Derniers flash de l'agence Fides

ASIE/SRI LANKA - Adhésion du pays à la Convention d’Ottawa sur les mines antipersonnel

Colombo – Sept ans après la fin d’une guerre civile de 26 ans, le Sri Lanka a accepté d’adhérer à la Convention d’Ottawa concernant l’interdiction des mines antipersonnel. Les provinces du nord et de l’est du pays, théâtre du conflit, ont été gravement compromises, se trouvant semées de mines et d’explosifs. Encore aujourd’hui, certaines agences de déminage travaillent au Sri Lanka. En adhérant à la Convention, le Sri Lanka accepte de détruire toutes les mines antipersonnel encore en sa possession ou se trouvant sous sa juridiction ou encore sous son contrôle dans les quatre ans. Selon les dernières données disponibles, 162 Etats ont adhéré à ce traité jusqu’à ce jour.« Nous accueillons favorablement cette initiative comme un premier pas pour aller en direction de ceux qui ont subi la guerre et la violence » affirme une note du Jesuit Refugee Service envoyée à Fides. Le JRS reconnaît et apprécie la décision prise par le gouvernement et sollicite ce dernier à « collaborer activement avec les acteurs de la société civile engagés dans l’action humanitaire ainsi que dans la promotion des droits fondamentaux, de la réconciliation nationale et de la reconstruction. Ceci contribuera à aplanir la route vers l’unité nationale, l’intégration, le développement et la paix basée sur la justice et l’équité ».

AFRIQUE - Renforcer la coordination entre les 14 Caritas d’Afrique 

Paris – Renforcer la coordination entre les 14 Caritas opérant en Afrique : tel est le but de la réunion qui a débuté hier, 7 juin, à Paris, en présence d’une cinquantaine de personnes dont 11 Evêques provenant de 15 pays.Selon les informations parvenues à Fides, la réunion, qui se conclura le 9 juin, marque le lancement de la deuxième phase du programme de coordination lancé en 2006. La première phase, intitulée « Développement institutionnel et renforcement organisationnel », s’est achevée cette année. La deuxième phase, qui devrait se conclure en 2018, aura un coût de 2,5 M€ couverts à 60% par des fonds de l’Agence française du développement.Responsables et opérateurs des Caritas intéressées recevront une formation visant à améliorer la gestion des projets tant au plan humain et administratif que financier. Les Caritas participantes sont celles du Sénégal, du Burkina Faso, du Mali, de la Côte-d’Ivoire, du Togo, du Bénin, du Niger, du Tchad, de Centrafrique, du Congo Brazzaville, de Madagascar, du Burundi, des Comores et de République démocratique du Congo.Différents pays appartenant à ce groupe ont connu de sérieuses crises, politiques et socioéconomiques, dans le cadre desquelles les structures de la Caritas a eu un rôle essentiel en ce qui concerne l’assistance aux populations impliquées. Cela a été le cas en Côte-d’Ivoire, divisée en deux de 2002 à 2011, une zone étant contrôlée par le gouvernement et l’autre par les rebelles. Dans ce cas, les équipes de la Caritas ivoirienne étaient autorisées à se déplacer d’une zone à l’autre pour porter assistance, contribuant ainsi à maintenir des contacts entre les deux réalités.

ASIE - Les frères mineurs, une présence évangélisatrice en Asie

Rome – Les frères mineurs présents en Asie et en Océanie sont au nombre de 1.460 et fournissent un précieux témoignage de vie évangélique et de service des pauvres, « un signe permettant de réveiller l’espérance » indique le Ministre général, le Père Michael Perry OFM.Ainsi que l’indique à Fides la Curie généralice, les Frères mineurs sont actuellement 13.507 de par le monde et sont présents dans 119 pays à raison de 1.221 religieux en Afrique et au Proche-Orient, 3.279 en Amérique latine, 1.241 en Amérique du nord, 1.467 en Asie et en Océanie, 3.862 en Europe occidentale et 2.437 en Europe orientale. La fraternité universelle est structurée en 98 Provinces et Custodies autonomes, 8 entités dépendant du Ministre général, 19 Custodies dépendant des Provinces, 14 Conférences des Ministres provinciaux et trois Unions de Conférences .La présence franciscaine en Asie a ses racines dans les missions lancées déjà voici huit siècles. A compter de la moitié du XIII° siècle, les explorations missionnaires en Asie centrale eurent comme protagonistes les franciscains. Jean de Pian del Carpine, envoyé par le Pape Innocent IV, parvint en 1245 dans la capitale mongole de Karakorum. Un autre franciscain, Guillaume de Rubruck, parti en 1252, visita le royaume mongol de la Russie méridionale et se poussa encore plus à l’est, jusqu’à la cour du Grand Khan. En 1286, ce fut le tour d’un autre frère mineur, Jean de Montecorvino, qui fonda le premier Diocèse à Pékin, en 1307, avec le soutien du Pape Clément V, soit deux siècles avant l’arrivée des premiers missionnaires jésuites. Au Proche-Orient, en outre, la mission des franciscains en terre d’islam a été caractérisée par des initiatives fondamentales telles que la fondation de la Custodie franciscaine de Terre Sainte, au cours de la première moitié du XIV° siècle.

AMERIQUE/NICARAGUA - Appel des entrepreneurs au Conseil électoral en faveur d’une décision sur les observateurs internationaux

Managua – Une institution qui a une importance capitale dans le secteur économique du Nicaragua, le Conseil supérieur des Entrepreneurs, insiste à demander à ce que les observateurs internationaux soient présents lors des élections présidentielles du 6 novembre prochain, même si le Président, Daniel Ortega, a rejeté définitivement cette hypothèse dans son discours au Congrès du FSLN .La note envoyée par le quotidien local La Prensa à l’Agence Fides souligne à ce propos que, dans tous les cas, il n’appartient pas au Président de prendre une décision concernant la présence des observateurs internationaux, mais que cette compétence relève du Conseil suprême électoral . Le Président du Conseil supérieur des Entrepreneurs, José Adan Aguerri, dans la rubrique qu’il a publié dans les colonnes de ce même journal le 7 juin, sollicite cet organisme de l’Etat auquel il appartient, « conformément à ses pouvoirs légaux définis par l’article 10 § 8 de réglementer l’accréditation et la participation des observateurs, nationaux et internationaux, aux élections, répondant ainsi à la requête d’une grande partie des nicaraguayens de toutes les idéologies politiques présentes dans notre pays ».La note indique par ailleurs que les Evêques de l’Eglise catholique ont parlé à titre personnel de cette question fondamentale, réaffirmant la requête concernant la présence d’observateurs internationaux, déjà présentée par la Conférence épiscopale à Daniel Ortega le 21 mai 2014. S. Em. le Cardinal Leopoldo Brenes, Archevêque de Managua, S.Exc. Mgr Silvio Baez, Eveque auxiliaire de Managua, S.Exc. Mgr Jorge Solórzano, Evêque de Granada et S.Exc. Mgr Rolando Alvarez, Evêque de Matagalpa, ont déploré ces jours-ci l’annonce faite par le Président Ortega et insisté sur la nécessité de la présence des observateurs électoraux, nationaux et internationaux, dans le cadre des élections du mois de novembre.

ASIE/PAKISTAN - Prière interreligieuse pour la santé du Premier Ministre

Lahore – Les responsables religieux se sont rencontrés à Lahore pour prier « pour le rétablissement et la vie » du Premier Ministre pakistanais, Nawaz Sharif, âgé de 66 ans et soumis ces derniers jours à une délicate intervention de chirurgie cardiologique à Londres. La prière a été organisée par des responsables de différentes religions faisant partie du Conseil pour le Dialogue interreligieux créé par le Père Francis Nadeem et présidé par le musulman sufi Pir Shafaat Rasool.Des hommes, des femmes, des jeunes et des enfants appartenant à différentes religions étaient présents à ce moment de prière interreligieux. Les participants, qui ont entonné l’hymne national du Pakistan, ont également récité une invocation « pour le développement et la prospérité du pays et pour le succès des forces armées pakistanaises dans l’opération contre les terroristes ».Etait présent, au nom de la famille du Premier Ministre, son cousin maternel, Arif Hameed, qui a remercié le Conseil d’avoir organisé cet événement. « L’opération de Nawaz Sharif a été couronnée de succès et il se reprend maintenant rapidement » a-t-il indiqué. Les participants ont apprécié les efforts du Premier Ministre en ce qui concerne le développement du pays et ont exprimé le souhait qu’il puisse « se rétablir vite et continuer son service avec le même enthousiasme ».

ASIE/TERRE SAINTE - Début des travaux de restauration de l’édicule du Saint Sépulcre

Jérusalem – Les travaux en vue de la restauration de l’édicule du Saint Sépulcre, érigée sur le lieu que la tradition reconnaît comme celui de la sépulture et de la Résurrection du Christ ont débuté, les experts impliqués ayant commencé les opérations hier, 6 juin. L’architecte grec, Antonia Moropoulou, enseignant à la National Technical University d’Athènes et coordinateur scientifique du projet, a déclaré aux moyens de communication que la structure de l’édicule est stable mais qu’elle a besoin d’interventions de requalification urgentes, après des années d’exposition à des facteurs environnementaux tels que l’eau, l’humidité et la fumée des cierges. En outre, doit être trouvé un système non invasif permettant la mise en sécurité de l’édicule contre les dangers d’éventuelles secousses sismiques.Les travaux se dérouleront le matin tôt ou le soir tard, lorsque le flux continu de pèlerins et de visiteurs s’interrompt. Le projet aura un coût d’environ 3,3 millions d’USD et sera financé par l’Eglise catholique, l’Eglise grecque orthodoxe et l’Eglise arménienne apostolique. Au mois d’avril, le roi de Jordanie, Abdallah II, a fait parvenir sous la forme d’une bienfaisance royale une donation personnelle conséquente en faveur du projet. « Sa Majesté Abdallah II incarne dans les faits, et non seulement en paroles, la coexistence entre musulmans et chrétiens dans le monde entier et en particulier en Terre Sainte » avait déclaré à cette occasion le Patriarche grec orthodoxe de Jérusalem, Théophile III, exaltant le rôle joué par la Jordanie dans la protection de la présence des chrétiens en Terre Sainte et reconnaissant au souverain hachémite le titre de « gardien et custode des lieux saints chrétiens et musulmans à Jérusalem ».

ASIE/IRAQ - Souhaits du Patriarche de Babylone des Chaldéens aux musulmans à l’occasion du début du ramadan

Bagdad – « Le mois du ramadan offre un moment propice au jeûne, à la prière, au repentir et au changement de la mentalité et des comportements dans le but de vivre en paix avec soi et les autres ». La lettre que le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, a adressé à ses compatriotes musulmans à l’occasion du début du ramadan, contient cette considération éloquente dès ses premières lignes.Dans le message, parvenu à l’Agence Fides, le Patriarche exprime ses sentiments de solidarité et de respect à tous les appartenants de la communauté de Mahomet, et les exhorte, dans les circonstances tragiques que traverse l’Irak, à vivre un « ramadan exceptionnel », en reniant toute forme de sectarisme, en contribuant à une « culture de la réconciliation », en promouvant « des valeurs partagées de tolérance, de proximité et d’amitié » et en appuyant de toutes les manières possibles une « coexistence pacifique » basée sur le dialogue et le respect réciproque. Dans sa lettre, S.B. Louis Raphaël I Sako exprime également sa reconnaissance aux forces armées irakiennes et souhaite que tous les territoires irakiens soient bientôt libérés du contrôle des djihadistes du prétendu « Etat islamique ».

EUROPE/ESPAGNE - Le drame des albinos, en danger à cause de superstitions populaires

Madrid – Le 13 juin est la Journée internationale de sensibilisation sur l’albinisme et la Journée européenne de prévention du cancer de la peau. Le phénomène de l’albinisme pénalise et porte préjudice à la vie quotidienne de nombreuses personnes. En Afrique, subsiste la superstition selon laquelle boire une « potion d’albinos » porte fortune et il existe des chasseurs de primes qui les recherchent pour les mutiler, les tuer et tirer d’eux les ingrédients pour la potion en question. La Tanzanie est le pays où est enregistrée la plus grande prévalence d’albinos au monde. Pour faire connaître la grave situation de ces personnes et mettre en évidence le travail et l’engagement de médecins et de bénévoles pour améliorer leur situation, sera publié le 30 juin à Madrid le premier livre/exposition intitulé ALBINOS, lequel dénonce, par le biais de la photographie, le drame des albinos en Tanzanie. Il s’agira d’une publication bilingue, en anglais et en espagnol, dont la recette des ventes sera dévolue à l’ONG Africa Directo, afin de soutenir le projet de la production locale et de la distribution gratuite de projecteurs Kilisun qui préviennent les lésions de la peau. ALBINOS constitue un récit visuel du principal problème des albinos, à savoir l’absence de mélanine et le manque d’une protection solaire adéquate, causes d’un cancer de la peau qui réduit leur espérance de vie à moins de 30 ans. L’initiative montre, au travers des photographies, la vie à Kabanga, un refuge où les albinos peuvent vivre sans crainte, et le travail d’un groupe de médecins espagnols, qui soigne, depuis environ 8 ans, des centaines d’albinos au sein du Kilimanjaro Christian Medical Center, outre à réaliser des laboratoires de formation pour le personnel sanitaire local.

EUROPE/ESPAGNE - Collecte de matériel scolaire au profit des enfants sénégalais de Thiès

O Grove – L’association espagnole Pour un sourire O Grove organise une campagne de collecte de matériel scolaire dans le but d’aider les écoliers de Thiès, au Sénégal. L’aide peut consister en un cahier, un crayon de papier, un stylo, une règle ou des feuilles de papier : tout est bienvenu parce que, de cette manière, les enfants du Sénégal auront le nécessaire pour commencer de manière adéquate l’année scolaire, expliquent à Fides les organisateurs de la collecte. L’an dernier, grâce à cette initiative, ont été couverts les besoins de l’école de Thiès, sachant que du matériel résiduel a pu être distribué à d’autres écoles.

AFRIQUE/GHANA - Appel des responsables chrétiens contre la migration des jeunes en Europe

Accra – « Nous sommes attristés par les nouvelles relatives aux migrants, morts dans les déserts d’Afrique du Nord et dans les eaux de la Méditerranée et nous lançons un appel aux Etats et aux gouvernements africains afin qu’ils adoptent des mesures permettant d’éviter cette tragédie » affirme un communiqué conjoint de la Conférence épiscopale du Ghana et du Christian Council of Ghana, publié au terme de leur rencontre visant à faire le point sur la situation du pays.« La migration des africains en Amérique du Sud devient actuellement, elle aussi, un danger émergent » soulignent les responsables chrétiens ghanéens dans le texte parvenu à Fides. « Nous invitons avec force les gouvernements africains à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour créer un environnement politique et socioéconomique favorable et des opportunités de travail pour notre jeunesse pullulante se trouvant au chômage… Nous encourageons également les jeunes africains à demeurer dans nos pays et à travailler dur afin de gagner leur vie. Ils doivent comprendre que l’Europe et d’autres zones hors de l’Afrique ne garantissent pas automatiquement confort et plaisir ».Se référant aux élections générales qui se tiendront en novembre prochain, les responsables chrétiens se déclarent préoccupés suite aux « manifestations d’impunité politique se caractérisant par des intimidations, des accusations, des contre-accusations, des incitations à la haine, des violences entre partis et en leur sein, des menaces d’enlèvement et des homicides ».« Ces actes enveniment actuellement l’atmosphère politique et c’est pourquoi nous demandons aux hommes politiques et à leurs partisans de faire preuve de la plus grande modération et de contribuer à calmer la tension politique émergente dans le pays ».Une autre menace contre la coexistence pacifique dérive de l’augmentation du fanatisme religieux prêché par « ce qu’il est convenu d’appeler hommes et femmes de Dieu, qui trompent les personnes, en les faisant croire de constituer la réponse à leurs problèmes. Nous invitons tous les ghanéens à se méfier de ces charlatans, de manière à ne pas être la proie de leurs machinations. Nos différentes organisations religieuses sont prêtes à aider à faire face aux acticités de ces soi-disant hommes de Dieu ».

ASIE/MONGOLIE - Accord entre l’Archidiocèse de Séoul et la Préfecture apostolique d’Oulan.-Bator en matière de coopération missionnaire

Oulan-Bator – La Préfecture apostolique d’Oulan-Bator et l’Archidiocèse coréen de Séoul ont signé un accord visant à améliorer la coopération missionnaire et à promouvoir le développement de l’Eglise en Mongolie. Ainsi que l’a appris Fides, le Mémorandum d’accord a été signé le 6 juin à Oulan-Bator par la Catholic Education Foundation de l’Archidiocèse de Séoul, représentée par l’Evêque auxiliaire de Séoul, S.Exc. Mgr Benoît Son Hee-Song, et par la Préfecture apostolique, représentée par S.Exc. Mgr Wenceslao Padilla. Le document comprend des points tels que l’activité d’évangélisation, la formation des prêtres et le soutien financier.Selon les termes de l’accord, la Fondation fournira un millions de dollars à la Préfecture apostolique d’Oulan-Bator au cours des trois prochaines années pour ses activités pastorales. En outre, comme soutien à la formation des futurs prêtres, les futurs séminaristes de Mongolie pourront étudier au Séminaire théologique de Séoul.Un autre chapitre de l’accord est représenté par le partenariat entre l’hôpital Sainte Marie de Séoul et le premier hôpital central de Mongolie. Il prévoit l’introduction, grâce aux systèmes sanitaires avancés utilisés en Corée, de pratiques telles que le transplant de cellules souches, de thérapies cardio et cérébrovasculaires et de chirurgie robotisée.Ainsi que cela a été indiqué à Fides par le Bureau des Communications de l’Archidiocèse de Séoul, S.Exc. Mgr Son Hee-song a déclaré : « Je voudrais exprimer mon plus profond respect et ma plus grande estime à S.Exc. Mgr Padilla et à tous les missionnaires présents en Mongolie qui se sont dédiés à l’évangélisation dans une situation difficile. L’Eglise catholique en Corée, dans son histoire, a souffert de persécutions. Ceci représente l’un des motifs pour lesquels elle a décidé d’apporter tout le soutien possible au développement de l’Eglise en Mongolie ».S.Exc. Mgr Padilla a répondu : « Nous sommes particulièrement encouragés par le soutien de la Corée. Vous tous représentez une bénédiction pour l’Eglise en Mongolie et cet accord est pour nous source de grande espérance ».Vue la législation en vigueur, l’Eglise catholique en Mongolie ne dispose pas de la personnalité juridique mais est considérée comme une organisation sans but lucratif qui ne peut disposer d’aucun profit, pas même les offrandes de Messe, ce qui ne lui permet donc pas de pourvoir à ses besoins matériels. Les activités missionnaires sont étroitement réglementées. Dès lors, tous les missionnaires envoyés en Mongolie doivent recevoir des fonds de leur Congrégation ou recueillir des fonds d’autres Diocèses.Au cours de ces 20 dernières années, l’Eglise catholique en Corée a fourni 320 millions de won de soutien financier à la Mongolie et a continué à envoyer des médecins bénévoles. Les bases de l’accord qui vient d’être signé ont été posées en 2013, lorsque le Préfet apostolique, S.Exc. Mgr Wenceslao Padilla, a visité la Corée. La collaboration, désormais ratifiée et institutionnalisée, avait déjà été lancée de manière profitable en ce qui concerne la formation et les études du Révérend Diacre Joseph Enkh Batata, jeune mongol qui sera ordonné prêtre le 28 août à Oulan-Bator après avoir passé plusieurs années en Corée.

AMERIQUE/REPUBLIQUE DOMINICAINE - Mobilisation pacifique de l’Eglise contre l’OEA et ses politiques

Santo Domingo – La 46ème Assemblée de l’Organisation des Etats américains dédiée au thème « Construction de la capacité institutionnelle pour le développement durable en Amérique » qui se tiendra dans le pays du 13 au 15 de ce mois, verra une mobilisation de l’Eglise catholique locale qui a prévu différentes manifestations pacifiques contre cet organisme. La note envoyée à Fides par une source locale signale que, pour l’Eglise, l’OEA s’est laissée influencer au cours de ces dernières années, par des secteurs qui promeuvent l’avortement et soutiennent des lois qui menacent la tradition et le patrimoine du pays, la famille et la liberté religieuse.« L’OEA espère que notre pays signera des accords qui compromettraient notre liberté en tant que nation, parce que, outre à demander des changements au sein de nos lois, ils prétendent que la Cour interaméricaine des Droits fondamentaux ait autorité sur nos tribunaux » a déclaré S.Exc. Mgr Amancio Escapa Aparicio, O.C.D., Evêque auxiliaire de l’Archidiocèse de Santo Domingo, à l’issue de la célébration de la Messe, célébrée en la Cathédrale, le Dimanche 5 juin.Au cours de la célébration jubilaire destinée aux prêtres, le 3 juin, à laquelle étaient présents presque tous les prêtres de l’Archidiocèse, S.Exc. Mgr Escapa a annoncé les manifestations organisées, recommandant d’élargir l’invitation à toutes les Paroisses de la capitale.Avant le début de l’Assemblée de l’OEA, pour laquelle est prévue la présence de représentants de 35 pays, l’Archidiocèse a programmé une marche qui s’achèvera face au Centre des Congrès du Ministère des Affaires étrangères, lieu où se tiendra la réunion.

AMERIQUE/NICARAGUA - Refus des observateurs internationaux pour les élections de la part du Président et position critique du porte-parole de la Conférence épiscopale

Granada – « Observateurs ayez honte. Ici termine votre observation. Vous pouvez aller observer d’autres pays ». C’est en ces termes que le Président nicaraguayen, Daniel Ortega, a, dans un discours au Congrès du Front sandiniste de libération nationale prononcé le 4 juin, fermé la porte brusquement à la requête de la population, des entreprises privées et des partis d’opposition, de disposer de la présence d’observateurs internationaux dans le cadre des élections présidentielles du 6 novembre prochain.A cette nouvelle, le porte-parole de la Conférence épiscopale du Nicaragua , S.Exc. Mgr Jorge Solorzano, Evêque de Granada, a déclaré qu’il faut faire montre d’attention et d’un « soin extrême » en ce qui concerne le processus électoral dans le pays. « Il n’est possible ni de continuer à fouler aux pieds la démocratie ni de perdre la confiance du peuple – a-t-il réaffirmé. Au Nicaragua, nous devons tous exercer notre droit à participer aux élections. Nous ne pouvons rester indifférents, paresseux ou étrangers à tout ce qui constitue la négation ou la mise en danger de la paix » a déclaré Mgr Solorzano, parlant à la presse locale. « Le gouvernement et le Conseil suprême électoral sont tenus d’apporter des garanties afin qu’il soit possible de vivre une journée démocratique et ceci comprend l’observation internationale » a conclu l’Evêque dans la note envoyée à Fides.Le 21 mai dernier, les Evêques avaient réitéré au Président la requête de s’engager pour garantir un processus électoral transparent. La lettre intitulée « A la recherche de nouveaux horizons pour un Nicaragua meilleur » , remise au Président par la Conférence épiscopale voici deux ans, n’a toujours reçu aucune réponse .

Páginas