Derniers flash de l'agence Fides

ASIE/PHILIPPINES - Appels relatifs aux élections de ce jour dans le cadre de la Journée mondiale des Communications sociales

Manille – Conserver le Christ en tête au moment d’exprimer son choix dans le cadre des élections législatives de ce jour : telle est l’exhortation adressée aux électeurs par l’Eglise aux Philippines à l’occasion de la Journée mondiale des Communications sociales célébrée hier. « En exerçant notre devoir sacré de voter, pensons toujours au Christ avant de parler, de communiquer, d’agir » a déclaré le Père Chris Arthur Militante, porte-parole de l’Archidiocèse de Palo. Sœur Gemma Ria Dela Cruz, des Filles de Saint Paul, invite quant à elle, à « mettre l’amour et la miséricorde du Christ au centre de l’important exercice politique de cette année », en suivant le critère de la « vérité dans la charité » comme guide en ce qui concerne le choix des responsables nationaux.« Il est urgent de voter pour la paix. Le vote pour la paix signifie choisir des candidats qui travailleront pour une paix juste et durable » et « qui voient le service public comme un moyen de travailler pour le bien commun » ont ajouté les responsables de l’organisation Philippine Ecumenical Peace Platform , qui rassemble des organismes chrétiens de différentes confessions. Le forum signale les hommes qui « savent relever les défis de la justice sociale et affronter le besoin de réformes socioéconomiques fondamentales, en touchant les thèmes de la pauvreté et de l’inégalité, racines du conflit armé dans le sud du pays ».Au cours de ces derniers jours, S.Em. le Cardinal Luis Antonio Tagle, Archevêque de Manille, au cours d’une Messe célébrée en sa cathédrale, a, lui aussi, réaffirmé que « l’élection d’un candidat est une bénédiction qui porte en soi une grande responsabilité ». L’élu est appelé à « réaliser les rêves de la population et le bien commun ». L’Eglise a proposé à tous les candidats de signer une convention symbolique qui les engage à être « véridiques, responsables, transparents et honnêtes ».

AMERIQUE - Une année de zika en Amérique latine

Brasilia – Depuis sa découverte en Ouganda en 1947, le virus Zika n’avait jamais quitté l’Afrique avant 2007, année où furent enregistrés 185 cas suspects en Micronésie, dans le Pacifique. Le seul précédent à l’actuelle épidémie présente en Amérique latine a été enregistré en 2013 en Polynésie française. Au cours de ces sept dernières années, des cas sporadiques du virus ont été diagnostiqués au Cambodge, en Thaïlande, en Indonésie, en Nouvelle Calédonie, sur l’île de Pâques et aux Iles Cook.Depuis le 7 mai 2015, le virus zika a commencé à se diffuser dans 42 pays. Au Brésil, épicentre de l’épidémie, ont été confirmés 1.168 cas de microcéphalies chez des nouveaux-nés bien que les soupçons de cette pathologie concernent 7.150 cas. En outre, ont été enregistrés 246 morts par avortement ou après l’accouchement suite à des dommages cérébraux. Au mois de février 2015, un groupe de médecins du nord-est du Brésil a commencé à identifier un nombre anormal de patients présentant de symptômes similaires à ceux de la grippe, avec de la fièvre, un sens de malaise et des éruptions cutanées. A la fin du mois de mars, le nombre des contaminations dépassait les 7.000 cas et étaient attribués au virus zika.

AFRIQUE/TANZANIE - Incendie d’une église catholique, troisième lieu de culte chrétien livré aux flammes depuis le début de l’année

Dar es Salaam – Une église catholique a été incendiée dans le nord-ouest de la Tanzanie. Il s’agit de l’église de Nyarwele, sise dans la région de Kagera, dans l’extrême nord-ouest du pays, à la frontière avec l’Ouganda, le Burundi et le Rwanda.Selon des nouvelles qui ne sont parvenues que maintenant à l’Agence Fides, le fait remonte au 2 mai. Selon les témoins, les flammes ont détruit entre autre des documents de la Paroisse, des chaises, des bancs, des livres liturgiques ainsi que le générateur.Il s’agit du troisième lieu de culte chrétien livré aux flammées dans la zone depuis le début de cette année. Au cours des quatre derniers mois, ont ainsi été incendiés un temple de la Tanzania Assemblies of God et un temple pentecôtiste. En septembre 2015, toujours à Kagera, six églises avaient été incendiées en une semaine, dont l’église catholique de Kitundu.« Ceux qui pensent qu’en détruisant nos églises, nous ne prierons plus se trompent… Il existe un grand arbre près de l’église et nous continuerons à nous réunir là pour prier » a déclaré le Père Fortunatus Bijura, un des prêtres desservant l’église détruite.S.Exc. Mgr Almachius Vicent Rweyongeza, Evêque de Kayanga, le Diocèse duquel fait partie Nyarwele, a invité tout un chacun au calme et à la collaboration avec les autorités de police afin d’assurer à la justice les auteurs de ces crimes.

AMERIQUE/ARGENTINE - Rencontre des Diocèses de frontière de quatre pays dédiée à l’environnement et aux changements climatiques

El Paso – Du 9 au 11 mai, se déroule la 31ème Rencontre des Diocèses de frontière, qui réunira une centaine de personnes – Evêques, prêtres, religieuses et laïcs – de quatre nations, à savoir l’Argentine, le Paraguay, le Brésil et l’Uruguay. La réunion a lieu à Paso de la Patria, localité connue sous le nom d’El Paso, au sein de la province argentine de Corrientes. Elle analysera les problèmes pastoraux communs aux Circonscriptions ecclésiastiques de frontière des quatre nations en question. Cette année, le thème choisi est celui de l’environnement, en suivant la récente Encyclique « Laudato Si ».Selon les informations parvenues à Fides, les participants discuteront différents thèmes liés à l’écologie et au soin de l’environnement, avec tout ce que comportent actuellement les changements climatiques dans la région et les problèmes intéressant la zone. Parmi les questions à traiter sont mises en évidence celles de la désertification, du rapport entre environnement et développement, du modèle de l’industrie agricole en Argentine, des impacts sur l’économie, l’environnement, la santé et sur les conflits sociaux.

ASIE/VIETNAM - Démission de l’Evêque de Xuan Loc et succession

Cité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 7 mai 2016, a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse de Xuan Loc présentée par S.Exc. Mgr Dominique Nguyen Chu Trinh, conformément au canon 401 § 1 du Code de Droit canonique.Lui succède S.Exc. Mgr Joseph Dinh Duc Dao, Coadjuteur de ce même Diocèse.

ASIE/LIBAN - Nouvelles rencontres entre le Patriarche d’Antioche des Maronites et les responsables politiques libanais à propos de la crise institutionnelle

Beyrouth – Près de deux ans après la fin du mandat de Michel Sleiman, la Présidence de la République libanaise demeure vacante suite aux veto croisés des différentes coalitions politiques. Face à la paralysie institutionnelle, désormais pérennisée, le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Boutros Bechara Rai, continue à avoir des rencontres de haut niveau avec les responsables politiques nationaux afin de les solliciter de combler au plus vite un vide qui contribue à affaiblir le pays et l’expose à la contagion des conflits qui bouleversent actuellement la région. Au cours de la matinée du 6 mai, Saad Hariri, responsable du parti sunnite « Avenir », a été reçu par le Patriarche en son siège de Bkerkè pour évoquer, une fois encore, le problème de la vacance de la présidence. Au terme de la rencontre, Saad Hariri a réaffirmé, dans des déclarations faites aux moyens de communication libanais, sa ferme intention de « respecter la parité entre musulmans et chrétiens », se référant notamment aux élections municipales imminentes. En outre, à propos de l’absence d’élection du Président, l’ancien Premier Ministre a invité toutes les forces politiques à ne pas boycotter les prochaines convocations du Parlement et à choisir parmi les deux candidatures désormais définies, celle du responsable du parti Marada, Suleiman Franjieh – soutenue par le parti « Avenir » - et celle du Général Michel Aoun, fondateur du Mouvement patriotique libre, soutenue quant à elle par le responsable des Forces libanaises, Samir Geagea, et par le parti shiite Hezbollah. « Il existe deux candidats. Nous devons nous rendre au Parlement pour élire l’un d’entre eux et nous féliciter avec le vainqueur, quel qu’il soit » a déclaré Saad Hariri.Selon des sources libanaises, voici deux semaines, l’élection du Président de la République et la fin de la paralysie institutionnelle avaient été au centre d’un colloque entre le Patriarche d’Antioche des Maronites et Hassan Nasrallah, le responsable du parti shiite Hezbollah.

ASIA/PAKISTAN - Union de l’Eglise au Pendjab, au-delà de la frontière indopakistanaise

Lahore – Surmonter les divisions, les différences, les tensions politiques existant entre l’Inde et le Pakistan et redécouvrir les racines communes sous le signe de la culture, de la foi et de la fraternité : c’est dans cet esprit que l’Archidiocèse de Lahore, capitale du Pendjab pakistanais, a organisé fin avril un pèlerinage jubilaire au Pendjab indien, visitant les Diocèses indiens limitrophes et « faisant une expérience d’unité, de partage, de communion et de fraternité » a souligné S.Exc. Mgr Sebastian Francis Shaw, Archevêque de Lahore, qui a conduit une délégation de 16 prêtres diocésains. « Nous nous sommes rendus en Inde dans le triple but de visiter nos frères chrétiens indiens, d’établir des relations cordiales avec l’Eglise locale, au travers de la participation à des séminaires, à des conférences et à des retraites dans les deux pays et d’explorer les possibilités de collaboration dans les domaines de la formation continue des prêtres, des religieuses, des catéchistes et des laïcs intéressés ainsi que de partager des informations concernant les activités pastorales sous le signe du témoignage évangélique » a expliqué à Fides l’Archevêque de Lahore. Il s’agit d’une expérience tentée pour la première fois au cours des 130 ans d’existence du Diocèse de Lahore. En 1886, le Diocèse de Lahore fut officiellement érigé par démembrement de l’Archidiocèse d’Agra et l’action missionnaire commença sur place grâce à des missionnaires français et italiens ainsi qu’à des religieux capucins belges. En 1947, la région du Pendjab fut divisée en deux entre l’Inde et le Pakistan. La délégation pakistanaise a visité les Diocèses d’Agra et de Jalandhar, au Pendjab indien, ainsi que New Delhi.« Nous souhaitons qu’en cette Année e la Miséricorde, nous pourrons réévaluer les liens historiques, les églises, les expériences de vie des fidèles et, grâce à notre partage, être le sel de la terre et la lumière du monde. Nous espérons être des témoins de l’Evangile sur le subcontinent indien » a indiqué l’Archevêque. Le groupe des prêtres de Lahore a trouvé cette expérience de fraternité ecclésiale formatrice, joyeuse et stimulante » commente pour Fides le Père Inayat Bernard, qui a participé à l’initiative. Le pèlerinage des prêtres aura maintenant lieu dans l’autre sens, des prêtres et religieux provenant d’Inde devant se rendre en visite au Pakistan.

AMERICA/CANADA - Prière du Pape après l’incendie intervenu à Fort McMurray

Fort McMurray – La ville de Fort McMurray, dans le nord de l’Alberta est complètement déserte, abandonnée par ses habitants suite à un incendie qui a détruit au moins 1.600 édifices. Le feu a causé l’évacuation de plus de 90.000 personnes. Les chiffres de la tragédie sont impressionnants, l’incendie étant désormais considéré comme « la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l’histoire du Canada ». Depuis son début, le 1er mai, le feu s’est étendu sans relâche : le premier jour, il a intéressé une zone de quelques 500 ha alors que, jusqu’à hier, 6 mai, les hectares touchés par les flammes étaient au moins 100.000. La situation dramatique de Fort McMurray a touché le Pape François qui, affligé par la situation, a demandé de prier pour la population. Hier, dans une lettre envoyée sur place, le Secrétaire d’Etat de Sa Sainteté, S.Em. le Cardinal Pietro Parolin, a déclaré que « le Saint-Père est attristé par la destruction et la souffrance causées par les incendies qui intéressent la zone de Fort McMurray. Il prie pour tous les évacués – en particulier pour les enfants – qui ont perdu leurs maisons » peut-on lire dans la lettre parvenue à l’Agence Fides.La ville de Fort McMurray est passée de 35.000 habitants au début des années 1990 à plus de 125.000 en 2015 et ceci grâce à une seule activité : l’extraction de pétrole sur un superficie de quelques 140.000 km2 de sables bitumeuses. La production de brut, qui a apporté renom, ressources et développement à cette zone, a été fortement critiquée par les écologistes à cause des conditions de celle-ci. La cause de l’incendie des forêts de la zone est liée aux changements climatiques, l’hiver étant devenu trop doux. La population a fui en direction du sud, vers les villes les plus proches, qui se situent cependant à quelques 600 Km de distance.

AFRIQUE/EGYPTE - Suspension d’un prêtre copte orthodoxe ayant fortement critiqué les femmes portant des vêtements jugés inadaptés à l’église

Le Caire – Les lourdes critiques adressées par le prêtre copte orthodoxe Boulos Mansur aux chrétiennes qui entrent à l’église dans des tenues vestimentaires qu’il considérait inconvenantes ont suscité des réactions et des polémiques au sein de la communauté copte orthodoxe, au point qu’elles ont provoqué une intervention disciplinaire du Patriarcat copte orthodoxe, qui a temporairement déclaré le prêtre suspens a divinis. Le cas, au travers duquel, selon certains observateurs, on a voulu troubler le climat de fête et de paix des communautés coptes après la célébration de Pâques, a été lancé par un programme télévisé du soir transmis par la chaîne Dream 2, conduit par le présentateur égyptien bien connu, Wael el Abrashi. Au cours de la transmission, le prêtre avait adressé aux jeunes chrétiennes allant à l’église avec des vêtements peu châtiés des expressions perçues par beaucoup comme offensantes. « Cela arrive surtout durant les cérémonies nuptiales – explique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Antonios Aziz Mina, Evêque copte catholique de Gizeh – que les femmes viennent à la Messe avec des habits de fête qui laissent les bras nus. Certains prêtes rigoristes utilisent, face à ce phénomène, de tons polémiques souvent exacerbés, arrivant à l’insulte ».Ce n’est pas la première fois que le programme de Wael el Abrashi déchaîne des polémiques artificielles qui impliquent la communauté chrétienne. Déjà en 2015, la présence dans ses studios d’une chrétienne présentée comme candidate du parti salafiste al Nour avait fait du bruit. Après cette transmission, le Patriarcat copte orthodoxe était intervenu afin d’expliquer de manière officielle que la candidate parlait à titre personnel et ne pouvait vanter aucun mandat de représentation de la part de la communauté chrétienne égyptienne. Dans un autre cas, des polémiques et des accusations réciproques entre différents coptes s’étaient déclenchées à propos de l’éventualité de créer en Egypte un parti politique chrétien à opposer aux forces islamistes et salafistes.

AMERIQUE/COLOMBIE - Appel de l’Evêque d’Istmina-Tadó et de la Conférence épiscopale en faveur des victimes des inondations

Istmina – Un appel à la solidarité en faveur des victimes des récentes inondations a été diffusé par la Conférence épiscopale colombienne, reprenant celui de S.Exc. Mgr Julio Hernando García Peláez, Evêque d’Istmina-Tadó, qui signale les situations dramatiques dans lesquelles se trouvent de nombreuses familles. Le territoire du département du Choco, dans l’ouest du pays, sur la côte pacifique, a été flagellé ces jours derniers par le phénomène connu sous le nom d’El Nino, qui provoque actuellement de fortes pluies et des inondations dans de nombreux pays d’Amérique du Sud.« La condition des habitations et la qualité de vie des habitants doit être améliorée une fois pour toutes – a déclaré Mgr Garcia – surtout en pensant aux familles ayant plusieurs enfants ». L’exigence est de disposer d’une maison « qui soit digne et adaptée, pas facilement inondable, afin d’apporter une solution définitive au problème ».L’Evêque adresse un appel aux organismes nationaux et internationaux ainsi qu’à toutes les personnes de bonne volonté afin qu’elles expriment leur solidarité aux populations touchées, en signalant que celles d’origines africaines et indigène sont les plus éprouvées parce qu’elles « subissent un coup mortel à leurs activités économiques ». Il s’agit en effet de populations parmi les plus pauvres de Colombie, qui vivent d’une économie de subsistance.Les bénévoles de la Pastorale sociale nationale et diocésaine prêtent actuellement assistance aux personnes qui sont accueillies dans les hôtels ou dans les Paroisses. Actuellement, toujours par le biais de la Pastorale sociale et de la Caritas, elles sont assistées au travers de la distribution de denrées alimentaires, de vêtements, de couvertures, de matelas, de médicaments et d’articles pour l’hygiène personnelle. Selon les dernières estimations, les fortes pluies et les inondations ayant frappé l’ensemble du pays ont fait 17 morts, 53 blessés et plus de 9.000 familles sans-abri.

Páginas