de solidarité envers tous les musulmans, visant à jeûner et à prier pour demander le don de la paix et la stabilité du pays et de l’ensemble du Proche-Orient.« De cette manière – réaffirme à l’Agence Fides le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako – nous avons seulement voulu proposer un geste chrétien. En tant que chrétiens, nous confions dans le fait que le jeûne et la prière, partagés également avec les autres, pourra faire des miracles alors que les armes et les interventions militaires tuent seulement ». L’initiative a suscité des réactions que le Patriarche qualifie de « paradoxales. Du dehors, certains de nos chrétiens qui vivent à l’étranger se sont agités et nous ont même critiqué. J’ai, en revanche, reçu de nombreux musulmans des attestations de gratitude émue. Hier, une musulmane voilée est venue au bureau pour me remercier. Elle continuait à répéter : nous vous sommes tous très reconnaissants parce que nous sommes tous irakiens ».Comme cela est usuel dans les pratiques de la tradition spirituelle chrétienne, le jeûne et la prière s’accompagnent de gestes de charité : « Aujourd’hui, nous offrirons une contribution de 50.000 USD en faveur des réfugiés de Falluja, par l’intermédiaire de Caritas Irak,– indique à Fides le Patriarche de Babylone des Chaldéens – et ce soir, dans une Paroisse, nous offrirons symboliquement à un groupe de nos concitoyens musulmans l’iftar, repas de rupture du jeûne ».

AFRIQUE/REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - Témoignage d’un missionnaire à propos de la reconstitution en cours des bandes armées

Bangui – « Ici, à Bozoum, il n’y a pas de problèmes. Je sais qu’il y en a plus au nord » déclare à l’Agence Fides le Père Aurelio Gazzera, Curé carme de Bozoum, dans le nord-ouest de la République centrafricaine, partie intégrante de la zone au sein de laquelle a été pillée la mission des Capucins sise à Ngaoundaye . A ce propos, le Père Gazzera déclare avoir contacté les missionnaires de Ngaoundaye, qui lui ont dit « avoir eu peur mais que désormais ils sont assez tranquilles ». « A ce que j’en sais – continue le missionnaire – le groupe de la Seleka qui a fait irruption à l’intérieur de la mission a volé un certain nombre de choses, surtout de la nourriture, mais n’a pas fait beaucoup de dégâts. Heureusement, les casques bleus de l’ONU sont arrivés et les membres de la Seleka ont abandonné le village ».Si l’épisode de Ngaoundaye semble moins grave de ce qu’il ne semblait l’être dans un premier temps, il n’en reste pas moins que le Père Gazzera souligne que « depuis plus de deux mois, dans notre zone, règnent de fortes tensions dues à la présence de bandes armées qui sont en phase de reconstitution, et ce sans que les casques bleus n’interviennent. Espérons que désormais il y ait une plus grande présence des militaires de l’ONU pour garantir la sécurité de tous » conclut le missionnaire.

EUROPE/ESPAGNE - Projets humanitaires en faveur des réfugiés et des évacués du Liban, de Thaïlande et d’Egypte

Madrid – De par le monde, à ce jour, 59,5 millions de personnes vivent dans des conditions de réfugiés ou d’évacués, surtout à cause de guerres et de conflits internes. Ce chiffre se décompose en 19,5 millions de réfugiés, 38,2 millions d’évacués et 1,8 millions de demandeurs d’asile pour des causes diverses. Le 20 juin, à l’occasion de la Journée mondiale du Réfugié, l’ONG catholique espagnole Manos Unidas s’est engagée dans le cadre de différents projets humanitaires en faveur des réfugiés et évacués du Liban, de Thaïlande et d’Egypte.Au Liban, dans la ville de Tripoli, elle a lancé, en collaboration avec Caritas Liban, un projet estival de Promotion et protection de l’enfance, qui aura une durée de deux ans et sera réalisé dans le quartier de Maarat. En bénéficieront 90 enfants et leurs familles, soit un total de 210 personnes. De celles-ci, 50% sont des réfugiés syriens, 40% des libanais en situation d’exclusion sociale et le reste des réfugiés irakiens, égyptiens ou érythréens. A tous sera offert un soutien scolaire, une assistance légale, sanitaire et psychosociale.En Thaïlande, où se trouve le plus grand nombre de réfugiés non enregistrés du continent asiatique, à savoir quelques 3 millions de personnes concernées par cette situation, Manos Unidas réalisera, à compter du mois d’août, un projet de renforcement des travailleurs birmans et de leurs familles duquel bénéficieront directement 8.325 personnes. Le projet se déroulera dans la zone métropolitaine du Grand Bangkok et dans la zone frontalière de Kanchanaburi, où il est estimé que vivent plus de 350.000 immigrants sujets à des arrestations ou à l’expulsion.Enfin, en Egypte, qui connaît une situation de crise économique, politique et sociale et constitue l’un des pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés érythréens, Manos Unidas achève un projet de soutien éducatif au profit des réfugiés, enfants et adultes, provenant de l’Erythrée. Au Caire, dans le quartier de Zamalek, l’ONG a porté assistance directement à 300 jeunes et à 100 enfants, son action bénéficiant indirectement un total de quelques 2.000 personnes. Le projet a été réalisé en collaboration avec l’Institut missionnaire combonien qui œuvre depuis 30 ans au sein de la communauté érythréenne, et dispose de structures en mesure d’offrir un accueil et tout le soutien nécessaire pour s’intégrer à la société égyptienne.

AMERIQUE/PARAGUAY - Ferme condamnation de la violence homicide de l’Archevêque d’Asunción et croissance de l’engagement des jeunes

Asunción – L'Archevêque d’Asunción, S.Exc. Mgr . Edmundo Ponziano Valenzuela Mellid, S.D.B., dans un bref entretien accordé à une radio locale, a parlé de l’homicide de l’entrepreneur et présumé trafiquant de drogue, Jorge Rafaat, intervenu le 15 juin au soir à Pedro Juan Caballero, et a condamné ce crime.« La violence génère de l’autre violence – a déclaré l’Archevêque – et ne résout rien. Nous rejetons catégoriquement tout ce qui s’est passé. Le pays se construit sur la miséricorde, l’amour, le travail et le dialogue. La violence ne fera pas remonter le pays mais le fera sombrer ».Selon les informations recueillies par Fides, ce qui a consterné le pays a été le caractère particulièrement violent de ce crime. En effet, Jorge Rafaat a été criblé de 16 balles selon la police, les criminels armés responsables du crime étant nombreux.L’Archevêque a indiqué que ces faits ne sont certes pas en syntonie avec l’expérience de la nouvelle société du Paraguay qui est en cours de construction, à près d’un an de la visite du Saint-Père dans le pays. Il a en effet remarqué un changement positif parmi la jeunesse : « Nos Paroisses connaissent une augmentation du nombre des jeunes qui veulent se rendre protagonistes, s’engager, mus par l’Esprit de Dieu, de la justice, de la vérité, afin de construire le Paraguay » a conclu Mgr Valenzuela Mellid.

Páginas